Test : A Hole New World sur Nintendo Switch

A Hole New World

Genre : Action, Aventure, Platerformes
Développé par MAD GEAR GAME
Édité par DOLORES ENTERTAINMENT
Sortie France : 01/03/2018
Prix : 9,99€ sur l’eShop
Taille : 856 Mo

          Site Officiel

A Hole New World vient de bénéficier d’un portage sur Nintendo Switch. Cette plongée dans le style retro gaming va-t-elle parvenir à nous surprendre et à revisiter un genre en pleine expansion ?

Nous y incarnons le maître des potions qui doit vaincre un mal qui a envahi Versee, son monde, en parcourant les lieux semés d’ennemis et de boss à vaincre.

La déesse Yakshini, créatrice de Versee, l’ayant scindé en 2 parties afin de tenter de contenir sous terre le mal qui le rongeait, nous voici contraints à arpenter ces 2 univers afin de faire le ménage et de récupérer la puissance de la déesse, sous la forme de 5 orbes. Affaiblie par la division de Versee, elle a choisi de disséminer les orbes aux 4 coins du monde afin de les protéger des convoitises. C’est sans compter sur Baduk, chef d’une faction du monde d’en bas, qui a mis la main sur l’orbe des ténèbres…

A Hole New World est plus complexe qu’il n’y paraît de prime abord. Certes les commandes sont réduites au strict minimum avec les 2 actions tirer (un lancé de potions en guise de projectiles) et sauter, mais elles nécessitent précision et anticipation. La particularité la plus marquante du gameplay réside dans les séquences où on se retrouvera tête vers le bas à arpenter les profondeurs maléfiques qui côtoient la surface. Lorsque l’on tombe dans un trou, nous passons de tête en haut à tête en bas, par un système faisant penser à un trampoline perpétuel invisible, qu’il faudra bien appréhender au risque d’atterrir sur des obstacles ou autres joyeusetés nous sanctionnant sans délai.

Pour nous aider dans notre quête, il ne faudra pas compter sur un didacticiel élaboré. En plus des objets permettant de regagner de la vie, nous serons simplement accompagnés de Fay, une fée qui nous donnera quelques coups de pouce (impossible de ne pas penser à la licence Zelda, ça sent le clin d’oeil des développeurs).

Au fil du jeu, le maître des potions va acquérir la possibilité de lancer différentes potions de type feu, glace, mais pas que, n’en dévoilons pas trop afin de garder le plaisir de la découverte.

Fidèle aux jeux d’aventure, A Hole New World va nous permettre d’arpenter des environnements différents, l’un d’entre eux (et le seul) ayant un effet sur le gameplay : un paysage enneigé qui impose des glissades nous donnant du fil à retordre, un grand classique.

Dans la veine du pixel art, les graphismes correspondent à l’effet rétro recherché. Les couleurs utilisées sont franches, avec des mariages improbables qui agressent mon sens de l’esthétisme, mais qui sont certainement un choix des développeurs dans le but de créer une ambiance dark et ténébreuse, voir oppressante. Le réglage de la luminosité est indispensable, certains ennemis manquent clairement de visibilité, surtout en mode nomade de la Switch, ce qui peut être bien gênant et rajouter de la difficulté.

La musique est cohérente avec le style retro recherché. Si on n’est pas fan des musiques ressemblant à des bips sonores répétitifs et un chouïa agaçants, il y a la possibilité de choisir une variante de la bande son intitulée « super » dans les options du menu, un peu plus moderne et moins agressive.

Vous pouvez aborder le jeu en mode speedrun et le gérer en 30 minutes à 1h selon votre habileté. Par contre, les possibilités offertes sont assez variées si vous souhaitez prolonger l’expérience.

En premier lieu, avec 500 ennemis à dégommer, 7 boss plutôt corsés et les collectables à récupérer, les 5 mondes du mode histoire sont déjà un challenge. Ajoutez à ça un mode bossrun ou vous devez enchaîner les combats et un mode défi, on agrémente pas mal l’aventure. En cherchant bien on peut atteindre les 2h de jeu.

A noter l’existence d’un New Game + vous permettant de recommencer en conservant les acquisitions durement obtenues dans votre 1ère partie et qui comporte quelques différences amenant un peu de nouveauté.

 

Les adeptes du retro gaming y trouveront leur compte et apprécieront la variante en haut en bas du gameplay, pour le renouveau du genre que cela apporte.

Pour ceux qui ne sont pas fan du style, l’expérience reste néanmoins bien sympathique, son petit côté coriace est fort stimulant.

La durée de vie un peu light pourra être un frein pour certains, cependant compte tenu de la difficulté globale du jeu, plus long pourrait être…trop long, il y a un moment où on peut juste avoir envie que ça s’arrête.

A ce prix plus que correct, pas de regret à avoir, A Hole New World vaut la peine qu’on s’y attarde.

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire