Fault – Milestone one sur Nintendo Switch

Test : FAULT – MILESTONE ONE sur Nintendo Switch

Genre : Visual Novel
Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Italien, Japonais, Coréen, Portugais, Russe, Chinois
Développé par ALICE IN DISSONANCE
Édité par Sekai Project
Sortie France : 03/10/2019
Prix : 14,99€ sur l’eShop
Taille : 1116,73 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 12 Ans

Site Web Officiel

Alors que le royaume de Rughzenhaide est attaqué de toutes parts, la princesse Selphine se croit à l’abri dans son château. Pourtant, la petite fille de 13 ans voit soudain apparaître des ombres maléfiques bien décidées à l’attaquer. Heureusement, la souveraine peut compter sur sa garde du corps, Ritona qui la sauve in extremis. Cependant, le danger n’est pas écarté pour autant. C’est pourquoi les deux femmes se décident à fuir le plus loin possible. Utilisant une nouvelle fois la magie, Ritona les transporte donc dans une forêt luxuriante, étrangement vide de toute vie. Un long périple commence alors afin de retourner à Rughzenhaide…

Parfois, le texte va un peu (trop) loin dans les détails…

Petit jeu deviendra grand…

Fault Milestone One est, comme son nom l’indique, le premier volet d’une série de Visual Novel. Financé grâce à la plateforme participative Kickstarter et développé par la petite entreprise Alice in dissonance, ce jeu a initialement vu le jour sur PC au Japon en 2013.  Il faudra encore attendre une année (et le concours de l’éditeur Sekai Project) pour découvrir une version anglaise du titre. Cinq ans plus tard le jeu débarque sur les consoles de salon.

Un scénario déjà vu, mais bien ficelé:

Si l’histoire de Fault – Milestone One paraît un peu réchauffée à première vue, le scénariste Hare Konatsu parvient tout de même à faire des merveilles. Commençons par ses héroïnes, des femmes fortes dignes des meilleurs personnages de shonen. Ensuite vient un univers inspiré d’une multitude de mangas, les fans de l’animé Fullmetal Alchemist reconnaîtront, par exemple, les pentacles que les personnages utilisent pour faire de l’alchimie. Enfin, de nombreux twists scénaristiques viennent nous cueillir tout au long de l’aventure créant ainsi une réelle envie de connaître la suite.

Qui dit Visual Novel, dit gameplay quasi inexistant et pour le coup, Fault – Milestone one est loin d’échapper à cette règle. En effet, il s’agit vraiment ici d’un livre interactif (et encore le terme actif est assez exagéré). Il vous suffira ici d’appuyer sur A pour passer au dialogue suivant ou d’utiliser les gâchettes pour avancer ou reculer dans l’histoire. Vous n’aurez malheureusement quasi aucune décision à prendre et votre rôle dans le déroulement du scénario sera donc inexistant.

Finalement, c’est facile l’anglais !

De plus, le gros défaut de ce jeu (sur Switch en tous cas) réside dans l’absence de français. Dommage pour ceux ne maîtrisant pas la langue de Shakespeare . D’autant plus regrettable car le français est présent dans la version PC du jeu. Peut-être qu’une mise à jour prochaine corrigera cet oubli.

Un jeu à la beauté envoûtante.

Par contre, les graphismes du jeu sont vraiment intéressants. Le character design, signé encore une fois par Hare Konatsu, est vraiment recherché et colle bien au thème de l’heroic fantasy. De plus, l’absence de fan service (ce qui est assez rare pour ce genre de jeu) est vraiment appréciable. L’action n’est pas gâchée par des scènes avec des culottes apparentes ou autres poitrines à moitié découvertes. Les personnages font vraiment leur âge sans chercher à les rendre sexy à tout prix. De plus, les décors sont soignés et les effets de profondeur donneraient presque par moments une impression de 3D. D’un point de vue visuel, le soft est donc irréprochable.

N’est-elle pas adorable notre petite guerrière ?

Pour ne rien gâcher, les musiques du jeu sont vraiment sublimes. Des thèmes baroques, interprétés avec des instruments classiques. Des musiques plus entraînantes tirant presque sur la salsa. Tout un programme qui ravira les oreilles des joueurs les plus exigeants.

En ce qui concerne le contenu du jeu, ne vous attendez pas à trouver ici des bonus de folie à débloquer. Seul un prologue et une galerie des personnages viennent agrémenter le livre.

Voilà un character design plus que convaincant !

Ce dernier va vous occuper tout de même quatre à cinq heures, ce qui est déjà assez conséquent pour ce genre de soft.

Loin d’être mauvais, Fault – Milestone One s’adresse à un public bien ciblé de la Switch puisque seuls les amateurs du genre visual novel pourront en apprécier les subtilités. Ensuite sans vouloir trop insister sur ce point, la barrière de la langue peut être rédhibitoire. Il est, en effet, assez complexe de suivre un tel scénario sans être  bilingue. Un véritable crève-cœur, car encore une fois, l’histoire de ce jeu est vraiment passionnante et bien menée.
De plus, les ambiances sonore et graphique font de Fault – Milestone One  un récit plus qu’immersif.
Pour finir, le prix du jeu finira peut-être par décourager encore quelques joueurs.

Retrouvez nous sur :

Laisser un commentaire