Test : 9 MONKEYS OF SHAOLIN sur Nintendo Switch

Test : 9 MONKEYS OF SHAOLIN

Genre : Beat them all

Langues : Anglais, Russe 

Sous-titres : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Russe, Chinois

Développé par  Sobaka Studio  et édité par  Ravenscourt , Buka Entertainment et Koch Media
Sortie France : 16/10/2020
Prix : 29.99€ sur l’eShop 
Taille : 4159.00 MB
Joueurs : 1-2
Age minimum : 12 ans et plus

Site Web Officiel

Il fut une Chine lointaine, très lointaine

Dans les contrées lointaines réside le royaume du milieu. Terre peuplée de grands penseurs, d’artistes incroyables, de puissantes rivières, de forêts mystérieuses et de montagnes majestueuses.

Il y a plus de 100 ans, dans le sud de cette contrée, apparu le premier Temple Shaolin Légendaire. Ses résidents ont perfectionné leurs techniques depuis des lustres, à travers le corps, mais également leur esprit, et cela, tous les jours.

Moines sans faiblesse ni peur défendent leur territoire de ses assaillants : bandits et forces démoniaques. Mais leur plus grand challenge apparu : l’invasion de leurs terres par les impitoyables bandits de Wokou.

Le gouvernement actuel, plongé dans les vices de la corruption, ne sut faire face à l’invasion de ces pirates de l’Est. L’armée impériale ne put retenir la succession de vagues ennemies et les moines guerriers décidèrent de leur venir en aide.

Grâce à leur aide, les troupes de Wokou quittèrent le pays, non sans victimes de chaque côté … De nombreuses vies furent enlevées durant cette bataille. Une fois la victoire acquise, les moines retournèrent dans leur temple.

Le repli ne fut que de courte durée. Les terres étant vastes, les pirates se rapprochèrent des côtes pour attaquer les villages adjacents. C’est là que notre protagoniste, le jeune pêcheur Wei Cheng, entre en scène. Les ennuis ne font que commencer et l’horreur ne semble jamais vouloir s’arrêter.

Armé de courage, notre jeune pêcheur repoussa les assaillants jusqu’à épuisement. Son village fut complètement détruit, brûlé et pillé. L’arrivée des moines du temple Shaolin permis à Wei Cheng de s’en sortir, in extremis.

Recueilli et accueilli par ses derniers, il décide d’apprendre l’art et les techniques des moines afin de pouvoir combattre l’envahisseur.

L’apprentissage du Kung-Fu

L’aventure se présente et avec elle 4 niveaux de difficulté : novice, guerrier (mode normal), expert et légende. Une fois que vous avez fait votre choix, le maître du temple « Zongfei » vous propose de vous enseigner l’art du combat pour pouvoir parfaire votre maitrise du bâton.

9 Monkeys of Shaolin est un beat’em all, non pas à 360° comme ceux qui se présentent en next-gen mais plutôt un style rétro-classique de type « side-scrolling ». Vous déplacez votre personnage de gauche à droite, sans pouvoir retourner en arrière.

L’étendue de l’art du combat est plus qu’intéressante dans cet opus. Vous avez 3 combos de bases selon la touche que vous utilisez (a,x et y) soit les coups de pied, les frappes et la maitrise du bâton. Notre maître nous apporte des combos supplémentaires au fil de l’aventure :

  • les frappes chargées
  • les frappes spéciales (élévation dans les airs, ultra frappe et bâton tournoyant)
  • les frappes secrètes  (les sceaux spéciaux de pouvoir)

Les combos cités précédemment ne s’activent que grâce au QI qu’on obtient en frappant l’ennemi (ou en se faisant frapper, mais c’est moins fun et en plus ça réduit à zéro notre multiplicateur de combos).

Grâce aux nombreuses possibilités de combat, présents dans le jeu, ces derniers deviennent palpitants et ne se ressemblent pas. Les ennemis sont divers et variés également, certains possèdent des pouvoirs spéciaux, d’autres ne sont atteignables qu’en renvoyant leur projectile (oui il y a des archers et autres fusiliers). Certains ennemis possèdent des armures qu’il faudra briser et non pas avec un coup de pied!

Chaque fin de chapitre s’accompagne de mini-boss (pour lesquels la parade ne fonctionne pas forcément) et d’un boss! Le boss active une petite histoire pour nous plonger dans le chapitre suivant.

En cadeau il nous offre un objet personnalisable : son masque !

A la fin de chaque zone de combat, vous obtiendrez des points de compétences, mais également, pour certaines, de l’équipement à adapter à votre style de combat.

Bien évidemment les studios SOBAKA ont aussi ajouté des comestibles à acquérir et utiliser pendant les chapitres. Ils sont caractérisés par des thés (vert : soin, rouge : puissance, blanc : protection et jaune : Qi infini). Plus qu’appréciables dans certaines zones du jeu.

Attention à certaines zones du jeu, vous devrez souvent éviter des éboulements, des projectiles voire même la foudre !

Dock ou pas dock, telle est la question

La direction artistique repose sur 2 axes. Celui de l’histoire qui simule le design d’un manga au travers de courtes cinématiques (rassemblement d’images) entièrement doublées en Anglais (ou en Russe). Et celui des missions du jeu entièrement en 3D dans lequel les effets graphiques varient selon le fait que vous jouer en mode portable ou en mode dock (TV). Bad point !

Les textures sont belles (sauf en mode portable vous l’aurez compris), les couleurs des paysages sont plus que satisfaisantes et ces derniers sont extrêmement variés. Vallées mortuaires, bâtiments, forêts de bambous, tour impériale et j’en passe. Nombreux sont les lieux à visiter et on sent que les éditeurs se sont inspirés de la chine médiévale pour les (re)créer ! Très bon point !

Musiques made in China (or Russia)

Préparer-vous à voyager. Plongez dans une Chine antique, comme vous avez pu l’entendre dans vos vieux films préférés de Kung-fu, de tigres et de dragons!
La rythmique est bonne et associée aux passages qui le nécessitent. Une musique différente s’active au moment des boss et diminue lorsque les dialogues se font. Car oui, bon point, les dialogues sont entièrement doublés en anglais et c’est plutôt appréciable pour les bilingues et ceux qui souhaitent parfaire leur anglais (comme une série, version chinoise et au design manga).

Shaolin style

Le jeu est composé de 5 chapitres d’environ 3 à 5 niveaux chacun.

Selon la difficulté choisie, le niveau se réalise plus ou moins rapidement. Sur une partie en mode « novice » (facile) il vous faudra compter 5 heures de jeu. A cela il faudra encore en ajouter quelques- unes pour débloquer les trophées cachés ou statuettes dorées, dans les niveaux (qui permettent de pouvoir jouer avec des effets, mais aussi de changer son apparence ou le filtre graphique du jeu).

Entre chaque mission vous aurez accès à une sorte de Hub (zone de ravitaillement ou de repos, tout simplement) où chaque PNJ (alliés non jouables) proposera soit :

  • de changer vos équipements (chaussures, colliers ou arme)
  • de lancer le mode co-op (jouer avec un allié, en mode local ou en ligne)
  • de dépenser vos points de compétences dans les 3×3 arbres associés (pour les combos)
  • de personnaliser votre visage (masques obtenus après chaque boss)
  • de rejouer des missions ou de sélectionner la prochaine

 

Chaque jour les points de compétences des missions retombent à zéro afin de vous permettre de finaliser votre arbre de sorts. Car en finissant le jeu, vous n’aurez pas parfait ces derniers. Petite frustration qui pousse le joueur à se perfectionner avant d’affronter le boss final.

En soi, le mode normal (guerrier) possède une dose suffisante de difficulté. Donc si vous souhaitez vous donner un bon boost de challenge dès le départ, prenez un mode plus ardu et repoussez vos limites !

9 Monkeys of Shaolin est un beat’em all version « rétro-China » comme on les aime. Du combat, des vagues ennemies, de la personnalisation à gogo (graphismes, personnages, équipements), etc. Les studios SOBAKA se sont fait plaisir, pour satisfaire le nôtre.

Petit bémol sur des bugs mineurs en jeu (ennemis, armes ou vision) voire sur la durée de vie, car on en veut encore et toujours plus ! Malgré cela l’histoire est pertinente et prenante, quoiqu’un peu fantaisiste alors que ce n’était pas l’idée de base du scénario.

 

Test : 9 MONKEYS OF SHAOLIN réalisé par HERZEKIEL sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Retrouvez nous sur :
Partagez sur vos réseaux

Laisser un commentaire