Test : Animal Super Squad sur Nintendo Switch

ANIMAL SUPER SQUAD

Genre : Action, aventure
Langues : Anglais
Développé par DoubleMoose
Édité par DoubleMoose
Sortie France : 01/05/2018
Prix : 9,99€ sur l’eShop
Taille : 282,07 Mo

Site Web Officiel

Animal Super Squad met le joueur dans la peau d’une poule, dont l’objectif est de progresser dans des niveaux remplis de pièges sans y laisser des plumes.

Le joueur contrôle une poule, ou un des  autres animaux déblocables à trouver dans les niveaux, avec des contrôles très simples : on avance avec ZR, on recule avec ZL, on saute avec A. Quand on récupère un véhicule, la touche A permet d’activer son effet spécial, par exemple le boost ou le vol. Le joystick sert à gérer l’inclinaison, très pratique pour décoller ou atterrir avec un bon angle. Au bout du premier niveau, servant de tutoriel, les touches sont assimilées et tout roule, comme sur des roulettes, littéralement.

L’intérêt du jeu réside dans la physique, car il faudra se frayer un chemin dans des niveaux plus ou moins remplis d’obstacles, ce qui demandera une certaine habileté et parfois des réflexes. Piques, vide, flammes, tapis roulants, bombes, pentes très raides… Il faudra réussir à contrôler son véhicule, en faisant attention à sa vitesse, sa position, son axe. Des sauts bien calculés permettront d’atterrir en sécurité, mais une mauvaise position au départ et il faudra recommencer. Heureusement, les niveaux disposent de nombreux points de sauvegarde, auquels on retourne en cas de mort ou de simple pression sur la touche moins, permettant également de réparer son véhicule qui peut se retrouver abîmé en cas de rencontres avec des obstacles.

Les graphismes sont agréables à l’œil, avec des décors en arrière-plan disposant parfois d’animation. Les mondes ont chacun leur ambiance, avec occasionnellement quelques petites variations entre les niveaux.

Cependant, il arrive que cela manque de clarté et le joueur peut être induit en erreur : il m’est déjà arrivé de ne pas voir des mines car elles étaient quasiment invisibles et la caméra trop éloignée, ou de penser pouvoir atterrir sur une plate-forme alors qu’il y avait un trou. Mais cela reste assez rare et arrive principalement en mode portable.

La musique quant à elle n’est pas un point fort du jeu. Sans être mauvaise ou hors de propos, elle est très discrète, presque inaudible par moments et on l’oublie aussi vite qu’on l’entend. À signaler également la présence de bugs d’affichage, des niveaux pouvant tout simplement ne pas se charger une première fois. Il faudra recharger le niveau et si cela ne suffit pas en lancer un autre, puis revenir sur le niveau capricieux.

Le jeu dispose d’un solo composé de trois mondes, dont la difficulté augmente crescendo. Si au départ les niveaux se bouclent rapidement, ils vont gagner en complexité, et certains passages du dernier monde nécessiteront une très bonne maîtrise de son véhicule. On se rapproche d’un die and retry, jusqu’à ce que l’on réussisse le passage et qu’on atteigne le point de sauvegarde suivant. En ligne droite, il est possible d’atteindre les crédits en un peu plus de cinq heures.

Il y a également du contenu supplémentaire à récupérer, que ce soit de nouveaux modèles de véhicules, d’autres animaux, ou des chapeaux afin de customiser son pilote. Des cartes menant à des niveaux bonus, reposant sur des défis, sont également cachées. Et il faudra bien chercher dans les niveaux, ou réussir des passages ardus afin d’obtenir la récompense.

 

Mais là où le jeu s’annonce riche, avec une durée de vie potentiellement infinie, c’est dans sa création de niveaux : le jeu propose en effet l’accès à un éditeur de niveau et en se connectant à Internet on peut récupérer ceux créés par les autres joueurs. Un point appréciable réside dans la possibilité de voir directement les notes attribuées, avec le nombre de cœur (on peut filtrer en utilisant différents critères, comme le type de véhicule ou les appréciations), mais également une sélection des meilleurs niveaux, les “featured levels”.  Sorti à l’origine sur PC en novembre 2017, la communauté a eu l’occasion de proposer déjà plusieurs centaines de niveaux, et d’autres continuent d’arriver.

Animal Super Squad est un jeu un peu fourre-tout au niveau des genres : décrit comme relevant du genre action-aventure, il a aussi un côté jeu de réflexion par la gestion de la physique et platformer pour les sauts. Mais cela fonctionne bien, et on passe un très bon moment. La mise à jour régulière des niveaux de la communauté permet également de donner un intérêt au jeu sur la durée, en donnant envie de le relancer de temps en temps.

Test réalisé par Marron sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire