Test Another Lost Phone: Laura’s Story sur Nintendo Switch

Another Lost Phone: Laura’s Story

Genre : Puzzle, Simulation, Enquête
Langues : Français Sous-titres : Français
Développé par Accidental Queens / Seaven Sudio
Édité par Plug In Digital
Sortie France : 26/04/2018
Prix : 5, 99€ sur l’eShop
Taille : 104,86 MB

Site Web Officiel

Another Lost Phone: Laura’s Story, étant la suite spirituelle du premier opus de la licence intitulé A Normal Lost Phone, le jeu propose au joueur le même parcours, mais avec des personnages et une histoire différente. Toujours d’après des histoires vraies. Vous venez de trouver un téléphone, et vous recherchez l’identité de son propriétaire pour le lui rendre. Cette quête vous mène alors vers une véritable enquête narrative, dans laquelle vous vous ferez Sherlock Holmes.

Difficile d’en dire plus sur le jeu, car le spoil se profile nécessairement à l’horizon… Néanmoins, une dernière petite précision s’impose. Afin de retrouver l’identité du propriétaire de ce téléphone, vous devrez fouiller à l’intérieur de celui-ci. Ainsi, vous lirez les messages échangés avec les différentes personnes gravitant dans l’entourage de Laura (la propriétaire, vous l’aurez compris), mais aussi ses emails et vous devrez parcourir toutes les autres applications à la recherche du moindre indice et de la moindre information utile à votre enquête. Et autant vous dire que quelques surprises vous attendent…

Another Lost Phone: Laura’s Story, comme son prédécesseur, est un jeu destiné à être joué sur smartphones, à la base, le portage sur Switch étant arrivé plus tard. Rassurez vous, il est de très bonne facture, d’ailleurs.

Sur la Switch, le jeu se joue à la verticale, c’est-à-dire qu’il faut mettre sa console en mode portrait pour profiter pleinement du jeu, cherchant à ressembler très clairement à un téléphone. C’était le cas également pour A Normal Lost Phone. Cette disposition de la console est vraiment très agréable, et permet une véritable immersion. D’autant plus que le tactile est très confortable, beaucoup plus que les joysticks.

Les graphismes de cette série vidéo-ludique devraient en charmer plus d’un, tant ils parviennent à créer une véritable ambiance et permettent aux joueurs une immersion totale. Comme nous l’avons dit précédemment, le jeu copie littéralement l’interface d’un téléphone, dans les moindres détails (de l’application des messages jusqu’à l’application pour les paramètres etc). C’est très épuré à l’écran, et ce n’est pas une mauvaise chose.

Un autre élément très agréable : la bande sonore. En démarrant le jeu pour la première fois, une playlist se lance (accessible depuis l’application “Musique”), et propose des chansons reposantes. Un peu redondantes à certains moments, surtout si vous êtes bloqués, elles accompagnent tout de même très bien le joueur dans son enquête narrative.

Oubliez un moment les jeux de plateforme avec différents niveaux et tableaux, pour vous plonger corps et âme dans cette nouvelle enquête narrative. Évidemment, il est difficile de parler de contenu pour ce jeu, sans spoiler davantage les intéressés.

Another Lost Phone: Laura’s Story n’a pas pour vocation de vous occuper des heures durant. Selon votre réflexion et votre progression, le jeu devrait vous prendre 45 min à 1h de votre temps. Si certains rechigneront à payer 5, 99 euros pour une aussi courte durée, sachez que le jeu vaut le détour.

Comme son prédécesseur, Another Lost Phone: Laura’s Story propose un scénario des plus plaisants et qui devrait questionner les joueurs sur plusieurs aspects de la société, des relations humaines et bien d’autres problématiques actuelles, pour une durée de vie correcte. Les graphismes et la bande sonore sont un véritable atout, et permettent une immersion totale. Le portage sur Switch n’a pas à rougir des versions mobile puisque le mode portrait et le tactile font très bien l’affaire.

Test réalisé par Psychedelic sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire