Test : Arcade Classics Anniversary Collection sur Nintendo Switch

Arcade Classics Anniversary Collection

Genre : Arcade, Shoot ’em up
Langues : Anglais Sous-titres : Anglais
Développé par KONAMI
Édité par KONAMI
Sortie France : 18/04/2019
Prix : 19,99€ sur l’eShop
Taille : 228,59 Mo
Joueurs : 1-2
Age minimum : 7

Site Web Officiel

En mars 1969, quatre visionnaires s’associent pour créer une société de location et de réparation de juke-box. Kagemasa Kozuki, Yoshinobu Nakama, Hiro Matsuda, et Shokichi Ishihara (KONAMI) s’implantent alors à Osaka et travaillent très tôt sur l’utilisation des micro-processeurs. À partir de 1973, ils inventent leurs premières bornes d’arcade. En 1978, ils se lancent définitivement dans le jeu vidéo. Et en 1980 sort Scramble, leur tout premier succès.

À l’heure actuelle, KONAMI est perçu comme l’un des maîtres du jeu vidéo d’arcade. Ils ont développé des franchises cultes comme Gradius, Castlevania ou encore Contra. Qui n’a pas passé des heures et des heures sur un de ces épisodes ? Quoiqu’il en soit, la société fête cette année son cinquantième anniversaire et prévoit la sortie de trois compilations : Arcade Classics, Castlevania Anniversary Collection et Contra Anniversary Collection. Les deux dernières arrivant, a priori, cet été, nous allons pour ce test nous intéresser à la première, qui rassemble 8 des meilleurs jeux d’arcade du géant japonais. Verdict ?

Préparez-vous à faire un voyage dans les années 80, période en or pour les jeux vidéo qui se développent massivement. Les bornes d’arcade sont les reines, envahissant bars, centres commerciaux, cinémas et salles de jeux.

Si vous avez vécu cette époque, si vous êtes nostalgiques ou si, tout simplement, vous êtes trop jeunes pour être nés dans ces années là, et que vous avez envie de vous embarquer dans l’aventure, cette collection est faite pour vous. Elle contient 8 titres ayant influencé le monde du jeu vidéo : Haunted Castle, Typhoon, Nemesis, Vulcan Venture, Life Force, Thunder Cross, Scramble et TwinBee.

On retrouve une majorité de shoot’em up, et pas n’importe lesquels. Scramble (1980) est l’un des classiques de KONAMI, et aussi l’un des premiers du genre. À défilement horizontal, il faut progresser dans les niveaux en détruisant les adversaires et les barils de fuel, indispensables pour ne pas se crasher en plein milieu d’un stage. Ce soft a beaucoup influencé les créateurs de la série Gradius.

Gradius a trois représentants dans cette compilation. Tout d’abord Nemesis (Gradius sur la NES). Le joueur prend le contrôle du vaisseau Vic-Viper et affronte des ennemis biomécaniques. Le défilement est horizontal mais son gameplay est simple et efficace. Il est possible de récupérer des power-up sur les adversaires abattus pour améliorer son bolide (bouclier, speed-up, missile, laser, ou option pour décupler sa puissance), et chaque stage est sanctionné par un boss.

Life Force (ou Salamander) est un spin-off qui reprend une partie des caractéristiques de Gradius. Il apporte aussi des nouveautés comme le scrolling vertical, les power-up améliorés et les boss qu’il faut vaincre en détruisant leur cœur. La difficulté y est aussi accrue !

Enfin, Vulcan Venture (Gradius II) s’inspire de Life Force pour son gameplay mais détrône ses deux confrères par sa musique, son level-design à couper le souffle et ses graphismes magnifiques (slalomer entre les étoiles et les éruptions solaires est incroyable).

À côté de cela, il y a Typhoon (1987), qui alterne entre phases en 2D et en 3D. Des effets de zoom et de rotation apportent beaucoup de profondeur. Ce n’est pas commun et cela peut perturber de prime abord mais l’expérience de jeu n’en est que décuplée.

Thunder Cross (1988) est aussi un petit bijou du genre avec des ennemis variés, des morceaux du décor qui se détachent, et une bande-son entêtante.

Enfin, TwinBee se distingue par son univers kawaii,  mais tout aussi exigeant. En jouant à deux, il est par ailleurs possible de fusionner ses deux pods pour amplifier sa puissance.

Haunted Castle (1988) est le seul plateformer parmi tous ces shoot’em up. Il s’agit de la version arcade de Castlevania dans laquelle on retrouve Simon Belmont. Son fouet est son arme principale mais il peut en trouver une secondaire. Il doit sauter de plateforme en plateforme pour progresser dans les niveaux, jusqu’à l’affrontement contre Dracula. Il est étrange de retrouver un jeu de ce type dans une compilation constituée de shoot’em up, d’autant plus qu’une collection Castlevania est censée sortir dans le courant de l’année.

Les graphismes sont semblables à ceux des versions arcades des années 80. Ils n’ont pas été modifiés mais la luminosité et les contrastes sont améliorés. On retrouve avec plaisir les sprites d’antan, qui nous fascinent encore aujourd’hui. Toutefois, des options d’affichage ont été ajoutées. Elles permettent d’intégrer du flou, des lignes de balayage et des parasites, comme sur les vieux écrans. Le rapport de forme peut être changé (original ou 16:9). Et un arrière plan peut être choisi, à la manière du Super Game Boy.

Les musiques sont restituées à la perfection. Elles possèdent un entrain typique des années 80 avec des synthés, un rythme soutenu et des mélodies que l’on ne peut que retenir. Que demander de plus?

La compilation est très légère (228 Mo) et fonctionne finalement comme la Virtual Console de la Nintendo 3DS. Il s’agit donc d’émulation. On peut alors sauvegarder en cours de partie, choisir son niveau de difficulté ainsi que le nombre de vies. Par contre c’est un véritable plaisir de brancher sa Nintendo Switch en mode docké pour profiter d’un grand écran et jouer à des shoot ’em up (presque) comme à l’époque. Les 8 jeux présents dans cette compilation sont tellement bons qu’ils donnent envie de les refaire encore et encore. Certains d’entre eux possèdent même un mode 2 joueurs. Durée de vie illimitée garantie.

Heureusement, KONAMI ne s’est pas contenté du minimum. Ils ont intégré un ebook rempli d’informations supplémentaires, d’interviews des développeurs, de reportages sur le développement, et de documents conceptuels qui n’avaient jamais été présentés au public. C’est une nouvelle fois un vrai plaisir de se plonger dans le processus de création. On retrouve la chronologie des jeux KONAMI, un descriptif de chacune des sorties présentes dans cette compilation, les documents d’époque avec quelques dessins à main levée, les points marketing, les idées qui ont été  retenues (ou pas!), le nom des stages avec leurs boss et caractéristiques and so much more…

Les musicologues seront ravis d’apprendre que des transcriptions des œuvres musicales se sont glissées dans cet ebook. Il s’agit des scans des partitions, créées à la main par le compositeur de KONAMI en poste à cette époque. Il y a, entre autres, “Power of Anger” de Life Force, “Beginning of the History” de Nemesis, “Can’t Wait Until the Night” de Haunted Castle ou “Burning Heat” de Vulcan Venture. De quoi les réaliser chez soi avec son instrument fétiche.

Les interviews nous en disent davantage sur les problèmes liés aux circuits imprimés, sur le système Konami GX400, ou sur les mémoires à bulles (oui c’est assez technique). Ils parlent aussi du processus de création à cette époque, de la façon de travailler des développeurs et de leurs souvenirs en tant que joueur. Enfin, la dernière partie de l’ebook laisse la porte ouverte à une seconde compilation d’arcade.

Tout est en anglais. Aucune traduction n’a été envisagée pour la sortie européenne. Ce bonus contient 100 pages et au vu de la qualité de cette collection, une version boîte aurait été la bienvenue, rien que pour mettre en valeur les dessins conceptuels.

On oublie trop vite que certains éditeurs ont révolutionné le monde du jeu vidéo. KONAMI fait partie de ceux-là et cette compilation est là pour nous le rappeler. Elle parlera aux fans de la première heure, aux nostalgiques et aux retrogamers. L’immersion est totale dans ces 8 jeux (7 shoot ’em up, 1 plateformer) et on n’hésite pas à enchaîner les niveaux encore et encore. Jouer sur grand écran est un énorme plus mais le mode nomade l’est tout autant pour un confort optimal. On se délecte toujours de la qualité du level-design, des graphismes et des musiques. Cerise sur le gâteau, l’ebook apporte d’intéressantes informations sur la conception des jeux ci-présents. Un must-have.

Test réalisé par Mataï sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire