Test : ARK: Survival Evolved sur Nintendo Switch

ARK: SURVIVAL EVOLVED

Genre : Aventure, FPS, Multijoueur, Jeu de rôles
Langues : Japonais, Anglais, Français, Allemand, Italien, Espagnol, Portugais, Russe
Développé par Studio Wildcard
Édité par Studio WildcardInstinct GamesAbstraction Games
Sortie France : 30/11/2018
Prix : 54,99€ sur l’eShop, 54,85€ version boîte en vente ici
Taille : 10518,27 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 16 ans

Site Web Officiel

ARK: Survival Evolved commence par un réveil plutôt difficile… Nu et échoué sur une plage, vous ouvrez les yeux sur le rivage d’une île perdue où vivent une multitude de dinosaures dans un écosystème hostile, avec une étrange pierre implantée dans votre bras. Très vite, vous comprenez qu’il ne sert à rien de s’apitoyer sur votre sort, et que si vous ne réagissez pas immédiatement vous mourrez rapidement de dénutrition, de déshydratation, ou simplement en servant de casse-croûte à un dino. La seule issue est donc de vous adapter à votre environnement, en commençant par récupérer des pierres et du bois à la sueur de votre front pour créer vos premières armes et outils rudimentaires, dans l’espoir de trouver de quoi vous nourrir, vous défendre et faire un feu pour retarder l’heure de votre mort. Plus vous serez adapté à votre nouvelle vie de naufragé, plus vous serez habile dans vos constructions, et votre simple paillasse ressemblera peut être bientôt à un bungalow cosy, et vous aurez de quoi vous défendre contre les plus cruels prédateurs…

ARK est un jeu open-world dans le vrai sens du terme : il n’y a aucun point précis à atteindre, nulle part où vous devez vous rendre, il vous faut juste survivre le plus longtemps possible et devenir maître de l’île si vous en avez les épaules.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le gameplay de ARK n’est pas très instinctif, et un tutoriel n’aurait pas été un luxe pour les débutants. En un sens, le jeu nous fait bien ressentir la perte de repère du personnage, tout comme lui nous sommes totalement perdus sur cette plage, une fois avoir passé le menu très complet de sa création. Une rapide revue des boutons nous montre que l’on peut frapper avec R et ZR, sauter avec A, récolter des objets avec X, afficher la carte avec -, et afficher votre inventaire et votre journal où seront stockées toutes les informations sur votre état et sur vos compétences avec B. La charge d’informations dans ce menu est assez dure à assimiler au début, chaque caractéristique telle que votre santé, votre énergie, votre satiété et bien plus est affichée ici en temps réel, de sorte à ce que vous puissiez remédier à un quelconque changement dangereux. Vous pouvez aussi équiper des outils ou des vêtements depuis cet inventaire, en les assignant à la croix directionnelle, et à chaque passage à un niveau supérieur vous pourrez augmenter les caractéristiques comme bon vous semble, et débloquer de nouveaux plans pour créer toutes sortes d’items, des armes aux murs d’une maison.

Pour créer des éléments, il faudra bien sûr trouver les ressources nécessaires, en les récoltant dans la nature ou en tuant des bestioles, voire même en les fabriquant quand vous arriverez à des niveaux plus élevés. Une fois que c’est chose faite, vous pouvez les réaliser, et s’ils peuvent êtres posés sur le terrain, comme pour un feu de camp ou un lit par exemple, alors depuis votre inventaire vous pourrez les placer avec ZL. Il est aussi bon de savoir que pour les utiliser, certaines conditions sont requises, pour faire un feu il faudra placer du bois dans l’inventaire de l’objet “feu de camp” et vous pourrez ensuite l’allumer, et y placer de la viande par exemple pour la faire cuire et pouvoir la consommer sans risque. Les objets consommables sont en effet périssables dans ARK, leur temps de péremption apparaît dans l’inventaire, et gare à vous si vous consommez des denrées avariées… Néanmoins rien ne se perd, tous les items auront leur utilité à un moment, même vos déjections qui pourront servir à produire de l’engrais pour cultiver des légumes. ARK: Survival Evolved est donc un jeu de survie jusqu’au bout, tout aura son importance à un moment donné. Pour monter de niveau, une multitude d’actions vous rapporteront de l’expérience, de la chasse à la construction, et c’est une étape importante pour espérer survivre le plus longtemps possible. Ce levelling va vous permettre de prendre confiance en vous et d’explorer l’île plus en profondeur, en craignant de moins en moins les violents prédateurs, que vous pourrez même apprivoiser quand vous serez assez fort, et ils vous serviront de monture pour accélérer vos déplacements. Il est facile de se perdre dans les vastes étendues de l’île, mais si vous vous créez un campement de base, alors il sera possible de vous y téléporter, ou bien en cas de décès si vous décidez de retenter votre chance sans créer de nouveau personnage, c’est là que vous réapparaîtrez, en ayant perdu tout votre inventaire malheureusement.

Le jeu est en effet très punitif, et il peut être très frustrant au début, enchaîner les morts n’a rien d’amusant, d’autant plus que vous perdrez toutes vos précieuses ressources si vous ne pouvez pas encore vous construire d’espace de stockage externe. Néanmoins, le titre est vraiment complet, le monde à explorer est colossal, les possibilités de création presque infinies, et la sensation de liberté est palpable lorsque vous vous serez faits aux mécaniques complexes. C’est un portage du jeu PC, et des efforts ont été faits pour le rendre le plus accessible possible sur une console comme la Nintendo Switch, maintenant chacun jugera de cette réussite ou non, personnellement je trouve qu’après quelques heures de jeu tout est à peu près logique et facile à utiliser, malgré ma tendance à pester au début quand je ne savais même pas dépecer un pauvre dodo. Dernière petite information pour les petits malins, il est possible d’activer le mode cheat depuis l’écran de pause en appuyant simultanément sur L, R, X et Y, vous trouverez tous les codes en ligne ensuite pour vivre encore une autre expérience de jeu…

Les graphismes d’ARK: Survival Evolved sont sans aucun doute son point faible. Le jeu sur PC est très beau, et tout aussi vaste, or la Switch a tout de même ses limites, et l’optimisation n’a clairement pas été assez poussée, difficile de dire s’il s’agit juste de limitations techniques ou d’un manque de travail des développeurs. Toujours est-il que le titre est plutôt correct en mode TV, bien que la distance d’affichage soit faible et qu’on puisse parfois être surpris pas un dinosaure apparaissant de nulle part à deux pieds devant nous, en ajoutant à cela les textes ridiculement petits qui vous forceront à coller vos yeux contre l’écran, mais en mode portable le jeu souffre énormément : baisse de framerate, textures baveuses et floues, lumières parfois totalement anarchiques, une bonne bouillie de bugs visuels qui peuvent détériorer l’aventure, ce qui est fort dommage car la promesse de jouer à ARK en portable était très aguicheuse. Il y a cependant eu un patch le jour de la sortie qui a sûrement déjà dû pallier à certains problèmes, et on ne peut qu’espérer que d’autres suivront pour améliorer la qualité du jeu.

Même si j’ai tout de même apprécié chasser du dino depuis mon lit, je ne peux pas mentir sur ces défauts, et j’espère de tout coeur que des corrections seront faites de ce côté là, car on peut plus facilement pardonner ces erreurs à un jeu indépendant développé par peu de gens, alors que ARK a connu d’innombrables améliorations sur PC depuis sa sortie en 2015, et on est en droit d’exiger un portage correct sur console, surtout au prix où il est vendu. Ces considérations mises à part, c’est un plaisir d’explorer les différents environnements de l’île, et les musiques tribales collent parfaitement à l’aventure survivaliste qui s’offre au joueur.

ARK: Survival Evolved est monstrueusement vaste ! Attendez vous à jouer des centaines d’heures et à sans cesse découvrir de nouvelles choses, alors même que vous pensiez maîtriser les mécaniques du jeu sur le bout des doigts. Le titre est tellement conséquent que le temps de chargement avant de lancer la carte peut parfois prendre jusqu’à plusieurs minutes, fort heureusement une fois cet écran de loading passé vous n’en rencontrerez plus en cours de partie. Une partie solo c’est bien, mais en multi c’est encore mieux ! Vous pouvez en effet jouer online ou localement avec vos amis, et vous entraider pour votre survie à tous, le jeu prend alors une autre facette, de vraies allures de MMORPG, où votre but sera certainement différent, vous aurez même la possibilité de créer une ville entière en coopération ! Localement, 8 joueurs peuvent jouer ensemble moyennant 8 consoles, mais en ligne, ce chiffre peut monter jusqu’à 64 joueurs en même temps, ce qui est probablement un record sur la Switch. Le titre vous propose également de gérer une multitude d’options par vous même, pour créer votre expérience unique selon vos goûts.

Ce n’est pas une version complète car les DLC sortis sur PC ne sont pas inclus, et on ne sait pas encore s’ils le seront un jour, mais le jeu est si vaste qu’il n’y a pas réellement besoin de plus dans l’immédiat, vous aurez de quoi perdre assez d’heures de sommeil comme ça je peux le garantir !

Si comme moi vous avez été bercé par Jurassic Park dans votre enfance, alors vous ne trouverez certainement pas de meilleur jeu que celui-ci, pour peu que vous appréciez également les jeux de survie. ARK: Survival Evolved est un soft difficile à prendre en main pour les débutants, mais qui est extrêmement complet et fort appréciable une fois qu’on commence à comprendre ses mécaniques, en solo ou en multijoueur. Tout est possible, et il n’y a aucun autre but que celui que vous déciderez de vous fixer, que ce soit être un chasseur hors pair ou un bâtisseur de pyramide. C’est un portage d’un jeu PC à succès, mais là où le bât blesse c’est que les développeurs ont certainement eu les yeux plus gros que le ventre, car la Switch peine à assumer toute la charge d’informations qu’elle doit calculer à chaque instant… les graphismes en pâtissent grandement, la distance d’affichage en premier lieu, et en mode portable le jeu perd énormément de qualités dans l’état actuel des choses malheureusement. L’idée d’un ARK en mode portable est géniale, mais il faudra certainement plusieurs corrections pour que cela devienne une réalité. Cela m’attriste de le dire car j’ai personnellement adoré passer des heures à explorer cette île et à devenir un expert en survie à la Bear Grylls, et je sais que certains d’entre vous apprécieront autant que moi, mais je ne peux pas lui attribuer une note très haute tant que les problèmes graphiques ne seront pas réglés, pour un si gros jeu avec une équipe conséquente derrière, plusieurs années de développement et un prix tout de même élevé c’est inacceptable, nous ne pouvons qu’espérer que des efforts seront faits dans le meilleurs délais de ce côté là.  

ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI 

Retrouvez ce produit chez :

 

Test réalisé par Natingle42 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire