Test : Attack On Titan 2 – Final Battle sur Nintendo Switch

Attack On Titan 2 – Final Battle

Genre : Action
Langues : Japonais Sous-titres : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien
Développé par OMEGA Force
Édité par Koei Tecmo Europe
Sortie France : 05/07/2019
Prix : 49,99€ sur l’eShop, 52,99€ version boîte ici
Taille : 4791,99 Mo
Joueurs : 1-8
Age minimum : 18

Site Web Officiel

Avant de commencer, précisons que Attack On Titan 2 – Final Battle est une compilation regroupant le jeu de base A.O.T 2 ainsi que son DLC Final Battle récemment sorti. 

Dans cette interprétation du manga répondant au même nom, vous allez couvrir tous les événements se déroulant sur les trois premières saisons de l’anime. À l’occasion, plutôt que de contrôler les personnages emblématiques du manga tels qu’Eren, Mikasa, Livai, Reiner, etc, vous allez vivre l’aventure du point de vue d’un personnage inédit, un soldat inconnu. Par souci de cohérence, votre avatar est ainsi intégré à l’histoire comme enfant ayant vécu les mêmes traumatismes que les héros, vouant une haine farouche envers le Titan Cuirassé et intégrant tout comme eux la 104e brigade. 

Nous n’entrerons pas plus dans les détails de l’histoire pour permettre aux néophytes de découvrir ce récit dans son entièreté, étant donné que A.O.T 2 – Final Battle représente le parfait point d’entrée pour vivre ce manga.  

Dans le mode Histoire, vous allez revivre les saison 1 et 2 de l’anime par le biais de cinématiques et de missions. Le rythme du jeu se découpe en deux temps: les missions et la gestion. 

En combat, vous vous déplacez sur une grande carte en réalisant des objectifs divers et variés comme vaincre des titans, protéger des équipiers, tout en étant souvent interrompu par des signaux de détresse qui vous inciteront à faire des détours pour aider vos camarades plutôt que de foncer tête baissée vers l’objectif. 

Les Manœuvres Tridimensionnelles au cœur du déplacement

Le champ de bataille est vaste et serait une plaie à parcourir si vous ne disposiez pas de votre cheval ou de l’équipement de manœuvre tridimensionnel, spécifiquement créé pour contrer la menace de l’humanité. Cet outil vous propulsera dans les airs en plus de pouvoir vous balancer en projetant des grappins. On se prendrait presque pour l’homme-araignée lors de nos déplacements ! Et justement, pour vaincre les titans, il faut cibler et s’ancrer dans les parties de leur corps en faisant bien attention à l’aborder sous le bon angle. Inutile d’attaquer sa nuque, le point faible, si vous vous trouvez au sol devant lui : il conviendra au préalable de l’appréhender par les airs et de lui tourner autour pour lui porter le coup fatal. Couper des membres, en plus d’apporter des matériaux, constitue un atout stratégique car une fois à terre, sans défense, c’est là qu’il faudra frapper efficacement.

Rira bien qui rira le dernier

Loin d’aller sur le champ de bataille les mains vides, vous disposez de lames mais également d’armes à feu suite à l’ajout de Final Battle, de quoi diversifier les gameplays même si au bout du compte, le plaisir que procure les lames est nettement supérieur que les tirs de ses pistolets. D’autres manoeuvres vous seront utiles comme une attaque surprise ou encore un contre qui récompensera les plus téméraires ayant esquivé un coup du titan au bon moment. Mais attention, vous propulser dans tous les sens réduira votre jauge de gaz et vos lames s’abîment avec le temps. C’est là que vous trouverez l’intérêt d’installer des camps à des emplacements stratégiques pour vous réapprovisionner. Dans ces derniers, vous pourrez choisir leur rôle lors de leur construction: ravitaillement, mine ou encore canons pour vous venir en aide, une petite dimension tower defense appréciable qui apporte de la diversité aux combats.

Pour combattre les prédateurs de l’humanité, vous ne serez que rarement seuls. Des alliés, personnages de l’histoire ou combattants lambdas recrutés sur le champ de bataille, seront de précieux atouts qui déclencheront leur action d’attaque ou de soutien d’une simple pression en direction de leur portrait. Certains d’entre eux déclencheront des assauts spéciaux à base de petite cinématique stylisée, une pensée à Livai au charisme indéniable.

Rassurez-vous, tous ces éléments vous sont amenés progressivement et expliqués en temps et en heure pour vous éviter d’avoir trop à assimiler d’un coup.

Des liens se tissent entre membre d’une même compagnie

Une fois de retour dans vos quartiers, place au repos. C’est pendant cette phase de gestion que vous pourrez gérer votre équipement chez le marchand en l’améliorant ou en forgeant de nouvelles armes. Également, votre avatar peut se lier d’amitié avec de nombreux personnages familiers de l’anime. Un peu à l’image de Persona, lors des discussions, des choix multiples de réponses apparaissent parfois et il convient de donner la bonne pour améliorer votre relation avec vos interlocuteurs. Outre la satisfaction de se faire des amis, chaque niveau d’amitié vous fournira une compétence équipable qui renforcera votre personnage à base de statistiques ou de nouvelles attaques ! 

Vous allez avoir du choix en terme de compétences

En avançant dans l’aventure, vous aurez accès à toujours plus de zones et de fonctionnalités comme la possibilité de lancer des missions d’exploration (qui font partie du pourcentage de complétion total) pour récolter de précieux matériaux qui serviront à créer votre armement, la possibilité de booster vos statistiques au terrain d’entraînement, ou encore la capture de titans. La quantité d’actions réalisables dans le camp rend cette phase très riche, en plus de disposer d’un déplacement rapide pour atteindre n’importe quel personnage, couplé à un temps de chargement qui dure à peine deux secondes.

Abordons les autres modes notables. Premièrement, se joue en ligne et nécessite l’abonnement Nintendo Switch Online. Comme son nom l’indique, vous pourrez combattre aux côtés d’autres joueurs en choisissant le personnage débloqué désiré, même les plus secondaires. 

Une même histoire, différents points de vue

Ensuite, inédit à Final Battle, le mode Épisode de personnage vous plonge dans la 3e saison de l’anime, alterne entre une narration moins immersive que le mode Histoire, sur base de plans fixes et certaines cinématiques. En effet, plutôt que de vivre l’aventure avec votre avatar, vous allez alterner entre les différents personnages de l’histoire, vivant les événements sous différents points de vue. De plus, scénario oblige, les ennemis humains qui auraient pu apporter une diversité d’affrontement, s’avèrent mal intégrés au système de combat, bien plus adapté à la mise à mort de titans.

Votre escadron ne va cesser de s’agrandir

Pour finir, le mode Reconquête de territoire vous met à la tête d’une escouade, composée progressivement par vos soins. À nouveau, on retrouve un côté gestion de votre base ainsi que développement de liens avec les différents personnages. Ici, inutile de penser logique de scénario, n’importe qui peut être présent à votre côté, même les ennemis ou les morts, de quoi constituer sa dream team.

Maintenant, quelles sont les bêtes noires de A.O.T 2 – Final Battle ? En premier lieu, la baisse flagrante de framerate en présence de trop de personnages à l’écran. Également, les titans peuvent se bloquer dans les murs, vous empêchant d’atteindre leur nuque, parfois embêtant pour réaliser un score parfait. Et défaut qui n’en est pas vraiment un compte-tenu du type de jeu, les différentes phases deviennent vite répétitive avec plus ou moins les mêmes objectifs. 

Les cinématiques de A.O.T 2- Final Battle rendent honneur à l’anime. Très fidèles, certaines scènes sont identiques dans leur déroulement et se jouent avec énormément de style sur un fond sonore épique, exactement ce qu’on peut attendre d’une adaptation du manga éponyme. De plus, les voix japonaises apportent leur charme pour les amoureux de version originale sous-titrée.

La narration de l’Histoire est grisante, en particulier lors des scènes vues à la première personne. Malheureusement durant les phases de jeu, la qualité des visuels s’avère décevante autant en terme d’animation de personnages que de décors vastes mais vides et ternes.

Forcément, les ennemis n’étant que des titans, on ne pourra pas leur reprocher de tous se ressembler. Néanmoins, l’effort a été fait pour que les visages varient, comme en témoigne dans la liste que vous remplirez dans le centre de recherche.

Si vous voulez passer du temps dans ce monde, sachez que la durée de vie est titanesque. Comptez vingt heures pour terminer l’histoire une première fois, ce qui débloque le mode Géhenne (l’histoire avec une difficulté plus élevée). De plus, vous êtes invités à rejouer des missions et sauver des personnages précédemment décédés dans l’histoire. Ajoutez à cela les Épisode de personnages, la reconquête de territoire ainsi que les explorations et vous obtenez largement de quoi doubler votre temps de jeu, surtout si vous voulez monter le niveau de tous les personnages, débloquer tous les niveaux de liens et fabriquer les meilleures armes. 

Rien de plus effrayant que de combattre la saleté

A.O.T 2 – Final Battle est une adaptation complète du manga. L’ajout d’un personnage personnalisable renforce notre immersion et notre implication dans l’histoire, plutôt que de n’être qu’un spectateur. En effet, vous apprendrez à connaitre vos compagnons, liant des liens affectifs avec certains et en détestant d’autres. En combat, les sensations sont grisantes avec ce gameplay nerveux et vous devez rester à l’affut du moindre changement sur le champ de bataille, que ce soit l’apparition de nouveaux titans ou des signaux de détresse d’alliés. Malgré la faiblesse technique et l’immanquable répétitivité de l’action, le contenu proposé vous occupera de très longues heures. Si vous découvrez ce récit par le jeu, n’hésitez surtout pas à vous attarder sur l’anime pour obtenir davantage de détails.

 

Test réalisé par Nadium sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés

 

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire