Test : Automachef sur Nintendo Switch

Automachef

Genre : Simulation, Casse-tête, Stratégie
Langues : Français, Anglais, Allemand, Espagnol, Italien, Japonais, Chinois
Développé par Hermes Interactive
Édité par Team17
Sortie France : 23/07/2019
Prix : 14,99€ sur l’eShop
Taille : 1773,14Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 3 ans

Site Web Officiel

Êtes vous un entrepreneur dans l’âme, toujours à la recherche d’un défi commercial à la hauteur de votre sens des affaires ? Ça tombe bien, les robots recrutent ! Bien que possédant de nombreux avantages (ils ne réclament ni salaire ni pause, peuvent travailler dans des espaces restreints et ne se plaindront même pas de leurs conditions de travail, elle est pas belle la vie ?), ces margoulins ont bien besoin d’un humain pour les diriger. Et cet humain, c’est vous !

Quel meilleur poste pour des robots que dans une cuisine de fast-food, où la productivité se doit d’être maximale ? Si vous vous sentez de taille à prendre les rennes de cette nouvelle chaîne de restaurants, plongez vous dans Automachef et faites régner les automates sur le marché de la restauration rapide !

Le principe de base d’Automachef consiste à agencer différents éléments de manière à créer une cuisine entièrement autonome. Il faudra également prendre en compte le prix et la consommation énergétique de chaque composant de sorte à optimiser au maximum votre installation. 

Les machines proposées par le jeu sont variées : distributeur d’aliments, grill, robot ménager, friteuse, tout le nécessaire à la cuisine de fast-food sera mis à votre disposition. Cependant, étant donné le principe même du titre qui attend de vous la création d’une cuisine régie par des androïdes, ces appareils électroménagers seront accompagnés des (moins souvent présents dans une cuisine) téléporteurs, trieuses ou ordinateurs programmables. 

Ce dernier mettra à votre disposition un éditeur visuel, avec des portions de code prédéfinies sous forme de blocs à assembler pour pousser le contrôle de vos machines encore un peu plus loin, sans que soient requises des connaissances poussées en algorithmique dans la mesure ou un guide est mis à votre disposition. 

Le titre dispose de trois mode autour de ces mécaniques : Campagne, Contrats et Laboratoire. Le premier fait office de mode Histoire, dans lequel vous sont proposés trente niveaux principaux et dix niveaux bonus facultatifs. Chacun d’entre eux vous contraint à deux objectifs obligatoires (nombre de commandes à délivrer et coût total de l’installation) et deux facultatifs, une limite énergétique et une concernant le nombre d’ingrédients utilisés. 

Ces niveaux à difficulté croissante seront à effectuer sous des contraintes variées : nouveau plat à préparer, machines à placer dans un espace restreint… chaque stage sera l’occasion de relever un nouveau défi. Il est à noter que les robots dont vous disposez sont définis pour chaque niveau, apportant une contrainte supplémentaire.

Le mode Contrats, à la différence de la Campagne principale, vous permettra de payer pour débloquer chacune des machines proposées par le jeu, au moyen d’argent gagné en menant à bien des missions. Ces derniers seront proposés sous forme de niveau, avec à la clé une paie plus ou moins élevée selon la difficulté de la quête, salaire que vous pourrez donc réinvestir dans des engins robotisés de manière à améliorer votre productivité.

Le dernier mode, le Laboratoire, fait office de bac à sable : pas d’objectif, pas de restriction de prix, quasiment toutes les machines à votre disposition; de quoi ravir les plus expérimentés qui auront toutes les clés en main pour créer la cuisine de leurs rêves.

Le soft s’habille de graphismes 3D aux couleurs pastels, dont la netteté rend le tout très agréable à regarder. Les animations fluides améliorent la compréhension globale de ce qu’il se passe à l’écran, ce qui pourrait vite devenir incompréhensible, avec la croissance de complexité des installations, reste très clair et plaisant à observer.

La bande-son est quant à elle rythmée et enjouée, parfaitement accordée avec l’ambiance joviale du jeu.

Avec sa multitude de machines à la complexité variable et ses 40 niveaux en mode campagne, le soft est loin d’être avare en contenu d’autant plus qu’il se montre en phase de découverte du jeu assez complexe à prendre en main. 

Le mode histoire pourra également être rallongé par les objectifs secondaires, qui vous pousseront à revoir votre approche du niveau pour optimiser votre consommation. Une fois ce dernier complété à 100%, les deux autres modes pourront vous occuper encore un moment, et particulièrement le Laboratoire.

Si le paramétrage des machines n’est pas forcément évident au début, une fois qu’on a pris la main il est très satisfaisant de contempler en mode accéléré le fruit de notre travail. Avec sa narration parsemée de touches d’humour et sa bande-son enthousiasmante, Automachef est un titre solide, et son gameplay aux petits oignons ainsi que ses doux graphismes fournissent une expérience de jeu savoureuse.

Note du jeu : Très bon

Test réalisé par Pauline sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire