Test : Awesome Pea sur Nintendo Switch

AWESOME PEA

Genre : Plateforme, Die & Retry
Langues : Anglais
Développé par Pigeon Dev
Édité par Sometimes You
Sortie France : 01/03/2019
Prix : 5,99€ sur l’eShop
Taille : 122,68 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 3

Site Web Officiel

Ce n’est pas un secret, le rétro est tendance et beaucoup de créateurs ont compris qu’il était possible d’attirer un large public nostalgique en reprenant la recette qui faisait le succès des jeux d’antan. Certains rendent littéralement hommage à leur console préférée en imitant à la perfection charte graphique, gameplay et effets sonores. C’est le cas des développeurs de Pigeon Dev qui, associés à l’éditeur Sometimes You, délivrent le jeu de plateforme 2D “Awesome Pea”.

C’est sous la forme improbable d’un petit pois que nous allons parcourir un archipel merveilleux du nom de “Awesome Islands”. Notre héros n’a qu’une idée en tête : ramasser pièces et joyaux, et ce, au nom de la cupidité !

Un voyage dans le temps se produit dès que nous lançons notre première partie. Nous nous retrouvons catapultés presque trente ans en arrière, à l’époque de la Game Boy et des jeux monochromes. Le menu principal est épuré au possible et ne nous propose que deux possibilités : Start Game et Options. Une fois le bouton adéquat pressé, nous arrivons sur une carte qui ne peut que nous évoquer le monde de Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins. Quatre îles sont à visiter pour un total de 30 niveaux. Un compteur nous indique combien de pièces et de joyaux sont à récupérer au sein des différents stages.

La prise en main est rapide et intuitive car notre petit pois n’a que très peu de mouvements. Il avance à gauche ou à droite et ne fait que sauter. Il n’a, en effet, pas d’attaques particulières. En revanche, il peut effectuer des doubles sauts qui lui permettent d’atteindre des plateformes à diverses distances et hauteurs.

Cela peut paraître simple au premier abord, mais en réalité tout se base sur ce fameux double saut. Il faut bien le maîtriser pour progresser et surtout éviter les nombreux pièges qui barrent notre route : scies circulaires, crânes volants, faux, piques et autres crapauds.

La mort est très souvent au rendez-vous. Pour la contrecarrer, il faut s’armer de dextérité et de persévérance. Car “Awesome Pea” est incroyablement difficile, et ce, dès les premiers niveaux. On perd à de nombreuses reprises et il est nécessaire de mémoriser l’emplacement et le mouvement des obstacles pour pouvoir s’en sortir. Les ennemis sont vifs et les enchaînements de roues dentées ne nous laissent que très peu de chances de survie.

La difficulté est amplifiée par une hitbox capricieuse qui ne semble pas avoir été calculée pour s’adapter à la forme des objets ou de notre personnage. Le petit pois a beau être rond, le jeu le considère comme un carré et il devient parfois compliqué d’éviter les pièges sur notre chemin. Cela demande un vrai travail de précision et de patience, car atterrir à un endroit ou éviter un crâne volant peut s’avérer mortel. Ceci dit, il y a une bonne dose de challenge qui n’est pas négligeable et qui nous plonge, immanquablement, dans un die & retry tout à fait corsé.

Les stages ne sont pas très diversifiés. En effet, nous voyageons souvent sur un train, ou traversons régulièrement les mêmes forêts et donjons. Les quatre îles se ressemblent toutes, en définitive, et n’ont pas d’identité propre. C’est linéaire et nous passons notre temps à aller à droite ou à gauche et à sauter. Voici du scrolling horizontal pur et dur ! Toutefois, deux types de niveaux changent de l’ordinaire, car très verticaux. Dans les tours, il faut grimper vers les cieux tandis que dans les grottes, il faut descendre jusque dans les entrailles de la terre.

Si le gameplay est hérité des anciens jeux Game Boy, les graphismes le sont aussi ! Le design est simple, avec des sprites et des pixels dans des tons verdâtres. Il est de plus possible de faire quelques réglages dans les options du menu principal. Ils ne sont pas anodins puisqu’ils permettent de s’immerger encore plus dans cet univers rétro : coins arrondis, filtre CRT avec lignes de balayage, déformations et parasites peuvent être ajoutés ou retirés selon notre envie.

La bande-son fait rêver car elle respecte aussi à la perfection l’identité sonore de la Game Boy. Les musiques en 8-bit sont dynamiques et entraînantes, et les bruitages sont caractéristiques, bien que peu variés.

“Awesome Pea” est un jeu léger. Il n’est pas gourmand niveau stockage et ne demande pas de sauvegardes car il n’y a pas de checkpoints. Par conséquent, la durée de vie est très faible. Une première partie prend une bonne heure, le temps de s’adapter à la difficulté et de maîtriser le double saut. Les suivantes se font en une demi-heure, voire un tout petit plus si on se permet de collecter toutes les pièces et tous les joyaux pour obtenir le 100%.

Malgré les apparences, nous sommes bien sur Nintendo Switch avec “Awesome Pea”! Ce petit jeu a tout ce qu’il faut pour attirer les amoureux de la Game Boy : un personnage atypique, un gameplay simple, des graphismes doucement rétros et une bande-son 8-bit attrayante. Les commandes rigides et la difficulté exponentielle poussent le joueur dans ses retranchements. Après tant de challenge, arriver jusqu’à la fin du jeu apporte une certaine satisfaction personnelle et pousse à recommencer encore et encore. L’addiction prend le pas sur le manque de diversité des décors et la courte durée de vie, finalement relégués au second plan. Qui aurait cru qu’incarner un petit pois serait aussi fun?

Test réalisé par Mataii sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire