Test : Bad North sur Nintendo Switch

BAD NORTH

Genre : Stratégie, Action, Aventure
Sous-titres : Japonais, Anglais, Français, Allemand, Italien, Espagnol, Coréen, Néerlandais, Portugais, Russe, Chinois
Développé par Plausible Concept
Édité par Raw Fury
Sortie France : 20/08/2018
Prix : 14,99€ sur l’eShop
Taille : 331 Mo

Site Web Officiel

Bad North ne nous offre pas de scénario précis, le titre nous lance directement dans le feu de l’action : nous sommes une petite faction de soldats sur une île minuscule avec une ou plusieurs maisons à protéger des hordes de vikings sanguinaires se déversant sur les côtes…

Il n’y a aucun dialogue ni aucun texte, mais finalement rien de tout cela ici n’est nécessaire, tout ce qu’il faut savoir c’est que des hommes violents veulent vous tuer et brûler vos demeures, point. Alors jetons un dernier regard sur nos femmes, nos fils et nos domaines, et allons défendre nos terres contre une armée de nordiques prêts à croiser le fer !

Avant de commencer la partie, le jeu nous propose deux modes de difficulté, normal ou difficile (la facilité contre ces ennemis féroces est proscrite). Ensuite, la partie commence avec un très court tutoriel : on dirige au départ deux groupes de soldats que l’on peut commander avec L et R ou avec l’écran tactile en mode nomade, on les positionne sur les côtes et on adapte notre stratégie selon l’arrivée des bateaux vikings par la mer, le but étant de résister aux vagues successives et d’essayer de conserver un maximum de bâtiments car les ennemis vont tenter des les incendier dès qu’ils auront percé nos lignes. Ensuite, le même schéma se répète et il faudra inlassablement repousser les vikings d’île en île, en sachant qu’ils seront de plus en plus armés jusqu’aux dents et que leur sale caractère ne va pas en s’arrangeant. Lorsque l’on bat la dernière vague sur une île, on reçoit un nombre de pièces défini selon les bâtiments sauvés et leur taille, pièces qui servent entre chaque bataille à développer les bataillons, en leur assignant de nouvelles armes tels que les arcs ou les lances, ou alors en leur conférant de nouvelles capacités, comme par exemple la possibilité de sauter d’une falaise pour asséner le coup de grâce ou multiplier le nombre de soldats qu’ils contiennent. Chaque bataillon est dirigé par un commandant, on commence donc avec deux d’entre eux mais il est possible d’en récupérer d’autres sur certaines îles, chaque partie étant créée aléatoirement de manière procédurale, cela dépend de la chance à chaque tirage.

Si le combat s’avère trop rude, il est possible d’envoyer un bataillon se reposer dans un bâtiment pour que les soldats puissent se ressourcer avant de repartir à la bagarre, moyennant une courte période où ils seront inutilisables au combat et si tout espoir semble perdu, on peut également faire le choix difficile d’abandonner une île pour sauver les survivants, et ne pas perdre la partie en évitant un massacre. Car si par malheur tous les commandants sont décimés sur l’archipel qu’ils tentent de protéger, la partie s’achève et il faudra tout recommencer de zéro…

Au niveau des graphismes, Bad North présente un bel environnement en 3D minimaliste à contempler en vue isométrique qui n’est pas sans rappeler le jeu Monument Valley sorti il y a quelques années sur mobile. Les îles sont toutes générées aléatoirement avant chaque partie, et bien qu’elles paraissent à première vue assez vides, puisqu’il faut accentuer au maximum la visibilité axée sur les combats rapides et brutaux, quelques animations viennent néanmoins leur apporter un charme bienvenu, comme le souffle du vent faisant frémir de rares brins d’herbe, les vagues légères se rapprochant des côtes, ou les variations climatiques qui rythment le fil du jeu, apportant une certaine poésie, un calme avant la tempête à apprécier jusqu’à ce que le son d’un cor viking vienne briser la mélancolie, annonçant l’arrivée proche des guerriers avides de sang.

La musique est peu présente dans le titre, si ce n’est dans les écrans de sélection entre chaque combat, mais elle est calme et efficace, et les bruitages de guerre sont des plus convaincants, on entend les archers bander leur arc, les pluies de flèches, les épées tinter, les lances percer la chair et les râles des courageux mourants au combat. En clair, bien que le titre ait une direction graphique minimaliste, la violence est présente et pesante, et on se surprend à éprouver de l’empathie pour nos pauvres soldats de quelques pixels qui chargent sans craindre les brutes qu’ils affrontent.

Étonnamment, Raw Fury a décidé de sortir Bad North en priorité sur Nintendo Switch, annonçant une sortie prochaine sur les consoles concurrentes et sur mobile, et le titre est tellement plaisant à jouer en mode portable que l’on ne peut que leur donner raison. Le jeu est hautement addictif, et diablement complexe lors des premières parties, les mécaniques sont simples à maîtriser, mais il faudra s’attendre à perdre rapidement les 5 premières fois avant de développer une réelle stratégie commençant à être efficace. Comme chaque nouvelle partie est générée de manière procédurale, on ne tombe jamais sur les mêmes îles, ce qui n’instaure pas de monotonie, malgré le fait qu’il faudra inlassablement perdre et recommencer pour s’améliorer.

En ce qui concerne la durée de vie, elle est assez compliquée à évaluer, l’idée du jeu étant de nous présenter une carte différente à chaque partie, mais lorsque l’on a développé une stratégie efficace, on peut espérer la finir sans défaite en 4-5h, cependant là encore tout est basé sur la chance selon le tirage effectué au début. Bad North est de toute façon fait pour les fans de jeu de stratégie qui veulent se détendre quelques heures, il est par exemple parfait pour passer le temps pendant des trajets ou pour une partie rapide. Ce soft tire une grande partie de sa force de l’utilisation qu’il fait du tactile de la machine de Nintendo, trop rarement mis à profit.

Bad North est un très bon jeu de stratégie sur Switch, sa prise en main est instinctive et rapidement maîtrisée, mais il faudra perdre de nombreuses fois avant d’espérer pouvoir repousser tous les vikings menaçants qui viennent prendre d’assaut nos terres. La lutte sera terrible, les pertes irremplaçables, le sang coulera à flot et la difficulté sera largement au rendez-vous, même pour les joueurs les plus habiles. Le titre est très beau, l’action est fluide malgré quelques bugs mineurs (certains ont d’ores et déjà été corrigés par les développeurs qui écoutent attentivement les plaintes, on peut donc espérer que le jeu sera toujours meilleur), mais ce qui prime c’est son caractère addictif, sa rejouabilité est extrêmement plaisante et pas rébarbative pour un sou, et on a toujours plaisir à découvrir ce que chaque nouvelle partie nous réserve tout en s’améliorant. Le titre s’adresse donc à tous les joueurs cherchant à mettre à l’épreuve leur esprit stratégique ainsi qu’à ceux voulant simplement profiter d’un petit jeu sympathique et pas monotone pour passer le temps, c’est une des meilleures surprises provenant des nombreux jeux indépendants florissants sur notre console favorite.

Test réalisé par Natingle42 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire