Test : BAKUGAN champion of Vestroia sur Nintendo Switch

Test : BAKUGAN Champion of Vestroia

Test : BAKUGAN Champion of Vestroia

Genre : Aventure, action-RPG

Langues : /

Sous-titres : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Portugais, Chinois

Développé et édité par WayForwardSpin Master et Warner Bros. Interactive Entertainment.
Sortie France : 04/11/2020
Prix : 49.99€ sur l’eShop  (39.99€ en version boite)
Taille : 4380.00 MB
Joueurs : 1 (2 en ligne) 
Age minimum : 7 ans et plus

Site Web Officiel

Baku-quoi 

Test : BAKUGAN Champion of Vestroia

Bakugan Battle Brawlers, du nom de sa licence, est une série d’animation japonaise arrivée sur nos écrans français en 2008.

« Ce fut une nuit d’été pas comme les autres, des cartes tombèrent du ciel par milliers, comme une douce pluie, sans en connaître leur provenance et cela à travers le monde. Nous ne savions pas qu’elles étaient plus que de simples cartes.

Dan Kouzo, accompagné de ses amis du web échangèrent sur cet étrange phénomène et créèrent un nouveau jeu : Bakugan. C’est à ce moment-là que le pouvoir des cartes se révéla : des monstres puissants en jaillirent et la partie commença !

Cependant, il existait un monde parallèle dans lequel les affrontements étaient permanents : Vestroia.

Dan Kouzo créa l’équipe Bakugan Battle Brawlers pour rétablir la paix à travers les mondes.

Vestroia est une composée d’une vaste dimension où règnent six attributs : le Feu (Pyrus), la Terre (Subterra), la Lumière (Haos), les ténèbres (Darkus), l’Eau (Aquos) et le Vent (Ventus).

L’équilibre de Vestroia reposait sur une orbe positif et son contraire (comme le Yin et le Yang) mais un vil Bakugan voulait en prendre le contrôle en accaparant ces orbes de pouvoir. Dan, ainsi que son équipe, s’occupèrent de Naga et replacèrent les deux orbes au centre de Vestroia afin de rétablir l’équilibre de cet univers. Toutefois, Naga n’est pas le seul obstacle sur leur chemin …

 

 Après la pluie vient…

Le jeu débute avec la personnalisation de votre personnage (masculin / féminin et apparence physique).

S’ensuit la tombée d’une météorite, qui n’est autre qu’un nouveau Bakugan récupéré par votre héros (votre starter, pour lequel vous pouvez choisir l’élément de base parmi les 5).

Avec ce dernier vous débloquez, enfin, les combats et les tutoriels correspondants.

L’aventure ne présente pas de palier de difficulté de départ et les menus sont pauvres en contenu.

Bakugan : champions of Vestroia est un jeu d’aventure dans lequel le monde que vous explorez est semi-ouvert. Vous pouvez aller et venir comme bon vous semble dans les endroits que vous avez visités (7 lieux existants) en vous y rendant à pied ou en prenant le bus (oui, les enfants ne conduisent pas).

Beaucoup de quêtes sont proposées mais ressemblent plus à des mini, voire micro-jeu (trouver des gobelets sur la carte, jouer à cache-cache, attraper un garçon qui courre, etc.)

Mais ce qui nous intéresse le plus dans Bakugan c’est bien évidemment le combat.

Explications :

  • 1 à 3 bakugan peuvent être mis au combat (votre équipe et changé à tout moment avec L ou R)
  • Votre personnage doit marcher sur le terrain pour récupérer des Baku-core qui vont donner de l’énergie à vos bakugan. Il peut être équipé d’un objet facilitant la récupération des baku-core ou entravant les déplacements de l’ennemi.
  • Les bakugan possèdent 4 sorts (rechargeables) qui nécessitent de l’énergie pour être lancés
  • Vos bakugan possèdent des points de vie et des affinités élémentaires qu’il faut exploiter

Les combats sont optionnels (quêtes) sauf s’ils font parti de la quête principale du jeu (arrêter l’équipe ennemie bakugan qui travaille dans l’ombre et qui crée des troubles sismiques).

Battre des ennemis rapporte de l’expérience à vos Bakugan (pour leur évolution) et quelques fois de l’argent ou des vêtements (oui, on peut changer notre style vestimentaire comme dans POKEMON – épée / bouclier).

 

Effets manga de la cutscene au combat

Nous ne jouons pas à ce titre pour nous émerveiller de l’environnement et ses effets graphiques, comme nous avons pu le faire dans Breath of the Wild. La direction artistique repose sur un axe unique. Les saynètes et le jeu en lui même sont en 3D style manga, car il n’y a, apparemment, pas de cinématique au rendez-vous dans cet opus. Aucune différence apparente lors de la narration de l’histoire.

Finalement ce que les fans de la série ou les joueurs souhaitent, ce sont des Bakugan ! Et à ce niveau il y a de bonnes et de moins bonnes surprises.

Nous nous retrouvons plus ou moins dans un Pokemon-like avec une diversité de mouvements plus restreinte. On apprécierait que notre héros apprenne à faire du vélo, à courir, voire même voler sur le dos de nos Bakugan. Cela permettrait aux joueurs d’avoir des paysages plus variés, plus dynamiques et surtout avec plus d’interactions que ceux que nous propose actuellement le jeu.
Outre ces aspects, on ne peut pas tourner la caméra à 360 degrés afin de profiter pleinement de l’environnement, pendant et hors combat.

Bande-quoi ?

La bande-son n’est que peu présente dans ce titre. A la place, vous retrouverez toute une panoplie de sons comme celui des voitures, des oiseaux, des menus, des alarmes et des petites musiques d’ambiance ou de fond pour les balades en ville et les boutiques.
Une musique s’enclenche néanmoins lorsqu’un combat se prépare. Dynamique, elle apporte un plus au combat qui lui … en a bien besoin. Car mis à part courir à travers le plateau pour recharger l’énergie de notre Bakugan le combat devient vite linéaire (sans parler du bug actuel qui donne zéro point d’énergie).

Collectionneur de talent(s)

Malgré le fait que le monde soit semi-ouvert, l’exploration n’apporte pas grande utilité.

7 zones sont accessibles comportant chacune quelques quêtes, bakugan(s) ou monnaie à récupérer dans les poubelles, les fontaines,les feuillages ou autre élément du décor présent. Si on s’arrêter à la trame principale de l’histoire on peut rapidement faire le tour du jeu. N’hésitez donc pas à compléter les quêtes et à parcourir les lieux (en spammant la touche A pour récupérer les objets cachés).

Tel un pokédex, vous aurez accès une zoothèque des Bakugans que vous possédez : le Bakulog. Il faut savoir qu’il existe une dizaine de types de Bakugan (pegatrix, dragonoid, centipod, trox, etc) possédant chacun sa version élémentaire (feu, terre, ténèbres, eau, lumière et vent).

Chaque type de Bakugan possède ses caractéristiques propres (puissance, endurance / point de vie, énergie) qu’il faudra prendre en compte en fonction des combats à venir et de l’ennemi à affronter.

Malheureusement, chaque élément possède les mêmes attaques (baku-cap) et ce même si le type de Bakugan est différent. On aurait préféré que chaque type de bakugan possède ses propres compétences en fonction de son affinité élémentaire. Finalement, on se retrouve à jouer avec, plus ou moins, la même équipe constamment (surtout que seule l’équipe en jeu gagne de l’expérience et que les ennemis deviennent rapidement plus puissants).

Un peu de shopping

Dans Bakugan : Champions of Vestroia vous avez accès à plusieurs boutiques pour dépenser le peu d’argent que vous récupérer lors de vos explorations ou de vos combats :

  • Boutique de combat : elle permet d’acheter des baku-maîtrises (qui sont en fait les baku-cap que vous possédez. Comme les bakugans elles possèdent un rang qui, plus il est élevé, plus accroit en puissance et en coût en énergie) mais également les maîtrises de combattant (équipement unique de combat, pour votre dresseur) et les cellules centrales (faire une évolution instantanée de l’un de vos Bakugans : classique à hyper, puis à titan, puis à maxima, etc.)
  • Boutique d’apparence : afin de changer de coupe de cheveux (et de couleur)
  • Boutique de vêtement : pour changer de tenue vestimentaire (haut, bas, chaussures). Au vu de l’importance de notre personnage en combat, c’est dommage que les tenues ne possèdent pas de capacités propres et spéciales, comme dans Splatoon 2.

Etant donné le coût élevé des objets en jeu et du fait qu’on ne puisse « farmer » la monnaie comme bon nous semble, les développeurs auraient pu ajouter une fonction « vendre » les doublons de bakugan ou de baku-cap que l’on possède (et qui ne servent finalement à rien).

 

Durée de vie

Afin de finir le jeu, sur la base du scénario principal, il faut compter environ 25 heures.

Si vous souhaitez compléter votre collection, améliorer vos bakugans jusqu’à leur forme finale et finaliser chacune des quêtes, vous pouvez aisément doubler ce volume d’heures.

 

Test : BAKUGAN Champion of Vestroia

En s’appuyant sur la notoriété de sa licence, les studios WayForwardSpin Master et Warner Bros. Interactive Entertainment se sont reposés sur leurs lauriers. Il suffisait de peu de choses pour rendre cet opus digne de son nom. Néanmoins, plusieurs mises à jour ont été effectuées depuis la sortie du jeu afin d’ajouter des quêtes et corriger certains bugs … sauf le pire de tous : l’absorption d’énergie en combat, ce qui pénalise grandement notre aventure.

Les moins : absence de cinématique, bug en combat, quêtes enfantines, caméra

Les plus : collection, évolution, possibilité de combattre en ligne

 

Test : BAKUGAN : Champions of Vestroia sur Nintendo Switch réalisé par HERZEKIEL sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Retrouvez nous sur :
Partagez sur vos réseaux

Laisser un commentaire