Test : Bard’s Gold sur Nintendo Switch

BARD’S GOLD

Genre : Plateformes, Arcade, Action, RPG
Langues : Japonais, Anglais, Allemand, Coréen, Chinois
Développé par Pixel Lantern
Édité par Pixel Lantern
Sortie France : 05/03/2019
Prix : 8,99€ sur l’eShop
Taille : 120,59 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 3 ans

Site Web Officiel

Jeu destiné aux amateurs du genre, Bard’s Gold est un Platformer qui ne nous fournit pas d’autre histoire que celle contenue dans la cinématique du menu, où on voit le Barde que l’on incarne poursuivre un gobelin qui semble lui avoir volé son or.

L’objectif sera donc de parcourir des salles en trouvant des clés à travers de 4 mondes, entrecoupés de Boss, dans le but de retrouver le précieux métal.

Bard’s Gold est un jeu de plateforme dans lequel les seules capacités mises à notre disposition sont des projectiles et un double saut. Si le principe même du titre reste simple, ce dernier propose néanmoins des fonctionnalités intéressantes telles que la possibilité de réinvestir les gemmes non dépensées en fin de partie dans différentes compétences (déblocable in game en trouvant des “Skill Books”), et que l’on peut donc améliorer, ce qui rend chaque partie un peu moins difficile, que ce soit par l’augmentation de nos capacités de départ ou par l’amélioration de la maîtrise de notre Poète, ce qui donne un sentiment satisfaisant de progression.

On a également la possibilité d’accéder à un magasin proposant divers upgrades tels que des boucliers, bottes de courses et autres lunettes magiques nous permettant de révéler les objets et portes cachées dans chaque salle. Qui dit magasin dit monnaie : dans Bard’s Gold, elle est symbolisée par des pierres précieuses, que l’on obtient (du moins, le plus souvent) en tuant des monstres ou en ouvrant des coffres.

Lorsque l’on débute on peut facilement être déboussolé par l’absence totale de tutoriel, et la difficulté pendant les premières sessions, notamment le fait que peu importe l’ennemi touché ou le piège déclenché une vie nous est retirée et notre Barde est replacé à l’entrée de la salle. Cependant, on comprend étonnamment assez vite le fonctionnement des objets (qui est expliqué dès la deuxième salle dans le magasin), on apprend à discerner les dalles cachées qui activent des pièges, ou les rangées de pics prêtes à nous tomber sur la tête, et le tout procure un sentiment grisant de progression.

Bard’s Gold propose des graphismes rétros, ce qui en plus de l’absence de contexte et de tutoriel renforce le côté old-school du titre. Le jeu, divisé en 4 parties, propose donc 4 environnements différents, comme le désert par exemple. Le pixel art est efficace, et il n’y a aucune difficulté à comprendre la nature des éléments qui nous entourent.

Côté musique, elle peut sembler assez répétitive. Cela dit, ce qui pouvait sembler être un défaut n’en est finalement pas un, et le besoin de musiques différentes ne se fait pas sentir, celles proposées par défaut étant lues en boucle mais pas redondantes.

Bard’s Gold propose 3 modes : Normal, Retro et Rogue-like. Les 2 premiers d’entre eux, au lancement, nous présentent 4 portes, chacune correspondant à un monde, dont (au départ) seule la première est accessible. Il faudra parcourir les salles jusqu’au boss, permettant d’obtenir la clé de la porte qui ouvre l’accès au monde suivant. Après avoir battu un boss, la porte donnant l’accès au stage suivant reste accessible, ce qui évite de se lasser rapidement, il n’est pas nécessaire de reprendre l’exploration à chaque game over. On ne ressent pas vraiment de différence entre le mode “Normal” et “Rétro”, mais d’après les indications du menu le taux d’apparition des objets serait plus élevé dans le mode “Rétro”.

La version Rogue-like, pourrait faire office de “mode difficile”. En effet, ce dernier ne propose pas de différence majeure de gameplay par rapport aux deux autres, cependant notre nombre de vies tombe à 2 (chiffre que l’on ne peut pas augmenter en dépensant nos gemmes en fin de partie), battre un boss n’entraîne pas la création d’un checkpoint, et tous les objets proposés en magasin voient leur prix augmenter.

Bard’s Gold possède un aspect Rogue-like, et les salles et emplacements des ennemis sont sélectionnés aléatoirement à chaque nouvel essai. Cependant, au bout de quelques parties on commence à reconnaître les configurations des salles, pour les avoir déjà explorées auparavant. Enfin, même si l’on pourrait reprocher au jeu l’absence de traduction française, la rareté des lignes de texte ne nous fait pas ressentir ce manque.

Bard’s Gold est un platformer exigeant, et qui risque de vous donner du fil à retordre au début. Si il est très punitif lors des premières tentatives, on commence vite à se familiariser avec le titre et à bien plus s’amuser, et ce malgré l’absence de tutoriel, dont on questionne la nécessité une fois s’être rendu compte qu’on apprend vite les mécanismes du jeu. De plus, si on peut lui reprocher son manque de diversité du côté Rogue-like dans la génération des salles qui ont tendance à vite se ressembler, le soft reste assez exigeant pour ne pas être terminé trop vite, et offre après quelques hésitations une expérience agréable.

Test réalisé par Pauline sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire