Test : Battle Group 2 sur Nintendo Switch

Battle Group 2

Genre : Action, Stratégie
Langues : Anglais
Développé par Bane Games
Édité par Merge Games
Sortie France : 11/10/2018
Prix : 9,99€ sur l’eShop
Taille : 193,99 Mo

Site Web Officiel

L’histoire commence alors que vous êtes en mission à bord de votre cuirassée. L’apparition d’un groupe terroriste dénommé “Le Talon” va chambouler l’ordre mondial. Contraint à abandonner votre navire, vous serez mis aux commandes d’une nouvelle flotte, spécialement mise en place pour contrer cette nouvelle menace.

Battle Group 2 est divisé en 31 niveaux à la difficulté croissante. Dans chacun d’entre eux, votre cuirassé avancera tout seul et votre rôle sera de viser juste avec vos canons pour détruire les vagues d’ennemis volants qui s’abattront sur vous. D’entrée de jeu, on vous conseillera le mode tactile, la visée au stick étant beaucoup trop lente et imprécise pour être efficace dans le feu de l’action. Les missiles que vous allez tirer pour vous défendre, vous ne pourrez pas en abuser. Bien qu’ils soient illimités, le temps de chargement vous obligera à viser juste en anticipant le déplacement de vos ennemis avions, hélicoptères ou missiles.

Très vite, vous aurez la possibilité d’acheter avec de l’huile, la monnaie du jeu obtenue dans les missions, un deuxième cuirassé de support. Ce dernier dispose d’un armement utilisable ponctuellement mais au temps de rechargement particulièrement lent, à utiliser donc aux moments les plus critiques pour se sortir de situations tendues.

Au début du jeu, vous serez au commande d’un nouveau petit cuirassé, mais en accumulant l’huile, vous pourrez acheter des cuirassés plus grands, ayant plus de réserves de missiles. Chacun de ces bâtiments pourra être amélioré : amélioration de la vie ou amélioration de la quantité de munitions tirables.

Pour finir, trois bonus sont utilisables : un bonus pour arrêter le temps et faire le ménage face aux menaces, un bonus pour rafraîchir immédiatement le tir de son cuirassé de soutien et un bonus pour détruire immédiatement tous les missiles à l’écran.

Car oui, des missiles, vous en aurez beaucoup qui iront dans votre direction. Il vous arrivera également dans quelques niveaux de devoir défendre des avions de civiles face aux tirs des terroristes ou encore de faire des niveaux de nuit avec un filtre verdâtre. Néanmoins, les missions se ressembleront toutes très vite du début jusqu’à la fin où la difficulté fera subitement un bon.

On regrettera l’acquisition très lente de l’huile pour n’importe quelle amélioration ou pour acheter les bonus, reliquat du jeu initialement sur mobile. Également, les ennemis ne sont pas variés et vous verrez toujours les mêmes vagues venir à vous. Notez que dans les derniers niveaux, les ennemis submergeront tellement l’écran que la Switch aura du mal à tenir le coup, engendrant des ralentissements particulièrement handicapant.

Le graphisme du jeu est terne et la lisibilité de l’écran peut se compliquer aussitôt que trop de missiles et d’avions sont visibles. L’unique menu est austère mais a le mérite d’être clair. Il n’y a pas une grande diversité dans le design des bateaux ou des avions ennemis. Néanmoins on peut remarquer que la mer est particulièrement bien faite, maigre consolation.

Côté musical, il n’y a que très peu de pistes. Celle des missions sera très discrète, celle des boss un peu plus rock. En tout cas, vous entendrez davantage les tirs échangés ainsi que les commentaires de votre commandant qui vous tiendra au courant de l’avancement de la mission ou encore si vous vous êtes faits toucher.

Le titre dispose de 31 niveaux qui se termineront en 2-3 heures grand maximum. Pour chaque niveau, vous pourrez tenter d’obtenir 4 étoiles en fonction de vos performances.

Vous pourrez également vous amuser à refaire les niveaux pour obtenir assez d’huile pour acheter tous les bateaux et toutes leurs améliorations, ce qui ajoutera 1h ou 2 à cause de la relative lenteur d’obtention de la monnaie. Cependant, l’intérêt reste assez limité car le jeu est assez facile pour se jouer en passant du premier cuirassé au dernier.

Dans tous les cas, une fois terminé, le jeu ne propose pas de contenu post-game et cela nuit grandement à sa rejouabilité.

Tout au long du jeu, ce dernier sera distrayant. Le fait de devoir anticiper les déplacements pour placer ses tirs est intéressant et éloignera le titre des shoot’em up classiques dans lesquels on laisse le doigt appuyé sur le bouton de tir. Le côté amélioration de cuirassé plaira également, même si les bonus apportés seront assez négligeables. Hélas, le jeu peine à se renouveler, que ce soit en terme d’ennemis ou en terme d’objectif de mission et ne dispose d’aucune rejouabilité, en plus d’une durée de vie minuscule.

Test réalisé par Nadium sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire