Test : Boreal Blade sur Nintendo Switch

Test : BOREAL BLADE

Genre : Combat, Action
Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Coréen, Portugais, Russe, Chinois
Développé par Frozenbyte
Édité par Frozenbyte
Sortie France : 28/08/2019
Prix : 19,99€ sur l’eShop
Taille : 1364,20 Mo
Joueurs : 1 à 8
Age minimum : 16 Ans

Site Web Officiel

Dans Boreal Blade vous incarnez l’un des valeureux guerriers d’une tribu nordique un peu particulière. En effet, votre peuple a trouvé un moyen plutôt original de “trancher” lorsqu’une question fait débat. Les villageois sont partagés entre peindre les murs d’une arène en vert ou en rouge ? Qu’à cela ne tienne, il suffit d’organiser un combat bien sanglant entre les deux clans pour les départager.

Voici le genre de débat (de fond ?) que vous proposera Boreal Blade.

Le studio Finlandais Frozenbyte, connu jusqu’à maintenant pour la série des Trine, nous revient aujourd’hui sur Switch avec une idée assez originale, mais maladroitement développée.

Passons outre le scénario quasi inexistant pour nous focaliser sur le gameplay du jeu. Frozenbyte propose dans Boreal Blade beaucoup d’options intéressantes. Tout d’abord, le joueur dispose d’une personnalisation des avatars assez poussée, ce qui permet de pouvoir facilement se démarquer lors des combats en PVP. Ensuite, avant d’entrer dans une arène, il peut choisir entre différents styles de combats. Ceux-ci se caractérisent par l’équipement que son avatar va utiliser pour se défendre, arme à une main, à deux mains, armes et bouclier ou pour les hardcore gamers à mains nues. Ensuite, des touches de feinte viennent rendre les combats très tactiques. Ça c’était pour les côtés positifs du soft…

Voici la page de sélection des arènes.

Dès la première partie, quelques défauts sautent aux yeux. Tout d’abord, les personnages sont vraiment lents ! Leurs coups mettent un temps infini à sortir ce qui rend les affrontements aussi rythmés qu’un match de ping-pong dans une maison de retraite. Un constat d’autant plus flagrant que pour faire un maximum de dégâts à l’adversaire, il vous faudra charger votre arme en restant appuyer sur le bouton un certain temps. Ensuite, la grandeur, ou plutôt l’étroitesse des arènes a de quoi rendre fous les amateurs de jeux comme Dragon Ball Xenoverse, par exemple. Enfin, et c’est peut-être là que Boreal Blade pèche le plus, lors d’affrontement vous pourrez vous retrouver face à des adversaires surarmés alors que vous n’aurez que votre épée pour rivaliser. De petits détails, certes, mais qui mis bout à bout risquent de décourager bon nombre de joueurs.

Graphiquement, Boreal Blade n’atteint pas des sommets, mais n’est pas laid pour autant. Les personnages, armes et armures sont même plutôt bien modélisés. Cependant, les décors sont désespérément vides et n’offrent donc pas le côté waouh que l’on pourrait attendre de ce genre de jeux.

Les amateurs de décors fouillés risquent d’être fort déçu…

Le compositeur Antti Martikainen, a fait du bon travail sur la Bande originale de Boreal Blade. En effet, ses musiques sont envoûtantes et rappellent aisément le scénario, tirant sur les “légendes Nordiques”, du titre.

Comme dit plus haut, les personnages étant personnalisables, ils possèdent donc une panoplie d’armes assez conséquentes. Sachant que celles-ci se débloqueront au fur et à mesure des combats remportés, cela confère à Boreal Blade une durée de vie supplémentaire par rapport à un jeu de combats d’arène lambda.

Voici un léger aperçu du nombre d’armes à collectionner dans le jeu

De plus, les divers modes de jeux, un contre un, en équipe ou en mêlée permettront aux joueurs de choisir la stratégie qui leur conviendra le mieux.

Boreal Blade part d’un bon sentiment, mais quelques défauts viendront gâcher le plaisir des joueurs préférant les titres plus nerveux. Cependant, les tacticiens, eux, apprécieront le fait de mettre au point toute une stratégie afin de faire gagner leur clan. Pour finir, les développeurs de chez Frozenbyte semblent ne pas avoir réussi à choisir entre un jeu de combat sérieux et quelque chose de plus léger. Cela donne donc un rendu “entre-deux” qui ne plaira pas forcément à tous. Dommage, il aurait fallu jouer la carte du fun jusqu’au bout comme dans les Splatoon, par exemple.

 

Test de Boreal Blade réalisé par Jean sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire