Test : BOXBOY! + BOXGIRL! sur Nintendo Switch

BOXBOY! + BOXGIRL!

Genre : Plateformes, Casse-tête
Langues : Japonais, Anglais, Français, Allemand, Italien, Espagnol
Développé par HAL Laboratory, Inc.
Édité par HAL Laboratory, Inc.
Sortie France : 26/04/2019
Prix : 9,99€ sur l’eShop
Taille : 569,38 Mo
Joueurs : 1-2
Age minimum : 3

Site Web Officiel

Après BOXBOY!, BOXBOXBOY! et Bye-Bye! BOXBOY!, la série investie la Nintendo Switch avec un nouvel opus.

Alors que les cubes et bébés cubes vivent paisiblement dans leur monde, une engeance spatiale attaque leur planète cubique. Suite à cette catastrophe, ne demeurent que Qbby et Qucy. Avec les habitants pétrifiés ou disparus, il ne reste que notre duo pour sauver le monde. Sur leur chemin, les héros gagneront de nouveaux pouvoirs en libérant des victimes et seront rejoints par des alliés de taille.

Dans ce puzzle game, vous contrôlez Qbby ou Qucy (vous pouvez alterner) qui doivent traverser des mondes composés de plusieurs niveaux.

Qu’importe le personnage, la finalité est la même: ce sont des cubes. Le tutoriel se présente de manière sobre et n’aborde que deux actions qui gouvernent l’ensemble du gameplay: sauter et créer des blocs pour ensuite les manipuler. Cependant, cette capacité de clonage reste limitée. Chaque niveau définit le nombre maximum de cubes qu’il est possible de créer d’une traite, vous obligeant fatalement à adapter votre approche à chaque puzzle.

En avançant, de nombreux pouvoirs étofferont le panel de mouvements de nos cubes préférés. Projeter des blocs, se téléporter au bout de ses clones, se servir de la création pour gagner en hauteur: BOXBOY! + BOXGIRL! prouve que par une base simple, il est possible d’obtenir un gameplay riche en possibilité.

Bien sûr, les niveaux abritent de nombreux pièges. Piques, électricité, ressorts ou vide vous feront obstacle. Heureusement, en cas de mort, vous réapparaissez à l’endroit où vous vous trouviez, un bon choix de développement pour éviter d’avoir à refaire toutes les étapes du niveau. D’ailleurs, vous pouvez d’une pression des boutons L et R réinitialiser le puzzle sur lequel vous butez. Tout est fait pour faciliter la réflexion et les essais du joueur. Les développeurs ont même ajouté la solution de chaque étape au cas où vous seriez vraiment bloqués. Si cela ne suffisait pas, disséminés un peu partout sur votre chemin, des couronnes, optionnelles à récupérer, vous obligeront à faire des détours et aborder les casse-têtes d’une autre manière.

Au terme de chaque niveau, un écran vous indiquera si vous avez réalisé les deux principaux objectifs communs que l’on retrouve à chaque fois : La récupération des couronnes et le nombre de blocs créés. En fonction de cette quantité, vous obtiendrez de une à trois médailles. Enfin, vous récupérez, à la fin de chaque stage, des médailles à utiliser en boutique ainsi que des pièces qui s’utilisent lorsque vous désirez une solution. Détail qui a son importance, si d’emblée vous récupérez la totalité des récompenses d’un monde, vous débloquerez le tableau des scores indiquant votre rapidité à terminer les étapes.

Pour finir, nous allons aborder la boutique dans laquelle de nombreux produits sont à acheter: des objets permettant de faciliter les niveaux en vous donnant un bonus d’invincibilité, des blocs supplémentaires, des défis bonus où il faudra éclater des ballons en un temps record, l’OST du jeu ou des BD amusantes mettant en scène des personnages cubiques.

Le dernier aspect inutile mais indispensable de la boutique se trouve dans une machine vous remettant aléatoirement des bouts de costume. Lunettes, chapeaux, tenues, barbes, une quantité impressionnante de personnalisation est disponible pour décorer votre cube préféré (le notre a fini en sumo atteint de calvitie).

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le visuel de BOXBOY! + BOXGIRL! est minimaliste. Pourtant, on ne ressent pas un manque. Les sprites des protagonistes sont clairs et précis. Leurs nombreuses options de personnalisation donnent de l’unicité aux personnages et même si ils sont identiques en terme de gameplay, on alterne volontiers entre Qbby et Qucy juste pour le petit ruban que porte cette dernière.

Globalement, les tons du jeu s’avèrent discrets avec des personnages et un décor en noir et blanc tandis que le fond se pare de motifs colorés variant d’un monde à l’autre. La musique composée illustre parfaitement l’état d’esprit dans lequel on se trouve en jouant: zen, paisible, un petit fond sonore sans prétention et qui fait mouche.

Si vous aviez peur que l’expérience se termine trop vite, soyez rassurés. BOXBOY! + BOXGIRL! propose plus d’une centaine de niveaux dans sa campagne principale et une supplémentaire se débloquant lorsque vous finissez la première. Plus courte néanmoins, elle vous mettra dans la peau de Qudy qui donnera lieu à des puzzles sensiblement différents dans leur manière d’être abordée. Terminez par le mode coopératif qui se montre quasiment aussi long (voir légèrement plus) que la campagne principale et vous obtenez en tout et pour tout 270 niveaux.

Pour certain, l’envie de plus se fera sentir. Quoi de mieux que de débloquer davantage de costumes ou bien de réaliser des contre-la-montre pour obtenir un rang S dans tous les niveaux? Vous l’aurez compris, le titre vous occupera pour une bonne dizaine d’heures.

Simple et intelligent, BOXBOY! + BOXGIRL! nous régale d’un casse-tête qui se renouvelle constamment. L’introduction de nouvelles mécaniques et compétences à chaque monde permet d’éviter la routine. Sans jamais être d’une difficulté bloquante, le titre laisse le joueur expérimenter à volonté et donne un coup de pouce si c’est nécessaire. Finalement le seul reproche qu’on trouvera au jeu se trouve dans les quelques recyclages de niveaux d’un personnage à l’autre. L’expérience n’en demeure pas moins complète autant en solo qu’en multijoueur, de quoi se casser la tête à deux pendant quelques heures pour un prix plus qu’honorable.

Test réalisé par Nadium sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire