Test : Bridge Constructor Portal sur Nintendo Switch

Bridge Constructor Portal

Genre : casse-tête, simulation
Développé par ClockStone
Édité par HeadUp Games
Sortie France : 28/02/2018
Prix : 14,99€ sur l’eShop
Taille : 165,68 Mo

Site Web Officiel

Félicitations, vous avez été choisi par Aperture Science pour être le nouvel employé du laboratoire de tests d’Aperture Science. Votre rôle sera de frayer un chemin à des Souplex et leurs véhicules afin qu’ils puissent se rendre de l’autre côté d’une salle de test, tout en utilisant la technologie d’Aperture.

 

La première chose qu’on peut dire sur le gameplay est qu’il est très facile à prendre en main, grâce à un didacticiel à la fois simple et drôle.
Au début c’est un Bridge Constructor plutôt banal, l’objectif est donc de frayer un chemin à des véhicules, généralement grâce à des ponts, tout en prenant en compte la gravité. Pour ça vous reliez des points entre eux pour créer des plateformes et des structures pour maintenir votre pont ou votre passerelle, car si vous construisez simplement une planche dans le vide, forcément ça va s’effondrer avec la gravité ou le poids du véhicule. Il vous faudra donc réfléchir à comment maintenir votre structure pour qu’elle ne se casse pas, à vous de faire preuve d’imagination.
Mais comme son nom l’indique, ce jeu est un crossover dans lequel on mêle les mécaniques de Bridges Constructor et celles de Portal et il faut bien dire que les deux se marient à la perfection.
Aussi, plus vous avancerez dans le jeu, plus vous débloquerez des mécaniques propres à Portal qui vont venir corser vos parties. D’abord des portails évidemment, qui vous permettront d’utiliser la gravité (et donc la vitesse) à votre avantage, à l’instar des jeux Portal. Puis des cubes pour appuyer sur des boutons, des tourelles à éviter etc…

Le jeu peut se jouer aussi bien avec les Joy-Con qu’avec le tactile, néanmoins on sent bien que c’était à la base un jeu pc. Si on a aucun problème à jouer avec le tactile, le gameplay au Joy-Con peut s’avérer lent et imprécis, ce qui n’est pas très pratique lorsqu’il faut bien placer ses points.

Graphiquement il n’est pas spécialement exceptionnel, au niveau de la bande son non plus. Je dirais même que c’est plutôt redondant mais on en fait pas mal abstraction finalement, en particulier parce qu’on retrouve l’ambiance et l’humour noir des jeux Portal et qu’on aura tendance à se focaliser dessus et à se concentrer sur nos constructions.

Concernant la durée de vie, le jeu possède quand même 60 niveaux et si les premiers se terminent plutôt rapidement, le jeu devient évidemment plus difficile et met à votre disposition de plus en plus de mécaniques. Il vous faudra donc plusieurs heures de réflexion pour venir à bout des 60 niveaux.
Vous pouvez en plus évidemment refaire les niveaux pour essayer de nouvelles structures, moins chères ou plus solides, d’autant que parfois le pont s’écroule après le passage du premier véhicule, comme c’est le cas sur l’image en dessous, alors qu’il y a des convois de plusieurs véhicules à faire passer pour faire le niveau “à fond”. Il faudra donc refaire le niveau pour faire traverser tout ce petit monde. 

Le jeu est rarement frustrant, même lorsqu’on lutte, parce que finalement on aura tendance à plus rigoler de nos échecs ou de nos structures douteuses que de nos vraies réussites. Ce qui fait qu’on ne s’en lassera pas facilement.

Bridge Constructor Portal est un excellent crossover, très fidèle aux deux licences dont il est issu et très amusant. Il plaira très fortement aux fans de Bridge Constructor et/ou de Portal mais il sera également très agréable pour ceux qui veulent découvrir ces univers. S’il peut devenir un peu lassant après des grosses sessions bien longues, il sera en revanche très agréable à jouer pour se détendre. Le seul vrai défaut que je lui ai trouvé est son gameplay au Joy-Con finalement.

Test réalisé par Lirhya sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire