Test : Catan sur Nintendo Switch

Catan

Genre : jeu de plateau, stratégie
Langues : allemand, anglais, espagnol, français, néerlandais
Développé par Exozet Berlin GmbHUSM Games
Édité par Asmodee Digital
Sortie France : 20/06/2019
Prix : 19,99€ sur l’eShop
Taille : 847,25 Mo
Joueurs : 1 – 4
Age minimum : 3 ans

Site Web Officiel

Oyez, oyez, braves gens ! Catan, le célèbre jeu de plateau, est désormais disponible sur Nintendo Switch ! Vraie fausse bonne idée ? C’est ce que ce test va tenter de dénouer.

L’écran titre

Si la pensée de faire une partie de jeu de société seul devant votre écran vous semble incongrue, ce n’est pas l’avis des studios Exozet Berlin GmbH et USM Games. Le premier avantage que l’on peut y trouver, c’est tout d’abord que l’intelligence artificielle ne vous refusera jamais une partie. Car, avouons-le, trouver des partenaires est souvent le point le plus difficile dans ce domaine. En l’occurrence, vous pourrez, à loisir, développer votre colonie, commercer, explorer ou encore voler sournoisement vos adversaires. Ce sont là les principales mécaniques que vous rencontrerez dans ce soft.

La table de jeu

Ce dernier vous présentera de manière très fidèle le plateau original. Il se paie également le luxe de matérialiser une table de jeu très réaliste sur laquelle seront posés les divers éléments. Vous voilà donc bien installé, ambiancé et prêt à en découdre (non, on n’est pas là pour s’amuser!).

Affal…posé dans votre canapé, vous aurez tout le temps de prendre le titre en main. Pour ce faire, une section de tutoriel vous est proposée et vous explique les règles de base : un premier tour vous autorise à placer votre colonie ainsi qu’une route. Cette dernière vous permettra de vous étendre par la suite. Veillez à bien réfléchir à l’emplacement choisi car les tuiles adjacentes vous apporteront des ressources spécifiques (blé, laine, argile, minerai, bois) selon leur type pour chaque lancer de dés. Un deuxième tour vous fera placer une seconde colonie qui vous octroiera d’emblée des matériaux. Ils vous permettront d’effectuer diverses actions (visibles via le menu de la gâchette gauche) :

  • construire d’autres colonies,
  • améliorer les colonies existantes en villes (ce qui doublera vos revenus),
  • construire des routes (la plus grande du plateau vous assurera 2 points de victoire),
  • acheter une carte « développement » qui peut donner différents bonus (point de victoire supplémentaire, ressources sélectionnables, etc).
Le menu d’actions

Si vous n’avez pas les éléments nécessaires, pas de panique car le troc est au centre du gameplay. En effet, vous pourrez à n’importe quel moment de votre tour, proposer des échanges à vos adversaires ou encore à la banque (à un taux préférentiel, autant dire, complètement déraisonnable) via une interface, par ailleurs très facile d’utilisation. Sinon, les dés seront vos amis : vous les lancez à chaque tour en utilisant la gâchette droite et selon le nombre obtenu, la tuile numérotée distribue les ressources aux joueurs possédant une colonie sur celle-ci. C’est là que votre chance interviendra (ou pas…). Dans le cas où il vous arriverait de faire un 7, le voleur entrera en scène. Ce dernier vous défaussera de 4 cartes si vous en possédez trop et en subtilisera une pour votre compte à quelqu’un d’autre.

Le didacticiel

En partie classique, il vous faudra 10 points de victoire pour gagner. Vous les obtiendrez en bâtissant des colonies ou en les améliorant, en piochant des cartes spécifiques ou encore en construisant le plus long chemin ininterrompu.

En somme, vous assimilerez assez vite les règles. Dans le cas contraire, une notice est consultable dans le menu principal et reprend les explications nécessaires à la compréhension du jeu. Pour le perfectionnement, eh bien, c’est en forgeant qu’on devient forgeron !

Catan jouit d’une jolie réalisation graphique qui reproduit assez fidèlement le jeu de plateau. Ce dernier est représenté de manière très réaliste. La caméra vous permettra d’observer l’entièreté de votre petite table (personnalisable par ailleurs). À noter également que l’interface est très claire et très intuitive. Les informations utiles sont bien affichées à l’écran au moment opportun, sans qu’il ne soit surchargé. Le tout reste très épuré. Un excellent point.

Une musique d’ambiance viendra remplacer les râleries agaçantes de vos convives. Plutôt agréables à écouter et collant bien à l’univers médiéval de l’opus, les pistes ne sont malheureusement pas très variées. Par chance, les options vous permettront de couper la musique si vous finissez par vous lasser.

Vous êtes du genre à passer des heures à jouer avec vos amis dans la cave de vos parents ? Eh bien vous pourrez à présent faire de même sur votre Switch avec vos compagnons virtuels ! En effet, Catan propose de nombreux modes de jeu qui lui offrent ainsi une énorme rejouabilité. Autant dire que vous ne compterez pas vos parties. Chacune d’elle pourra varier en moyenne d’une demi-heure à une heure (surtout en multijoueur).

Les divers scénarios de l’extension Marins

Vous pourrez donc expérimenter :

  • un mode « campagne » qui vous présentera des cartes à contraintes (l’agencement des tuiles sera fait en fonction du descriptif), chacune pouvant être modifiée en difficulté « débutant », « vétéran » ou « maître » ;
  • un mode « scénario » qui propose des conditions de victoire particulières ;
  • un mode « multijoueur » qui vous permettra d’affronter en ligne uniquement (nécessitant donc l’abonnement Nintendo Switch Online) deux à trois adversaires. Dans ce dernier, vous aurez le choix entre une « partie personnalisée » (dans laquelle vous choisissez le scénario, les joueurs (dans votre liste d’amis), etc) et une « partie automatique » qui ajoutera des opposants aléatoires (avec l’option également de sélectionner une ou des cartes préétablies).

À cela s’ajoute la possibilité d’acheter l’extension « villes et chevaliers », disponible sur l’eShop au prix de 5,99€.

Les modes de jeu

À noter également que des collectibles sont présents : à mesure que vous jouez et gagnez en niveau, vous débloquerez de nouvelles tables de jeu, des tuiles de terrain ou encore des pions.

De nouveaux objets à chaque niveau gagné

Autant dire que les développeurs n’ont pas lésiné sur le contenu, d’autant que l’intelligence artificielle ne vous facilitera pas la tâche et vous promet parfois des sessions acharnées !

Nous pouvons à présent répondre à la grande question : adapter le célèbre jeu de société Catan sur Nintendo Switch, bonne ou mauvaise idée ?

Si l’on considère la facilité de prise en main du soft (que l’on soit novice ou non), la clarté et la belle réalisation de l’interface, l’immense durée de vie (ne serait-ce que par les divers modes de jeu mais aussi les collectibles, sans parler du DLC pour ceux à qui il en faut toujours plus) et la présence du mode multijoueur, on peut décemment estimer que les studios de développement ont tapé dans le mille. On pourrait reprocher l’absence d’un mode local mais, après tout, pour une fois que vous avez des joueurs potentiels à côté de vous, il serait bien dommage de passer par un écran !

En clair, si vous souffriez de ne pas trouver d’adversaires à tel point que vous étiez prêt à avaler vos pions dans un élan de désespoir, reprenez-vous : il y a des utilisateurs du Nintendo Switch Online qui n’attendent que vous !

Test réalisé par Milou sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire