Test : Cattails sur Nintendo Switch

CATTAILS

Genre : Jeu de rôles, Simulation, Aventure
Langues : Anglais
Développé par Falcon Development
Édité par Falcon Development
Sortie France : 29/11/2018
Prix : 14,99€ sur l’eShop
Taille : 97,52 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 3 ans

Site Web Officiel

Voilà vous êtes un chat. C’est sans doute le rêve de beaucoup de gens, et bien enfin vous pouvez le réaliser. Seulement, vous êtes seul en animalerie, à attendre l’arrivée tant espérée d’une famille aimante, inlassablement dans votre petit enclos, les jours passent, identiques, mornes, et l’espoir se tarit… jusqu’au jour où une maman et sa petite fille passent devant vous, et l’enfant tombe immédiatement sous votre charme. La mère cède, et vous allez enfin découvrir votre nouveau foyer ! Tout est parfait : un petit panier rien que pour vous, des jouets, des coussins pour faire de longues siestes devant la fenêtre, des croquettes à la demande, et une fillette qui passe son temps à jouer avec vous. Seulement voilà, ce paradis ne pouvait pas durer, car un jour la mère n’en peut plus de votre présence, et vous emmène en voiture jusque dans une forêt, où elle vous abandonne sur le coin de la route… Vous vous retrouvez ainsi de nouveau seul, perdu, incapable de vivre par vous même, en attendant la fin.

Mais l’espoir renaît lorsqu’un chat errant, Coco, vient vous prendre sous son aile pour vous apprendre l’art de vivre à l’état sauvage, et vous intégrer à une communauté de chat indépendants qui vivent plus ou moins en harmonie par eux même dans cette nature verdoyante. Coco vous présente alors votre nouveau chez vous, un petit terrier cosy, et il va vous falloir apprendre à vivre tel un vrai chat sauvage au fil des saisons !

Imaginez Stardew Valley, mais avec un chat comme protagoniste, et vous obtiendrez Cattails. Dans ce jeu, comme dans le premier nommé précédemment, vous devrez évoluer au fil des saisons en améliorant votre terrier, en apprenant à chasser, pêcher, cueillir, mais également miner pour trouver des gemmes, combattre d’autres chats pour l’expansion territoriale de votre colonie, participer à des festivals saisonniers, et enfin résoudre un mystère dans une quête qui devra être réalisée au fil du temps. Au début de l’aventure, on nous propose de créer notre chat et de le nommer, plusieurs couleurs basiques sont disponibles, en sachant que d’autres pourront être achetées durant l’avancée dans le jeu. Ensuite, un bref tutoriel nous apprend à chasser, ce qui est plutôt facile, on se dissimule avec ZL et lorsque la proie est suffisamment proche et que son attention est détournée (ce que l’on peut voir par un petit cercle qui se remplit au dessus d’elle), on peut lui sauter dessus avec ZR, en espérant qu’elle ne s’enfuit pas soudainement. Chasser sera essentiel, car une jauge de faim est présente sur votre écran, vous indiquant le pourcentage de votre satiété, et si celui ci tombe à 0, alors votre énergie indiquée par une seconde jauge en pâtira, et si enfin celle ci s’épuise, l’écran de Game Over vous demandera de choisir entre la mort définitive de votre félin, ou bien le retour à son terrier en perdant tout son inventaire. L’énergie va aussi être touchée lors des combats, et on apprend à vous battre au début de la partie également : il suffit d’utiliser ZR pour donner un coup de griffe. Enfin, pour se soigner, il est possible de ramasser des plantes dans certains buissons, ou alors de rentrer vous reposer à votre terrier. Les bases du jeu sont alors posées, et tout le monde est à découvrir !

On a le choix entre 3 colonies de chats, la forêt, la montagne et les marécages, peu importe celle que vous choisirez, vous devrez inlassablement défendre votre territoire contre les invasions des colonies adverses, d’où l’importance d’aiguiser ses griffes ! Toutes les capacités de votre chat peuvent être améliorées en gagnant de l’expérience par divers moyens, comme par exemple chasser ou gagner un combat, et il est possible d’en débloquer certaines qui vous permettront de maîtriser la téléportation sur la carte ou bien d’être un combattant hors pair, véritable chef de guerre à moustaches.

Chaque jour, vous aurez à explorer le monde qui vous entoure, des plaines, des plages, des forêts, des souterrains etc. Mais rentrez chez vous dormir avant la nuit, sinon qui sait ce qu’il pourrait vous arriver… Depuis votre terrier, vous pouvez sauvegarder la partie, entreposer des objets de l’inventaire (des proies ou des plantes), et puis plus tard dans l’aventure vous pourrez également cultiver des végétaux bénéfiques, ou bien créer une nurserie pour concevoir de mignons petits chatons avec le/la partenaire de vos rêves… Votre chat peut également aller explorer des mines comme dans Stardew Valley à la recherche de gemmes qui rapporteront gros, l’argent servant à améliorer des capacités ou bien acheter de nouveaux bonus ou costumes. De plus, une fois par saison, les 3 colonies enterrent la hache de guerre et participent à un festival présidé par Coco, où vous pourrez participer à des mini-jeux qui là encore vous apporteront des bonus bienvenus.

Enfin, même si le jeu n’a pas vraiment de fin, une quête va servir de fil rouge, où vous devrez trouver des items précis pour activer d’anciens piliers, servant à réveiller le gardien de la forêt selon les dire de Coco…

Vous l’aurez compris, comme dans Stardew Valley, vous n’aurez pas beaucoup le loisir de vous ennuyer tant les possibilités sont nombreuses !

Cattails présente des graphismes très rétro mais complètement similaires à Stardew Valley. C’est un très bon choix car ils font tout le charme du jeu, c’est une ambiance cosy et chaleureuse bien que violente par moment, bataille de territoire oblige ! 4 saisons vont se succéder, apportant leur lot de modifications dans le paysage, du vert à perte de vue au printemps jusqu’aux plaines enneigées en hiver. Le design des chats que l’on peut parfois voir en gros plan est également très recherché, puisqu’il présente un style réaliste en pixel-art. La direction artistique peut ainsi sembler simpliste, mais elle est en réalité profonde et réussie.

Les thèmes musicaux sont quand à eux bien souvent très jazzy, et évoluent également selon les saisons et les situations, ils apportent un sentiment très agréable qui rythment chaque journée.

Cattails n’a pas de réelle fin, si ce n’est la possibilité de terminer la quête principale qui peut se faire en 4 saisons si l’on est assez rapide. En dehors de cela, l’exploration du monde et l’expansion de votre territoire demandera un effort constant au fil des années, et chaque jour sera différent selon la stratégie que vous voudrez déployer. Même s’il paraît sans prétention au premier abord, c’est en réalité un jeu très profond qui saura vous tenir en haleine pendant des dizaines d’heures, un sentiment que je n’avais personnellement pas retrouvé depuis Stardew Valley ! Développé par un couple suite à un Kickstarter, ce titre montre réellement le travail titanesque qui a pu être réalisé en amont pour le rendre le plus attrayant possible, et c’est très réussi.

Y jouer sur Nintendo Switch est un vrai bonheur, car la portabilité de la console est parfaite pour ce type de jeu, on peut l’emmener partout et partir à la chasse où on le souhaite ! Seul bémol à relever, le jeu est entièrement en anglais, et il présente de nombreux textes et dialogues, donc les personnes fâchées avec la langue de Shakespeare pourraient être un peu perdues.

Cattails est un excellent petit jeu de simulation et d’aventure qui ne paye pas de mine mais qui saura attirer massivement les joueurs adeptes du genre, de la même manière que Stardew Valley en son temps. La comparaison entre ces deux jeux est évidente, ils sont similaires malgré leurs différences qui les rendent tout deux uniques. Incarner un chat et le faire survivre dans la nature était un pari osé, surtout pour un titre si atypique, mais cela fonctionne à merveille et le jeu a la capacité de nous fasciner pendant des heures et des heures tant il est complet. Nul doute qu’il sera un grand succès, c’est une excellente idée de l’avoir porté du PC jusqu’à la Switch qui est véritablement parfaite pour ces jeux qu’on ne peut pas lâcher !

Test réalisé par Natingle42 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés

Laisser un commentaire