Test : Collidalot sur Nintendo Switch

COLLIDALOT

Genre : Arcade, Action, Combat, Jeu de société
Langues : Anglais
Développé par Grunka Munka
Édité par Grunka Munka
Sortie France : 09/11/2018
Prix : 10,99€ sur l’eShop
Taille : 589 Mo
Joueurs : 1 à 4
Age minimum : 7 ans

Site Web Officiel

Depuis son lancement, la Nintendo Switch a vu de nombreux jeux de combat en arène s’intégrer à sa ludothèque en constante expansion, car ce genre s’adapte parfaitement à la console permettant de jouer partout en multijoueur local. Pour sortir du lot, les développeurs redoublent donc d’ingéniosité pour créer des titres imaginatifs, et c’est le cas de Collidalot, un jeu de combat avec des voitures roulant sur des rails dans un univers post-apocalyptique, et avec de la peinture s’il vous plaît !

Difficile de se rendre compte du type de jeu dont il s’agit simplement en regardant des screenshots ou des trailers, c’est véritablement le gameplay qui révèle toute la saveur et la frénésie qui émane du titre, et nous allons donc en parler directement.

Collidalot est un jeu de la catégorie combat en arène comme dit précédemment, mais il a sa patte particulière. À la place d’être dans une arène traditionnelle, on conduit des véhicules à réaction roulant sur des rails, en essayant de jeter ses adversaires hors des limites du terrain, comme dans Smash Bros. C’est cette combinaison de combat d’arène et de conduite délimitée sur des rails qui crée une expérience multijoueur unique.

Lorsque l’on lance le soft, le menu nous propose de jouer directement ou bien d’essayer le tutoriel. Je vous conseille de choisir la deuxième option en premier, car le jeu peut être un peu étrange à prendre en mains au début, il vous faudra plusieurs parties avant de réellement pouvoir passer maître en la matière de balancer les ennemis dans le décor. Chaque joueur a une couleur, et au début de la partie on nous propose de choisir l’endroit de la carte où notre véhicule va être propulsé, il est donc conseillé de choisir un endroit riche en rails pour pouvoir se déplacer facilement rapidement. Une fois sur ces derniers, on peut se bloquer sur ceux-ci en maintenant le bouton R, et avancer avec le joystick gauche en les suivant tout en laissant une traînée de notre couleur derrière nous, on peut également réaliser un boost en appuyant sur B, ce qui permet une accélération, mais surtout de pousser un ennemi en face de soi, en essayant de l’éjecter de sa trajectoire. Le bouton Y va ensuite permettre de réaliser un choc monumental de temps en temps en visant la direction où l’on souhaite foncer, en ne laissant que peu de chance à un ennemi pouvant se trouver dans votre ligne de mire, et enfin le bouton L permet de lancer une bombe de peinture qui va ralentir un peu les opposants, ou qui sera utile dans un certain mode du jeu dont nous reparlerons. On a le choix entre 3 véhicules, chacun avec une capacité spéciale propre qui pourra être activée durant la partie pour vous donner l’avantage.

Parlons maintenant du jeu principal, il faut d’abord savoir que chaque partie peut être complètement customisée manuellement, ou bien générée aléatoirement selon les goûts de chacun. Ensuite, 3 modes s’offrent au joueur : survie, où le joueur qui reste à la fin après que les autres aient épuisés toutes leurs vies l’emporte, tournoi, similaire sauf qu’il se joue en plusieurs rounds, et enfin le mode peinture, où là le but est, un peu comme dans Splatoon, de peindre un maximum de rails de votre propre couleur (d’où l’utilité de la touche L pour activer une bombe de peinture). Quel que soit le mode choisi, on peut décider d’accorder entre 1 et 9999 vies à chaque joueur (parce qu’autant en abuser après tout et faire durer une partie sur 5 ans), de créer ou non des équipes, et enfin de sélectionner une carte parmi les 18 proposées. La partie peut ensuite débuter, et accrochez vous bien car tout va aller très vite ! Le jeu est en effet très nerveux, d’où la difficulté au début de bien maîtriser les commandes.

Chaque joueur va essayer de pousser ses ennemis hors de la carte, ou au moins sur un mur de piques pour les affaiblir et les exploser au moindre faux pas. Votre véhicule a ses capacités propres, mais le boost est la principale, celle qui sera la plus utilisée au cours de la partie, soit pour éjecter les adversaires soit pour passer d’une série de rails à une autre. Si une carte vous paraît trop complexe, le jeu a l’avantage d’en proposer un nombre important dans divers environnements (un désert, une toundra ou une carrière), ce qui permet aussi de ne pas vite se lasser.

Graphiquement, Collidalot est une petite réussite, le style apocalyptique est retranscrit par un design graveleux en esquisse, avec à la fois des couleurs ternes dans les décors, mais vives dans les véhicules et la peinture qu’ils émettent. À la fin de chaque partie, les rails sont un véritable arc-en-ciel dans cet univers morne et gris. Les véhicules en 3D sont placés sur les rails et contrôlés depuis la vue de dessus, et en dessous d’eux on peut observer le décor triste et lointain dans une image fixe, un style assez minimaliste mais qui fonctionne. Je vous recommande toutefois de jouer sur votre téléviseur, car il peut être parfois difficile de suivre les mouvements rapides sur le petit écran de la Switch, surtout en multijoueur.

La bande-son est également accrocheuse, avec des sonorités technos qui accompagnent les parties endiablées à merveille.

Collidalot n’a pas de fin à proprement parler, c’est un jeu orienté principalement pour le multijoueur où on enchainera les parties jusqu’à maîtriser parfaitement toutes les mécaniques. Le jeu en solo n’a pas un intérêt très prononcé, et on pourra vite s’en lasser, mais y jouer entre amis est un vrai bonheur, et il crée une frénésie très agréable où il sera difficile de le lâcher pendant des heures et des heures.

Le grand nombre de cartes différentes et les options de customisation multiples sont un très bon point pour éviter la lassitude, ainsi chaque partie est garantie d’être différente. Le site officiel parle aussi déjà de contenu additionnel, donc on peut espérer d’autres améliorations futures qui augmenteront encore plus l’attrait du jeu à n’en pas douter !

Collidalot est un jeu réellement unique en son genre, et il promet une forte dose d’amusement ! Il est fait pour être joué à plusieurs, c’est là qu’est tout son intérêt, car même si le mode solo est lui aussi très agréable, il peut être lassant beaucoup plus rapidement. C’est un renouveau bienvenu dans le genre du jeu de combat en arène, avec des mécaniques propres et une courbe d’apprentissage qui force le joueur à enchaîner les parties jusqu’à les maîtriser à la perfection. Les grands choix de customisation des parties et les graphismes atypiques lui donnent un attrait certain, et bien qu’il ne paye pas de mine lorsque l’on se promène sur l’eShop, c’est une petite perle méconnue, un jeu parfait pour des soirées entre amis !

Test réalisé par Natingle42 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire