Test : Concept Destruction sur Nintendo Switch

Test : Concept Destruction sur Nintendo Switch

Genre : Course, Action, Arcade, Derby
Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Japonais, Russe
Développé par THINICE
Édité par RATALAIKA GAMES
Sortie France : 20/05/2020
Prix : 4,99€ sur l’eShop
Taille : 304,00 MB
Joueurs : 1-2
Age minimum : 3

Site Web Officiel

La création d’une voiture coûte cher. Les ingénieurs en mécanique ont donc eu la brillante idée de construire des modèles réduits. Des modèles réduits en carton pour être précis.  Du coup, entre collègues, ils organisent des derbys afin de tester la résistance des différents modèles. La voiture gagnante se verra le luxe d’être fabriquée en série.

Détruire en masse pour produire en série !

Simple et efficace pour ce pastiche cartonné de Destruction Derby se déroulant dans des arènes de bureau.

Les 8 différents bolides sont construits de la manière suivante: une pile, un moteur, une transmission et une carrosserie sortie de la meilleure cartonnerie du coin. Elles ont toutes des caractéristiques de conduite différentes. Si un bon compromis entre vitesse et poids sera idéal, il faudra surtout connaître l’emplacement du moteur. Car si vous allez vous acharner sur les autres, l’IA du jeu ne vous lâchera pas !

La pile est toujours là.

Suivant les chocs reçus ou donnés, vous perdrez de temps en temps votre pile et ce sera le game over direct. Le moteur sera vraiment l’élément crucial à protéger. Pour savoir où il se trouve il y a 2 solutions: soit en vous laissant défoncer par les concurrents, soit en regardant le plan de la voiture choisie lors du très court écran de chargement. Soyons honnêtes: la première solution est vraiment plus agréable.

Éliminé direct mais moteur quasi intact.

La conduite arcade est épaulée par une physique des voitures efficace. Manette pro ou Joy-Con en mains, le pilotage est instinctif et les connaisseurs de Destruction Derby reprendront vite leurs bonnes vieilles habitudes. Un turbo vient agrémenter ce carnage festif mais il consommera un peu plus de batterie. Rassurez-vous: vous récupèrerez les piles des carcasses adverses. Enfin si l’IA ne vous en empêche pas.

Le rendu des voitures cartonnées est agréablement original. En contrepartie l’environnement réaliste du bureau est assez sommaire. Des crayons, des gommes ou encore des compas servent d’obstacles. Les 8 pistes n’en sont pas pour autant plus originales. Elles ont déjà été vues dans d’autres jeux mais leur transposition est sympathique. L’impression de vitesse est très bonne malgré quelques saccades (console dockée et nomade).

Les bureaux ont des limites !

La bande-son est à l’opposé de La Valise en Carton. Au grand regret des fans de Linda De Suza, les carnages se font sur de très bons instrumentaux rock. Grâce à eux, les derbys gagnent en intensité. Très agréable surprise car la musique jazzy du menu n’annonçait pas une telle tracklist.

Un joli carnage sur fond rock.

Des modes de jeux classiques mais efficaces : Championnat, Course Simple (Normal, Survie et Tourisme), Multijoueur et Apprentissage. Les options sont conséquentes mais surtout elles sont indispensables pour profiter pleinement du mode Multijoueur…

Baissez le nombre de rivaux pour gagner en fluidité !

Tout est paramétrable suivant vos envies. Et vu le tarif du jeu, on dit simplement merci.

Le Championnat vous permettra de débloquer les véhicules en accumulant de la monnaie. Je précise que la monnaie accumulée l’est uniquement sur le championnat en cours. Une fois celui-ci terminée, votre cagnotte retombera à 0 et il faudra tout faire pour obtenir les 10 000 cents en un seul championnat afin de débloquer tous les bolides. À vous donc de gagner correctement de l’argent en défonçant les autres. J’aime ce concept.

Une bonne manière de perdre le championnat.

Venons-en au multijoueur. Oui il s’agit d’un mode 2 joueurs local en écran scindé. Comme avant ! En jouant avec vos amis vous direz “Ça rame”. Comme avant ! Malgré le peu de détail des circuits, les parties à 2 poussent le moteur du jeu à fond. Un petit tour dans les options pour baisser le nombre de rivaux et la fluidité sera présente. Une fois de plus, on dit merci aux développeurs de nous permettre d’apprécier agréablement les joutes entre amis. Surtout sur une télé.

Trop d’adversaires ! 6 suffiront pour gagner en fluidité.

Concept Destruction vaut vraiment le détour. Un petit prix pour un maximum de fun seul ou entre amis. On lui pardonne facilement son court championnat et ses petits bugs. Le plaisir de froisser des carrosseries en carton est immédiat. De quoi se détendre après une dure journée et d’apprécier les collisions avec le célèbre mode photo venant parfaire les multiples options de jeu.


 

 

 

Test : Test : Concept Destruction sur Nintendo Switch réalisé par Pascal84 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire