Test : Crayola Scoot sur Nintendo Switch

Crayola Scoot

Genre : Action, Sport, Course
Langues : Anglais, Espagnol, Français, Allemand, Italien Sous-titres : Anglais, Espagnol, Français, Allemand, Italien
Développé par Climax Studios
Édité par Outright Games
Sortie France : 26/10/2018
Prix : 39,99€ sur l’eShop, 39,99€ version boîte
Taille : 1027,60 Mo
Joueurs : 1-4
Age minimum : 3+

Site Web Officiel

Ça y est ! Tous nos efforts viennent d’être récompensés : c’est la dernière ligne droite avant l’obtention du trophée de la Crayola Color Cup. Mais, comme toute compétition qui se respecte, il va encore falloir faire ses preuves et remonter les places une à une au classement général avant d’espérer pouvoir soulever la coupe en tant que champion de trottinette acrobatique.

Le troisième monde disponible : le parc d’attraction Alien

C’est avec ces quelques phrases que le joueur se retrouve lâché dans l’arène de Crayola Scoot. Et si le partenariat avec la marque de matériel de bureau pourrait en faire douter plus d’un sur la qualité du jeu associé, il n’en est rien, bien au contraire même !

Les commandes de base du titre sont assez aisées à appréhender. Le stick gauche dirige le rider, la gâchette inférieure droite nous fait avancer et le stick droit sauter. Cette simplicité va permettre à tous, y compris aux débutants, de se familiariser avec les mouvements. Le tutoriel, particulièrement bien fait, va ensuite ajouter les grinds (action de glisser sur des rebords du terrain, des barres de fer, des bancs…) et les figures aériennes. Ces dernières sont réalisables depuis n’importe quelle rampe et s’exécutent en utilisant conjointement les mouvements des deux sticks une fois en l’air. Dernière subtilité dans le gameplay : la touche boost. Elle permet d’accélérer un peu plus que la normale, mais surtout autorise de lier deux figures entre elles afin de faire monter le multiplicateur de combo. C’est dans son utilisation judicieuse que les habitués du jeu pourront faire exploser les records de points.

Un petit DAB ?

Mais alors que vient faire “Crayola” dans un jeu de trottinettes acrobatiques ? Climax Studio a repris le concept des couleurs de “Splatoon”. En effet, si faire des acrobaties rapporte des points, cela permet surtout à chaque fois de répandre de la peinture sur les éléments du skatepark. Car c’est là le véritable but du jeu ! Le vainqueur de chaque manche sera celui qui en aura recouvert la plus grande surface. Il faudra donc toujours garder un œil sur l’avancement des adversaires et ne pas hésiter à aller recouvrir les éléments dont ils ont le contrôle. Dernière subtilité : chaque enceinte renferme des graffitis qu’il ne faudra pas hésiter à colorier pour un bonus substantiel. Après avoir accumulé assez de points il sera ensuite possible de défier un “Scoot Legends” et ainsi prendre sa place au classement général.

Crayola Scoot fait la part belle au Cell Shading. Son utilisation couplée à une palette de couleurs flashy donne au titre une ambiance cartoon très agréable à regarder. Les zones déjà peintes par les joueurs lors des runs se démarquent bien entre elles, facilitant ainsi grandement le repérage même lors des tricks les plus fous. S’il y a bien un point important pour tout jeu de glisse, c’est la fluidité et de ce côté là non plus il n’y a pas d’inquiétude à avoir. Les développeurs ont fait du très bon travail. Le framerate ne bouge pas même lors de parties en écran splitté et quelques dizaines de litres de peintures se répandant en simultané un peu partout !

L’état du skatepark après un run enragé !

Pour la partie sonore, l’ensemble est correct avec des musiques plutôt électros. On les retrouve principalement lors des choix dans les menus et en introduction d’un run. Elles laissent ensuite la place pendant les parties aux différents bruitages. Ceux-ci collent bien à l’ambiance tout en restant suffisamment discrets pour ne pas venir briser notre concentration lors d’une série un peu périlleuse de figures. 

Le but initial de Crayola Scoot est de remporter la Crayola Color Cup. Pour ce faire il faudra gagner des points dans l’une des sept épreuves proposées et ainsi augmenter sa réputation. A chacun des sept paliers correspond une légende à battre et ainsi de suite jusqu’au sommet. Si les premiers échelons sont aisément franchissables, le tout se complique un peu plus pour le tiers supérieur, nous forçant à élever notre niveau de jeu et à varier les tricks. Les développeurs ont prévu trois mondes aux ambiances bien différentes dans lesquels s’affronter et pas moins de quatre skatepark pour chacun d’entre eux. C’est largement suffisant pour y passer quelques dizaines d’heures d’autant plus qu’il existe certaines zones cachées.

La boutique pour personnaliser votre trottinette

Un autre point cher aux riders et dont Climax Studios a gardé l’esprit : la personnalisation. En effet, après chaque victoire contre une légende, la boutique reçoit les morceaux de sa trottinette. Au joueur le choix d’y aller et ainsi modifier la sienne. Tout n’est pas qu’esthétique puisque les caractéristiques en seront aussi modifiées. A nous de trouver le style le plus adapté. Un petit bémol tout de même car même si l’intention est bonne, le nombre d’éléments reste un peu trop limité. Avec tout cela le jeu est déjà bien rempli, mais quoi de mieux que de pouvoir s’affronter entre amis ?  C’est évidemment possible et jusqu’à quatre joueurs en écran splitté ! La performance ne s’arrête pas là puisque les contrôles ont été adaptés pour une utilisation à un Joy-con par rider si jamais vous n’avez pas assez de manettes complètes.

Jusqu’à quatre joueurs en écran splitté

Je finirais ce test, une fois n’est pas coutume, par une review de joueurs âgés de 9 à 12 ans (filles et garçon). En effet, le partenariat avec Crayola, le design et les spots publicitaires mettent en avant l’accessibilité pour un public jeune. Quoi donc que de plus normal que de leur laisser les manettes le temps de quelques parties endiablées ? Le jeu et ses couleurs chatoyantes capte rapidement leur attention et c’est manette en main qu’ils décident d’en découdre. Si les premières minutes sont hésitantes du fait de la maniabilité un peu rigide de la trottinette ; les tricks commencent à s’enchaîner rapidement et efficacement. Les différents modes de jeu leur permettent de ne pas se lasser lors de chaque cession. Mention spéciale au mode par équipe qui leur offre la possibilité d’affronter ensemble les riders ennemis et à ma grande surprise ils préfèrent se lancer dans une partie de Crayola Scoot que de Mario Kart… Contrat rempli donc pour le titre de Climax Studios.

Si les jeux à partenariat ont bien souvent été synonymes de qualité moindre, Crayola Scoot nous prouve le contraire. Le Cell Shading parfaitement maîtrisé colle au thème et le mix entre la série des “Tony Hawk” et “Splatoon” fonctionne à merveille. Cela donne un titre accessible aux plus jeunes d’entre nous tout en sachant devenir exigeant pour ceux qui apprécient les jeux de glisse acrobatique.

ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI

Test réalisé par Patbol1 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire