Test : Cycle 28 sur Nintendo Switch

Cycle 28

Genre : Action, Arcade, shoot-them-up
Langues : Anglais
Développé par Pill Bug Interactive
Édité par Pill Bug Interactive
Sortie France : 02/08/2018
Prix : 5,59€ sur l’eShop
Taille : 895 Mo

Site Web officiel

Olivia Bergen, lieutenant pilotant un vaisseau spatial, se retrouve séparé de sa flotte, coincé dans le Cycle 27.

L’introduction, sobre, de Cycle 28

Mais il n’est pas seul. Des vaisseaux ennemis sont là, prêts à l’attaquer. Il va falloir se battre, et peut-être résoudre le mystère derrière ce Cycle 27, pour enfin parvenir à s’échapper. À condition de réussir à survivre.

Dans Cycle 28, vous contrôlez un vaisseau spatial dans un shoot-them-up d’arcade assez classique. Avec ZR, vous activez le moteur du vaisseau, le propulsant en avant, vers l’infini et au-delà, car il continuera sur sa lancée. Le joystick gauche permet de corriger la direction choisie, pour éviter des ennemis par exemple, ou mieux les viser avec le tir, activé par la touche A.

Affrontement contre un vaisseau isolé

Plus le temps passe, et plus les vaisseaux ennemis sont dangereux, signalés à l’écran par une petite flèche afin que l’on sache où aller (ou ne pas aller). On passe de petits adversaires tirant simplement des boules d’énergie à de groscargos, solides, et lâchant une horde d’esquifs volants, peu résistants, mais dangereux par leur nombre.

Encore quelques minutes qui passent, et encore d’autres types d’antagonistes, de taille importante et bien dangereux.

Multiplication des ennemis et des tirs

Heureusement, en battant ses meilleurs scores à chaque partie, il est possible de débloquer des upgrades, comme des drones qui patrouillent autour de soi et attaquent les ennemis ou des tirs sur les côtés ou vers l’arrière.

Ce n’est clairement pas au niveau des graphismes que ce jeu va marquer. Ils sont très simples, voire minimalistes. L’espace est noir, avec des petits points brillants représentant des étoiles. Les vaisseaux ont tous une seule texture et une unique couleur, les attaques sont des boules lumineuses.

Décors et ennemis

Quant à la musique, elle aussi se fait discrète au début de la partie, se lançant au fur et à mesure de la progression. Sans être mauvaise, elle n’est pas inoubliable.

Les développeurs présentent eux-mêmes Cycle 28 comme un jeu d’arcade et ça se comprend car l’intérêt premier du jeu semble être la course au plus gros score. Celui qui voudra uniquement débloquer les dix upgrades pourra atteindre son objectif en moins d’une heure.
Mais ce serait passer à côté de l’un des intérêts du jeu, une quête du meilleur score possible, simple mais efficace. En enchaînant les destructions de vaisseaux ennemis, on augmente son multiplicateur, qui peut monter haut avec des adversaires valant plusieurs centaines de points.

Les points des ennemis vaincus s’affichent à l’écran

Mais en réalité, ce jeu n’est pas qu’une simple course au high-score. Il recèle un mystère, un secret que le joueur est invité à percer.

Qu’est-ce que le Cycle 27 ? Pourquoi est-on dans le cycle 27, alors que le titre est Cycle 28 ? Comment Olivia Bergen pourra briser cette malédiction qui le force à errer, éternellement semble-t-il, dans cette même zone ?

Le héros qui s’interroge sur cet endroit

Répondre à cette question pourra prendre beaucoup plus de temps…

Cycle 28 est un jeu à première vue classique, avec un gameplay basique mais efficace, reposant sur l’envie de relancer une partie pour tenter de s’améliorer, survivre plus longtemps, en modifiant son choix d’upgrade.
Mais il recèle un mystère intriguant, bien caché et difficile à trouver. En témoigne le fait que malgré une sortie plus ancienne sur Steam, le jeu n’a pas livré ses secrets.
Les amateurs de high score et de mystère auront de quoi faire.

 

Test réalisé par Marron sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire