Test : Damsel sur Nintendo Switch

Damsel

Genre : Action, Plateformes, Arcade
Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Coréen, Portugais, Russe, Chinois
Développé par Screwtape Studios
Édité par Screwtape Studios
Sortie France : 07/08/2019
Prix : 16,99€ sur l’eShop
Taille : 1220,54 Mo
Joueurs : 1
Âge minimum : 7 ans

Site Web Officiel

Initialement sorti en accès anticipé sur Steam, voilà que Damsel pointe le bout de son nez en ce mois d’août sur la console Nintendo Switch. Edité et développé par un petit studio indépendant australien nommé Screwtape Studios, celui-ci est un savant mélange entre le plateformer rapide et le style arcade.

C’est sous la forme d’une bande-dessinée que l’histoire nous est contée. Elle est scindée en 3 grands chapitres. Damsel est un agent gouvernemental du département des affaires sanguinaires qui enquête sur un ingrédient secret (mais aussi illégal) ajouté à la boisson populaire produite par la puissante multinationale : Brume Rouge gérée par des vampires.

Après une brève présentation de la mission, vous vous retrouvez propulsé dans un univers sombre et rougeâtre. Les mécaniques sont simples et ressemblent à tout jeu d’arcade : saut, double saut, saut mural, dash, tir et attaque de mêlée. Le studio nous surprend avec le fait d’utiliser son arme pour sauter plus haut et atteindre des plateformes inaccessibles. Vous pourrez également user des ressources disponibles dans chaque niveau : tonneaux toxiques pour empoisonner vos ennemis, explosifs pour un maximum de dégâts,…

À chaque nouveau niveau, il vous sera demandé de réaliser un objectif précis : tuer un certain nombre de zombies, sauver des otages, pirater des ordinateurs, récupérer des crânes, désarmer des explosifs, casser des cercueils… En usant des boutons et des performances de Damsel, vous devriez rapidement arriver à enchaîner des séquences d’actions rapides procurant une sensation d’adrénaline.

Le titre est de manière générale très coloré avec une direction artistique en rapport étroit avec les comics. Ce côté cartoon se lie parfaitement avec l’univers sombre et vampiresque de Damsel. Les niveaux sont relativement petits et bénéficient du même coup de crayon.

La bande-son n’est pas en reste et coïncide avec cet univers. Les musiques sont variées et s’intercalent pleinement dans les niveaux, il ne s’agit pas uniquement de bruitages liés au personnage. Elle confère du peps à nos runs et à l’opus de façon globale.

Comme dit plus haut, le jeu est divisé en 3 grands chapitres avec 25 missions. Le tutoriel est basé sur les premières missions et vous donnent tous les aspects techniques pour vous en sortir et réaliser les objectifs. Ensuite, la difficulté des niveaux va augmenter au fur et à mesure de votre progression requérant tout le skill pour en venir à bout. Enfin, lors des sessions, ce titre sera assez rapidement punitif : tuer un otage, s’exposer aux tonneaux toxiques… Damsel mourra et vous devrez recommencer. Fort heureusement, les temps de chargement sont très courts et vous remettent dans l’action immédiatement.

L’opus dispose de 3 modes de jeu : Damsel Rush, Campagne et Arcade. Le véritable but est le scoring. En d’autres termes, le meilleur score et le meilleur temps seront requis si vous souhaitez faire partie de l’excellence. Vous allez devoir user des compétences de votre personnage et connaître assez bien les niveaux pour vous hisser en haut du tableau. Autant dire que le hit exigera d’être joué et rejoué pour y parvenir.

Enfin, si Damsel vous paraît trop simple (ou trop dur) en mode campagne, il est tout à fait envisageable de régler la difficulté : Détente (impossible de mourir), Équilibré ou Tête brûlée (ne pas interrompre le combo de crânes). En effet, lors d’une partie, vous ramasserez des crânes violets permettant de multiplier votre scoring.

Réalisé dans un style comics dans un univers de vampires, le studio Screwtape Studios propose avec Damsel, un titre plateforme/arcade. D’ailleurs, le système de scoring sera plutôt en faveur des adeptes du speedrun. Cependant, si vous cherchez seulement à finir le jeu, le mode campagne répondra totalement à ce souhait. Malgré tout, l’opus n’est pas exempt de défauts puisque les objectifs seront rapidement les mêmes et les niveaux pourront parfois se ressembler. Toutefois, l’ambiance sonore et visuelle, les enchaînements techniques et l’utilisation combinée de l’arme du personnage pour abattre les zombies pourront vous procurer de très bonnes sensations.

Test réalisé par SuperPopux sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire