Test : Dead in Vinland – True Viking Edition sur Nintendo Switch

Dead in Vinland – True Viking Edition

Genre : Aventure, RPG, Stratégie
Langues : Français, Anglais, Allemand, Espagnol, Italien, Russe, Chinois
Développé par CCCP
Édité par Dear Villagers
Sortie France : 11/07/2019
Prix : 27,99€ sur l’eShop
Taille : 1690,30 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 16 ans

Site Web Officiel

En plein Âge des Vikings vit une famille simple, composée de Kari, une aventurière intrépide; son père Eirik, un héros malgré lui; sa mère Blodeuwedd, une princesse Galloise ; et sa tante Moira, une prétendue sorcière. 

Tous les quatres vivent en paix quand un événement soudain vient perturber leur vie tranquille. Tout ce que vous entendez, ce sont les cris de vos opposants. “Tuez le bâtard ! Tuez le bâtard !” Vos ennemis en ont après le père de famille, et vous contraignent à fuir votre foyer et laisser votre paisible existence derrière vous : vous voilà exilés.

S’en suivent d’interminables jours de dérive, à la merci des océans. Affamés, abattus, alors que vous avez perdu tout espoir, votre salut apparaît. Une île se dresse devant vous, un refuge inespéré, sur lequel vous aurez une chance d’avoir un nouveau départ, si vous parvenez à survivre à Björn, qui règne en dictateur sur ces terres.

Ce qui est dit dans ce paragraphe concerne le mode Histoire. Le mode Heodening sera abordé dans la section Contenu et durée de vie.

Dead in Vinland fonctionne en tour par tour. Loin de faire appel à vos réflexes, le soft est entièrement orienté stratégie, et c’est la bonne gestion de votre camp qui déterminera votre survie. L’objectif est de rester en vie le plus longtemps possible pour accomplir un ensemble de tâches et de quêtes.

Chaque journée est divisée en trois phases : le matin et après midi, pendant lesquels vous attribuerez à vos personnages des tâches telles que récolter de l’eau, construire, ou encore explorer,  en fonction de leurs compétences uniques pour un maximum d’efficacité; et la soirée, que nous évoquerons plus tard. Il faut savoir que l’établi de construction vous permet de développer votre campement et créer de nouvelles activités telles que le camp de repos, la pêche, la tente de soin et autres zones de récolte de fruits.

Certaines de ces dernières vous permettront par ailleurs d’atténuer la détérioration des cinq jauges de chaque personnage : fatigue, faim, maladie, blessure et dépression. Il vous faudra être très vigilant car dans le cas où l’une d’elle atteindrait les 100%, le protagoniste mourrait entraînant par la même occasion un game over.

Chacune de ces journées pendant lesquelles vous devez équilibrer récolte de ressources et besoins de vos héros sera placé sous le signe d’une météo, vous poussant parfois à revoir votre stratégie (lors de journées pluvieuses il est par exemple inutile de chercher de l’eau mais la jauge de dépression de vos personnages se remplit plus vite).

Il faut savoir que ces tâches seront parfois entrecoupées d’événements aléatoires : combat contre les sbires de Björn (pendant lesquels chaque personnage dispose d’attaques différentes qu’il doit utiliser en gérant correctement ses Points d’Action), rencontre d’un nouvel être vivant (que vous pourriez peut être recruter, qui sait?) ou encore dialogues entre les personnages.

Si il arrivera ponctuellement que vos protagonistes interagissent pendant la journée, la plupart de leurs discussions auront lieu en soirée, une fois tout le monde réuni dans l’abri pour la nuit. Les dialogues vous proposeront fréquemment des choix, qui ont quasiment tous une importance sur les relations, jauges et traits de vos personnages. C’est également pendant cette troisième phase de la journée qu’il vous faudra rationner eau et nourriture de façon à maintenir en bonne forme votre équipe.

Le scénario de Dead in Vinland se déroule dans un univers 2D dessiné dans un style réaliste. Le chara design est varié, avec des personnages colorés et différents qui contrastent avec les environnements peints à la main parfois un peu ternes.

Cependant, et c’est malheureusement le plus gros défaut du jeu, la police d’écriture du texte est minuscule, ce qui rend difficile le jeu en mode dock, ce dernier étant très narratif.

Pour conclure sur une note plus positive, beaucoup de soin est apporté aux animations : pendant les actions quotidiennes, sur l’écran de démarrage, dans les combats, et même pendant les dialogues, vos protagonistes sont toujours expressifs et animés.

Côté bande-son, la musique entendue pendant l’aventure est en parfaite harmonie avec l’univers du jeu : violon, harpe, mandoline, Irish whistle; l’accent est mis sur les instruments traditionnels Irlandais aux sonorités rappelant l’Âge Viking.

Le titre propose énormément de contenu, et la forte présence de l’aléatoire rendra votre histoire très différente d’une partie à l’autre. En plus de cela, avant même de commencer véritablement le jeu, il y en a déjà pour tous les goûts. 

Premièrement, deux modes vous sont proposés. Ceux d’entre vous pensant avoir fait le tour du mode Histoire pourront se mesurer au mode Hoedening : pas d’histoire, dialogue, quête, une carte générée aléatoirement, aucun autre objectif que de survivre le plus longtemps possible, et la possibilité de choisir en début de jeu les personnages de départ et ceux que vous recruterez et de les customiser. Comme le définit le soft : “C’est le mode infini, bac à sable et un peu rogue-like. Pas de fichue histoire. Juste de la SURVIE !”.

De plus, chacun de ces deux modes vous proposera trois difficultés, ou pour les plus aguerris une quatrième entièrement personnalisable, du taux de variation des jauges à la fréquence des différentes météo; ainsi que des options concernant l’aléatoire et un mode “Vrai Viking” désactivant la sauvegarde.

Dans ce portage sur votre console hybride préférée, Dead in Vinland – True Viking Edition ne fait pas les choses à moitié. La version Nintendo Switch inclut tous les DLC de ce jeu à lui seul déjà très riche en contenu. Le titre se montre très généreux et accessible aux novices comme aux experts, proposant une large gamme d’options allant du tutoriel aux difficultés personnalisables dans le détail en passant par un mode sans sauvegarde. Avec ses dialogues riches, sa bande-son traditionnelle et ses paysages admirables, son seul défaut restera la petite taille de la police d’écriture, que l’on espère corrigée dans une future mise à jour.

Note du jeu : excellent

Test réalisé par Pauline sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés

Laisser un commentaire