Test : Demon Slayer -Kimetsu no Yaiba- The Hinokami Chronicles sur Nintendo Switch

5 1 vote
Évaluation de l'article

Test : Demon Slayer -Kimetsu no Yaiba- The Hinokami Chronicles sur Nintendo Switch

 

Test : Demon Slayer -Kimetsu no Yaiba- The Hinokami Chronicles sur Nintendo Switch

Genre : Action, Combat
Langues : Anglais, Japonais Sous-titres : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Chinois
Développé par CyberConnect2
Édité par SEGA
Sortie France : 10/06/2022
Prix : 59,99€ sur l’eShop, 40,49€ version boîte
Taille : 8953,00 MB version 1.00
Joueurs : 1 – 2 local et online
Age minimum : 16

Site Web Officiel

SCENARIO

Du charbon à l’odeur de sang

Adapté du manga de Gotoge Koyoharu, Demon Slayer -Kimetsu no Yaiba- The Hinokami Chronicles sur Nintendo Switch retrace le périple de Tanjiro Kamado. Prenant place dans un Japon mystique de l’ère Taisho, Tanjiro suit les traces de son père décédé en vendant du charbon. Jusque là paisible, la vie de ce courageux garçon va prendre une tournure dramatique avec l’arrivée d’un démon mangeur d’hommes. En effet, celui-ci va frapper fort dans le village du futur héros en décimant toute sa famille.

Seule sa sœur Nezuko va survivre

Bien que rescapée, Nezuko est devenue mi monstre, mi humaine. Parti pour trouver un médecin, ce duo improbable découvre l’existence d’un Pourfendeur de démons. Chargé d’éliminer les monstres de la région, il va épargner Nezuko et conseiller Tanjiro de rejoindre le maître Urokodaki Sakonji afin de devenir, lui aussi, un pourfendeur de démon.

Eau vive et lame d’acier

Vous prenez directement le contrôle de Tanjiro s’apprêtant à terminer son apprentissage avec le maître. Enfin plutôt avec Sabito qui va vous mettre à l’épreuve afin de découvrir toutes les techniques de base avant de commencer son véritable périple.

Un marchand de charbon qui maîtrise l’eau parfaitement !

Passé ce prologue qui rentre dans le vif du sujet, vous voilà prêt à franchir l’étape suivante pour devenir un véritable pourfendeur de démon. Tout en cherchant évidemment un antidote pour votre sœur. À vous de flairer la bonne piste vers des démons de plus en plus forts n’attendant que le tranchant de votre lame !

GAMEPLAY

Une arène pour tous

Se déroulant en arène fermée, les combats permettent d’avoir une plus grande marge d’esquive (bouton A) tout en gardant son adversaire ciblé automatiquement. Le jeu offre 2 types d’attaques: rapide avec Y et dite technique avec X. Le gameplay est très accessible car il suffit d’enchaîner les pressions sur Y pour faire des combos. Tout comme les attaques techniques qui ne demandent qu’un choix de direction au stick analogique couplé à une pression de X.

Le 4ème mouvement spécial en action

Encore faut-il avoir au moins une barre de jauge technique de disponible. En effet, cette jauge bleue située sous votre barre de vie ne dispose que de 5 crans. Celle-ci se remplira automatiquement au fil du combat. Il en va de même pour la jauge spéciale qui, une fois à 1 (maximum 3) permet de déclencher votre éveil avec ZL (attaques/vitesse renforcées) ou votre pouvoir ultime grâce à ZR. Si attaquer est essentiel, se mettre en garde (R) sera aussi capital pour éviter de recevoir des coups à la pelle !

Un peu de soutien

Petit plus, vous aurez la possibilité de choisir un allié en soutien. Son invocation avec L permettra une de ces 3 actions en consommant une partie de jauge associée:

  1. Attaquer l’adversaire s’il est à proximité.
  2. Activer une évasion d’urgence si invoqué lorsque vous êtes touché (vide entièrement la jauge).
  3. Prendre la place du personnage en cours en conservant la même barre de vie !

Pour rajouter un peu de piment, ce soutien n’est possible qu’avec des personnages humains. En effet si vous jouez un démon, il prendra la forme de technique démoniaque très efficace. Peut-être même un poil trop face à l’IA mais qui demandera un peu de maîtrise en online.

J’ai enfin pu couper son combo

Les 2 types de combattants n’en demeurent pas moins accessibles à tous. Vous n’avez plus qu’à choisir votre camp parmi les 26 protagonistes. Petite déception: il n’y a que 6 démons jouables.

GRAPHISMES ET BANDE-SON

Jeune manga pour technique datée

Commençons par le point fort du titre, à savoir un cell shading permettant un rendu des personnages impeccable et des attaques spéciales de toute beauté.

Certaines sont vraiment stylées

Malheureusement les décors traversés en mode histoire sont plutôt vides et un brin générique. Mais le tout reste fluide y compris en mode portable où l’on décèle un léger aliasing. Côté environnement sonore, cela reste classique pour un jeu de combat et les fans apprécieront surtout les voix japonaises/anglaises de l’animé.

Et son humour

CONTENU ET DUREE DE VIE

Un parfum trop commun pour une histoire peu commune

Si les fans trouveront que certains passages ont été coupés durant la traversée des 8 chapitres du mode histoire (une dizaine d’heures), les néophytes de Demon Slayer découvriront une histoire prenante. Mêlant moment de grâce et humour, les démons affrontés sont tout bonnement excellents. En revanche, tout le monde devra passer par les moments redondants et peu intéressants du jeu: suivre des odeurs dans une map couloir.

Faire marche arrière ne fonctionne pas, au mieux il y aura des points Kimetsu

Pourtant basés sur le flair de Tanjiro, ces passages peuvent être traversés sans utiliser son pouvoir vu que toutes les infos sont visibles sur la carte. Ils ne servent qu’à faire grimper l’impatience (et les points Kimetsu) de découvrir le démon à affronter se terminant dans une salve de QTE à l’issue fatale.

Notez que le mode histoire n’a qu’un seul mode de difficulté (accessible à tous) et que seules les missions spéciales ont un mode difficile.

Une bonne odeur de contenu

Demon Slayer propose un joli contenu à débloquer soit durant le mode histoire, soit à travers un sympathique système de tableau.

D’un personnage à une musique en passant par une tenue ou un stage, tout sera déblocable par une action ou en échange de points Kimetsu pour les plus impatients. Ces points se gagnent en mode histoire mais aussi dans les défis d’entraînement solo. En plus du mode 2 joueurs local (2 Joy-Con ou une manette Pro par joueur), le mode online se trouve être bien complet et riche en points Kimetsu.

Encore faut-il réussir les défis…

Mais il est surtout stable et je n’ai rencontré aucun lag pour l’instant. J’y ai juste rencontré le bonheur de la défaite en 3 rounds. Il flotte une bonne odeur de revanche dans ce mode. Et elle est facile à suivre !

S’il sent bon le fan service, Demon Slayer -Kimetsu no Yaiba- The Hinokami Chronicles sur Nintendo Switch se perd un peu dans le gameplay pourtant couloir de sa prenante histoire. Heureusement que la partie combat relève le niveau sans toutefois atteindre une technicité pointilleuse. Accessible à tous, les amateurs de difficulté devront se tourner vers les défis ou le online pour transpirer un peu. Pas de quoi trancher un démon puisque tout le monde profitera d’un généreux contenu à débloquer au rythme de ses combats. Pourfendeur ou démon, vous n’avez plus qu’à choisir votre destinée.

ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI 

Test : Demon Slayer -Kimetsu no Yaiba- The Hinokami Chronicles sur Nintendo Switch réalisé par Pascal84 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés

Test : Demon Slayer -Kimetsu no Yaiba- The Hinokami Chronicles sur Nintendo Switch

7.4

SCENARIO

8.0/10

GAMEPLAY

7.0/10

GRAPHISMES

7.5/10

BANDE-SON

6.5/10

CONTENU ET DUREE DE VIE

8.0/10

Les plus

  • Fidèle à l'œuvre originale
  • Accessible à tous
  • Un bon contenu

Les moins

  • Les passages couloirs du mode histoire
  • Un moteur daté
  • Un mode difficile uniquement pour les missions spéciales
  • Seulement 6 démons jouables
Facebooktwitterredditpinterestmail
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires