Test : DragoDino sur Nintendo Switch

DragoDino

 

Genre : Action, Aventure, Plateformes
Langues : Anglais, Français
Développé par TealRocks Studio
Édité par Plug In Digital
Sortie France : 27/04/2018
Prix : 9,99€ sur l’eShop
Taille : 2135,95 Mo

Site Web Officiel

Retrouvez vous dans une aventure dinosauresque épique !

Le scénario est des plus simples, vous incarnerez Bob un petit DragoDino, une espèce assez rare, qui a perdu son oeuf et part donc à sa recherche coûte que coûte, dans une forêt remplie de monstres et ennemis en tout genre.

Malgré un scénario qui manque un peu de relief et d’approfondissement pour vraiment s’attacher au personnage, vous allez vivre une petite aventure toute choupie auprès de ce bougre de Bob.

Comme tous jeux de plateformes 2D, le but est de vous déplacer dans les différents niveaux et d’affronter vos ennemis, afin de récupérer un nombre défini de cristaux pour passer à la zone suivante. Petite difficulté en plus, vous n’aurez le droit qu’à trois vies et si vous épuisez celles ci à n’importe quel moment vous retournerez au début du jeu.

Pour agrémenter votre aventure, vous pourrez acquérir des petits bonus (power up) d’aide passifs ou actifs, tel que des bombes, des boucliers ou des vies. Mais attention, vous ne pourrez en disposer que trois dans votre inventaire. Si vous souhaitez en conserver, vous pourrez les déposer dans les différents magasins qui se trouvent dans chaque niveau, magasins dans lesquels vous pourrez aussi acheter des bonus grâce aux pièces récoltées sur votre passage. Il vous faudra donc faire preuve de stratégie pour ne pas perdre vos bonus et en conserver quelques uns.  La variété est assez omniprésente sur les différents levels, car le jeu est un rogue like, les ennemis et décors changent de position à chaque partie. Dans le jeu vous aurez le choix entre incarner Bob ou bien Lola, ces deux personnages sont différents du point de vue des caractéristiques (rapidité, vie, poids) et changent totalement l’expérience de jeu.

J’ai beaucoup aimé le style graphique cartoon qui donne beaucoup de cachet et de mignonnerie au jeu ainsi que le côté très coloré des niveaux. Il nous en met plein les yeux par son souci du détail et sa direction artistique.

Le seul bémol est le côté flou et pas assez détaillé des fonds. Malgré cela, le jeu reste beau, propre et fluide. Les détails des animations apportent également un plus à l’ensemble du jeu.

Pour ce qui est de la bande son, il n’y a aucun doublage, seul les thèmes musicaux rythmeront vos parties. Les musiques collent parfaitement au thème et à l’univers du jeu. Elles restent sympas mais s’oublieront facilement une fois le jeu terminé.

Malheureusement le jeu n’est pas très long, il dispose seulement de 9 niveaux. La difficulté augmente crescendo au fur et à mesure de votre aventure. Il y a deux modes de jeu : normal, c’est à dire trois vies et checkpoints. Et difficile, une vie et aucun checkpoint. Peu importe le mode, les niveaux sont de plus en plus difficiles et cela rebutera un peu les néophytes, du fait qu’il n’y ait pas un mode facile plus accessible. Si vous le souhaitez le jeu est jouable en multijoueurs, ce qui ajoute un côté un peu plus fun.

Le jeu assure tout de même une bonne rejouabilité grâce au principe du rogue like, ce qui ne le rendra en aucun cas lassant, bien au contraire.

Ensuite, niveau contenu, à la fin de ce soft vous pourrez débloquer des skins différents pour vos protagonistes ainsi que deux nouveaux personnages.

Dragodino est un bon petit jeu indépendant, avec une direction artistique parfaite. Le côté plateformes et rogue like ravira les joueurs les plus old school. Malheureusement le scénario manque un petit peu de développement. Le jeu aurait aussi mérité d’être plus accessible car il y a tout de même des gros pics de difficulté qui rebuteront les débutants.  Même si il n’est pas parfait il reste distrayant et agréable.

 

Test réalisé par Euphemya sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire