Test : Dragon Quest Builders 2 sur Nintendo Switch

Dragon Quest Builders 2

Genre : Action, Aventure
Langues : Anglais, Allemand, Espagnol, Français, Italien
Développé par Square Enix et Koei Tecmo Games 
Édité par Nintendo
Sortie France : 12/07/2019
Prix : 59,99€ sur l’eShop, 49,99€ version boîte ICI
Taille : 1859,13 Mo
Joueurs : 1 – 4
Age minimum : 7 ans

Site Web Officiel

La franchise Dragon Quest, quasi-incontournable dans le monde du RPG, nous offre un deuxième épisode de son célèbre spin-off Dragon Quest Builders, basé, comme son prédécesseur, sur la construction. Vous n’êtes pas adepte du gain effréné de niveaux ou encore du farming compulsif ? Pas de panique, ces éléments ne seront pas centraux dans cet opus.

Mais alors, de quoi s’agit-il ? Eh bien, tout d’abord, vous démarrez l’aventure dans un navire, enfermé à fond de cale et entouré d’ennemis. Qu’on se le dise : vous ne déboulez pas en terrain conquis, et ce sera le cas la majorité du temps. A vous donc de prouver votre utilité si vous ne voulez pas finir en casse-croûte pour requins. Vous aurez l’occasion de le faire et cela représentera la portion de jeu jouable dans la démo gratuite, disponible sur l’eShop. Vous apprendrez ainsi par vos geôliers que vous êtes un bâtisseur (soit tout le contraire de ces derniers) et c’est cela qui vous a valu votre séjour au frais. Après avoir essuyé une tempête, le bateau fait naufrage malgré tous vos efforts et vous vous retrouvez sur « l’île de l’éveil ». Là vous rencontrerez Malroth, le fidèle acolyte qui vous collera de près dès ce moment, étrangement amnésique et qui se révélera par la suite plein de surprises. Il vous aidera malgré tout à atteindre votre but : remplacer le célèbre bâtisseur disparu dont le labeur a été entièrement défait par les adeptes du Kaos, que vous aurez à affronter tout au long de votre partie. Pour cela, une solution : tout reconstruire !

L’armée du Kaos

Si les noms vous semblent familiers, vous serez ravis de tomber sur des clins d’œil et des références à la série originelle. Si ce n’est pas le cas, vous ne serez en rien gêné pour la compréhension de l’histoire, vous pouvez donc démarrer par cet épisode sans inquiétude.

Construire sera au centre du gameplay dans Dragon Quest Builders 2, puisqu’il s’agit d’un jeu de type sandbox. Vous jouirez d’une grande liberté d’action, bâtissant ou détruisant à votre gré. Pour ce faire, vous aurez de nombreux outils à votre disposition. Tout d’abord, vous allez acquérir rapidement des gants qui vous permettront de déplacer les blocs ou les objets de l’environnement à l’aide de la gâchette ZR. On vous fera ensuite don de l’iconique marteau, indispensable pour casser et récolter les matériaux. Et cela ne s’arrêtera pas là ! Le bouton A vous permettra de passer d’un outil à l’autre. Celui-ci sera également utilisé pour toutes les interactions, ce qui, par ailleurs, vous créera quelques déconvenues pour peu que vous soyez mal placés ou qu’un PNJ vienne malencontreusement à passer dans votre champ de vision.

Le pense-bête des commandes

Pour stocker tous les éléments récupérés, vous disposerez d’un inventaire conséquent, si ce n’est quasi-infini, accessible via le bouton +. Chose intéressante : un accès rapide aux objets de votre choix est disponible. Les gâchettes de gauche vous serviront à orienter votre vue d’un cran vers le haut ou le bas, très utile lors de constructions, tandis que la touche – vous donnera accès à la vaste carte sur laquelle vous pourrez vous téléporter instantanément aux endroits clefs visités.

L’établi de construction

Et parce qu’un Dragon Quest ne serait pas un Dragon Quest sans l’aspect jeu de rôle, il existe bien évidemment un bouton d’attaque (Y en l’occurrence). Car vous aurez à combattre moult ennemis présents sur la carte, sans parler des boss. Pour cela rien de sorcier (ni de technique) cependant, une seule attaque est disponible (sans compter une attaque tornade). Pas d’esquive, ni de parade. Autant dire que les combats sont on ne peut plus basiques et ne seront pas mémorables. Mais vous pourrez tout de même, votre cœur de fan de RPG aidant, laisser libre court à votre soif de farming dans la mesure où les affrontements vous feront gagner de l’expérience, et donc des niveaux, ce qui vous donnera accès à des équipements plus performants.

Bâtissez selon vos goûts et vos envies !

Dans son ensemble, le soft est très maniable. Les actions sont fluides et les commandes bien pensées. A noter que la caméra est dirigeable via le stick droit et il est possible de zoomer/dézoomer. Ce détail aura son importance car cette dernière peut parfois se montrer capricieuse, particulièrement lorsque vous entrez dans des lieux fermés. Il vous sera également permis d’utiliser la vue en première personne pour palier cela.

Depuis toujours plébiscitée pour le character design produit par le célèbre Akira Toriyama (connu notamment pour son travail sur Dragon Ball Z), la série a largement conquis le public pour ses graphismes. Par bonheur, Dragon Quest Builders 2 ne déroge pas à la règle et nous régale par la variété des personnages (jouables ou non). Vous pourrez par ailleurs quelque peu personnaliser votre héros en début de partie mais cela deviendra de plus en plus riche à mesure que vous progresserez.

L’écran de personnalisation

En dehors de cela, le titre dispose de graphismes mignons et bien réalisés. On s’éloigne ainsi assez de l’aspect voxel brut de Minecraft et, bien que les décors soient exclusivement constitués de blocs empilables, les paysages restent très agréables à observer.

Un panorama

Côté bande-son, le compositeur Koichi Sugiyama revient, comme pour la majorité des opus, nous ravir les oreilles, reprenant parfois des thèmes empruntés à d’autres jeux de la franchise. Une grande joie pour les fans à n’en pas douter. Pour les autres, ce sera l’occasion de découvrir les pistes guillerettes ou entraînantes disponibles.

Attention lorsque vous démarrez Dragon Quest Builders 2 : il faudra vous assurer d’avoir du temps libre devant vous. En effet, cet opus propose un contenu gargantuesque. Une fois échoué sur votre îlot de départ, vous aurez la possibilité de voyager sur d’autres îles, chacune vous permettant d’obtenir des options de construction supplémentaires et l’accès à de nouveaux matériaux ou personnages (ces derniers comprenant également des animaux). Ainsi, l’histoire vous proposera systématiquement des quêtes qu’il vous faudra mener à bien pour avancer dans le scénario. Ce faisant, vous découvrirez :

  • de nouveaux ennemis, classés dans un bestiaire ;
  • de nouvelles recettes vous permettant de bâtir de plus en plus d’éléments ;
  • de nouveaux matériaux, disponibles uniquement sur certaines îles et classés également dans une encyclopédie ;
  • de nouveaux alliés ;
  • de nouveaux plans qui vous permettent de reconstruire des bâtiments ou pièces souvent essentielles à l’aventure.
L’encyclopédie des objets

Le titre vous laissera également le plaisir d’expérimenter et de découvrir par vous-même, notamment en ce qui concerne les compositions possibles des pièces (dont le genre varie selon le mobilier placé par exemple). Partir en exploration vous apportera également des bénéfices puisque vous trouverez des autels d’énigmes disséminés çà et là. Si vous parvenez à les résoudre, une mini-médaille vous sera gracieusement offerte et vous octroiera des bonus.

Les cultures

En plus des aspects construction, exploration et action, vous aurez également la possibilité de gérer des plantations ainsi que des animaux d’élevage.

Terminer la trame principale vous demandera donc des dizaines d’heures de jeu dans un premier temps. Ensuite, vous aurez tout le loisir de façonner la zone de départ à votre goût. A cela s’ajoute la possibilité de visiter les îles d’autres joueurs (moyennant l’accès au Nintendo Switch Online) et de jouer à plusieurs. Autant dire, une jouabilité presque illimitée selon la créativité dont pourra faire preuve votre cervelle.

Dragon Quest Builders 2 est un spin-off (et une suite) totalement réussi. Il reprend de manière habile des éléments inhérents à la série originelle, ravissant ainsi les fans de la première heure. On apprécie très particulièrement la présence du character designer Akira Toriyama, dont la réputation n’est plus à faire, ainsi que celle du compositeur Koichi Sugiyama, bien connu des amateurs de la franchise. Pour les non-initiés, ce sera l’occasion de découvrir l’univers de Dragon Quest.

Le soft dispose d’une maniabilité plaisante et bien pensée qui permet une jouabilité très fluide et globalement sans fausse note, si ce n’est la dualité de la touche A ou encore quelques petits défauts de caméra. Ces points négatifs n’entacheront cependant guère votre expérience de jeu, rendue d’autant plus agréable par la quasi-absence de temps de chargement (présents uniquement en tout début de partie ou lorsqu’on change d’île).

En outre, l’opus nous abreuve d’un contenu énorme, nous permettant d’aller toujours plus loin dans nos constructions, alimentant sans cesse notre génie créatif en nous laissant une liberté appréciable. Vous serez par ailleurs régulièrement tiraillé entre le désir de poursuivre la quête principale pour débloquer encore plus de contenu et celui de prendre du temps pour créer des bâtiments pour vos PNJ ou encore modifier un paysage. Bref, prévoyez des dizaines d’heures de jeu !

A noter également que plusieurs DLC payants sont prévus pour le courant de l’été, comprenant de nouvelles recettes et l’ajout de pêche.

En somme, que vous soyez fans de la franchise ou nouveaux venus, que vous ayez expérimenté Dragon Quest Builders premier du nom ou pas, je ne peux que vous conseiller cette suite pour ainsi dire dépourvue de malfaçons.

ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI

Test réalisé par Milou sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés

 

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire