Test : Dusk Diver sur Nintendo Switch

Test : Dusk Diver sur Nintendo Switch

Genre : AVENTURE, RPG, ACTION
Langues : Anglais, Japonais, Coréen, Chinois Sous-titres : Anglais, Japonais
Développé par JFI Games
Édité par Pqube
Sortie France : 25/10/2019
Prix : 39,99€ sur l’eShop, 49,99€ version boîte
Taille : 3219,13 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 12 ans

Site Web Officiel

L’histoire de Dusk Diver tourne autour de Yang Yumo, une jeune étudiante et sa meilleure amie Yusha, dans le quartier de Ximending, où elles ont décidé de se retrouver pour aller manger.

Tout semble indiquer une journée ordinaire. Une cité vivante et remplie de boutiques, cafés et restaurants. Une ville rien de plus classique…en apparence! Mais très vite, l’atmosphère devient particulièrement étrange…

Plus personnes dans les rues, la métropole est comme devenue « déserte ».

Elles décident alors de se diriger vers la sortie 6 du métro par lequel elles sont arrivées, mais toujours personne ! Une inquiétude s’installe quand soudain… un monstre apparaît et les frappe sauvagement.

À cet instant, un homme du nom de Léo vient à leur secours, et grâce à un pouvoir magique, redonne vie aux deux jeunes filles. Nous apprenons que nous ne sommes plus à Ximending, mais à Youshanding, une ville qui y ressemble étrangement.

Nous progressons dans une dimension parallèle remplie de monstres et d’ombres inquiétantes. Yumo découvre qu’elle est doté de pouvoirs spirituels, probablement hérités d’un de ces ancêtres. Yumo est destinée à protéger Ximending, des monstres susceptibles d’entrer dans leur monde par une faille inter-dimensionnelle.

Concernant le Gameplay, on contrôle uniquement Yumo au cours de l’aventure. Nous sommes dans un Action/RPG, donc les combats sont remplis d’innombrables masses de bêtes ignobles à notre poursuite. On peut s’en débarrasser avec des attaques simples et rapides, mais aussi grâce à quelques coups spéciaux qui ont une utilisation limitée.

Nous pourrons tout au long de l’aventure faire évoluer nos capacités afin de les rendre plus puissantes et utilisables beaucoup plus de fois. Lors des combats, nous pouvons faire appel à l’aide d’un Gardien, afin de pouvoir se donner un peu d’air lorsque les hordes de monstres nous assaillent.

Concernant ces autres capacités, Yumo dont la chevelure devient bleutée lors de son entrée dans la faille inter-dimensionnelle menant à Youshanding, est après quelques heures de jeu, capable de booster ses compétences et de lancer une attaque ultime dévastatrice. Lors de ce changement d’état qui ne dure que quelques secondes seulement, sa chevelure devient jaune et les effets visuels à l’écran sont impressionnants.

Pour ce qui est de la défense, Yumo peut exécuter des sauts ou des Dashs ( Bons en avant rapides), qui lorsqu’ils sont exécutés dans le timing adéquat, permettent de ralentir le temps quelques instants afin de prendre l’avantage sur ses ennemis.

Unique point noir, le Gameplay devient répétitif, les affrontements sont identiques au fil de notre aventure, pas de révolution dans la diversité des monstres, même si on prend plaisir à taper dans le tas avec des effets visuels époustouflants.

Justement, côté graphismes, le jeu est plutôt très coloré et inspiré par un design très « Anime ». On se laisse séduire par le style des personnages. Lors des dialogues, le visuel est joli, on à l’impression de lire un manga avec les expressions qui changent selon l’humeur de nos personnages.

Par contre, lorsque nous parcourons la ville, la foule est multicolore, et les gens apparaissent seulement lorsque l’on est très proche d’eux. Idem pour les monstres. Ils surgissent soudainement sans aucun signe avant coureur.

Le Level-design est peu inspiré, les adversaires se ressemblent, et pourtant ce ne sont pas les mêmes. Dans la dimension parallèle, les décors sont vides, on y aperçoit quelques plateformes peu inspirées. On à l’impression de parcourir de grande routes désertiques où l’on s’empresse de courir pour arriver à notre destination. Cette dernière est marquée par un point d’exclamation sur la carte.

C’est dommage car les effets lors des combats sont assez réussis. C’est rapide, rythmé, il y a de multiples effets spéciaux qui nous permettent de rester accrochés dans le cœur de l’action.

Concernant le son , les doublages lors des dialogues sont bien réalisés. On a le choix entre le Coréen et Japonais. Pour ce qui est de l’ambiance musicale générale, ce n’est pas la même, c’est plutôt simple et ennuyeux. Par contre, lors des combats , c’est dynamique. On reste sur notre faim, mais ce n’est pas non plus rédhibitoire.

Pour finir la quête principale , une dizaine d’heures seulement sera nécessaire. On pourra pousser un peu en réalisant à 100% les quêtes annexes. Le contenu est assez limité, la ville de Ximending n’est pas grande, il y a quelques boutiques accessibles seulement. L’une d’elle est notre repère principal, où l’on peut acheter de l’équipement, sauvegarder ou encore changer de style vestimentaire!

C’est dans Ximending aussi que l’on peut prendre le temps de faire évoluer nos capacités, grâce aux points acquis lors de nos missions dans l’autre dimension. On y débloquera quelques bonus supplémentaires à la fin du jeu et lors des réalisations des quêtes annexes.

Globalement, Dusk Diver est un bon jeu qui mérite que l’on s’y attarde même s’il est court, assez répétitif. Il n’est pas exempt de défauts, mais on y prend beaucoup de plaisir manette en main. On s’attache au personnage principal, à son histoire. Les combats sont dynamiques et permettent de nous tenir en haleine tout au long de l’aventure.

Retrouvez nous sur :

Laisser un commentaire