Test : DYNASTY WARRIORS 8: Xtreme Legends Definitive Edition sur Nintendo Switch

DYNASTY WARRIORS 8: XTREME LEGENDS DEFINITIVE EDITION

Genre : Action
Langues : Anglais, Japonais Sous-titres : Français, Allemand, Anglais
Développé par ω-Force
Édité par KOEI TECMO
Sortie France : 27/12/2018
Prix : 39,99€ sur l’eShop
Taille : 17070,82 Mo
Joueurs : 1 à 2
Age minimum : 16 ans

Site Web Officiel

La Nintendo Switch devient une console de prédilection pour les hack’n’slash avec des titres comme Hyrule Warriors, Warriors Orochi Fate Extella et bien d’autres. Koei Tecmo et ω-Force ont enfin amené leur série phare sur la console avec leur titre datant de 2014 : DYNASTY WARRIORS 8: Xtreme Legends Definitive Edition, un jeu qui combine Dynasty Warriors 8 avec Xtreme Legends, et tous les DLC sortis à ce jour. Beaucoup ont affirmé que ce soft est le meilleur de la série, et il a de toute évidence reçu de bien meilleures critiques que Dynasty Warriors 9 sorti cette année sur les autres plateformes. DYNASTY WARRIORS 8: Xtreme Legends Definitive Edition s’inspire librement d’un célèbre roman historique chinois du XIVème siècle, Les Trois Royaumes, narrant la fin de la dynastie Han et la période des Trois Royaumes (220-265). Dans ce jeu, vous incarnerez les puissances Wei, Wu et Shu dans leur lutte incessante pour dominer les provinces de la Chine féodale en explosion au cours d’une ère de troubles connue sous le nom de “rébellion des turbans jaunes”, en jouant tour à tour chacune des familles et en déroulant leur histoire, ainsi que les arcs additionnels Jin et Lu Bu.

Mais qu’on se le dise, même si le livre original est une source historique fiable et reconnue, ce n’est clairement pas le but de ce Dynasty Warriors, et vous serez vite perdus dans les intrigues politiques qui se révéleront sous vos yeux, autant que vous vous emmêlerez les pinceaux dans les quelques 80 personnages jouables, sans savoir réellement à quel clan ils appartiennent. Au bout de quelques combats, vous vous rendrez vite compte que le soft n’a aucune vocation éducative, et que tout est prétexte à se mettre sur la figure dans des décors d’une Chine ancienne, donc ne soyez pas inquiets de ne plus arriver à suivre le flot d’informations et le vocabulaire militaire, tout cela n’est en réalité que cosmétique. Alors on va vite passer à la partie la plus importante pour la série des Dynasty Warriors, le gameplay, et voir si ce portage tient toutes ses promesses !

Comme d’habitude pour les Dynasty Warriors, le mode principal est celui “histoire” , et si vous avez déjà joué aux précédents opus de la série Warriors, y compris Hyrule Warriors donc, vous serez très vite apte à décimer vos adversaires. Le principe est simple : vous enchaînez une série de batailles se déroulant sur de grandes cartes remplies de hordes d’ennemis à découper en morceaux. Un mode tutoriel est disponible pour ceux qui souhaiteraient tout d’abord trouver leurs marques, en une dizaine de minutes le tour sera fait et vous serez largement prêts ! Vos objectifs dans les combats vont varier, tantôt il faudra s’accaparer une base ennemie stratégiquement placée, tantôt protéger un allié au cours de sa traversée de la carte, etc. Pour vous battre, utilisez les boutons X, Y et R et combinez les pour réaliser des combos afin de remplir une jauge de musou, qui une fois pleine peut être relâchée avec A en une attaque très puissante et dévastatrice, de plus, une autre jauge est disponible, elle sera plus longue à remplir mais pourra être relâchée en appuyant sur le joystick droit pour vous faire entrer en mode rage, vous permettant de trancher simples soldats et chefs de guerre sans distinction. Dynasty Warriors 8 intègre quelques nouveaux éléments qui viennent casser la routine du gameplay, le premier étant la possibilité de changer d’arme au cours de la bataille en donnant un coup avec R, sachez cependant que vos ennemis pourront faire de même, et grâce à une autre nouveauté qu’est l’affinité d’arme, qui rend certaines armes plus fortes face à d’autres, cet élément ajoute une couche supplémentaire de décisions stratégiques à prendre avant d’affronter un adversaire redoutable. Chacun des 82 personnages du jeu à un moveset unique, et un arsenal conséquent ce qui contribue à ne pas en faire tous des clones sans intérêt véritable. Il y a également un système de fusion d’armes, où l’on peut booster son équipement pour un léger avantage en combat.

En dehors du mode histoire, il y a beaucoup d’options pour vous distraire, comme le mode ambition qui vous propose de construire une ville en récupérant des matériaux en enchainant les combats courts, afin d’y accueillir l’Empereur quand vous aurez tout construit de vos mains, un système très prenant puisqu’il intègre un sens de progression direct. Enfin, il y a le mode défi où il vous faudra participer à des challenges et obtenir le meilleur score, et le mode libre où vous pouvez choisir n’importe quel personnage, sa tenue, ses armes, et vous lancer dans la bataille.

Le jeu était d’abord sorti sur PS Vita en 2014 mais souffrait de nombreux ralentissements, ce qui n’est plus le cas de la version Switch qui se démarque par sa fluidité, et qui est encore plus impressionnante en mode portable. Quel que soit le nombre d’ennemis que vous tailladerez à la fois à l’écran, aucune baisse de framerate ne viendra vous embêter, ce qui est souvent le cas pour ce genre de titre. Les graphismes du jeu ont été améliorés quand il a été porté sur PS4, et ces améliorations sont arrivées jusqu’à la Switch. Ici, plus de bugs visuels et les distances d’affichages ont été considérablement revues à la hausse, le jeu est somptueux autant sur la TV que sur l’écran de la console. Grâce aux nombreux patchs et DLC dont le soft a bénéficié depuis sa sortie originale, la version Switch n’a pas à pâlir aujourd’hui, même face à la version PS4.

Le jeu se paye le luxe de s’offrir des doubleurs japonais et anglais, selon votre choix, et les acteurs cabotinent au possible et à raison en scandant des phrases toutes faites quand deux généraux se font face sur le champ de bataille, sur fond de thèmes aux sonorités métalleuses qui donnent à l’action une ambiance très arcade. Une quantité impressionnante de thèmes différents est disponible, et chaque branche de l’histoire a son unique patte en terme d’audio.

Chaque partie du mode histoire vous prendra environ 4h pour en venir à bout, comptez donc 16 à 20h pour terminer tous les scénarios. Néanmoins, vous aurez entre les doigts des centaines d’heures si vous comptez terminer tous les modes et débloquer tous les personnages, les armes et les costumes. DYNASTY WARRIORS 8: Xtreme Legends Definitive Edition est en réalité une compilation de deux jeux en un, ce qui apporte son lot colossal de contenus. 82 personnages, multipliez cela par deux armes chacun et encore plus de tenues grâce à l’inclusion des DLC, et vous comprendrez que ce jeu va vous retenir très longtemps, ce n’est pas pour rien qu’il nécessite plus de 15Go d’espace libre !

C’est le genre de jeu parfait pour faire quelques parties puis y revenir plus tard, il s’accorde donc parfaitement avec la Switch, et si vous n’en avez toujours pas assez, sachez que vous avez un grand nombre d’options là encore pour augmenter la difficulté, chacun trouvera donc chaussure à son pied.

DYNASTY WARRIORS 8: Xtreme Legends Definitive Edition est un portage réalisé avec succès, le jeu n’amène pas grand chose de nouveau dans la franchise mais peaufine la version de 2014, en combinant tous les DLC sortis à ce jour, et offrant donc un contenu considérable. Si vous n’avez pas joué à ce jeu sur une autre plateforme, alors ce titre vous offre assez d’action et de profondeur pour vous passionner pendant des dizaines d’heures voire des centaines d’heures, sans pâtir de ralentissements malencontreux pour venir briser le rythme. En revanche, si vous y avez déjà joué, il sera difficile de vous convaincre de le racheter sur Switch, mais il faut savoir que le mode portable est une véritable réussite.

 

Test réalisé par Natingle42 sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire