Test : Energy Cycle Edge sur Nintendo Switch

Energy Cycle Edge

 

Genre : Casse-tête
Langues : Japonais, Français, Allemand, Italien, Espagnol, Coréen, Néerlandais, Portugais, Russe, Chinois, Anglais
Développé par Sometimes You
Édité par Sometimes You
Sortie France : 05/12/2018
Prix : 4,99€ sur l’eShop
Taille : 706,74 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 3

Energy Cycle Edge vous confrontera à une série de niveaux où vous n’aurez qu’un seul objectif : mettre toutes les cellules d’une seule couleur. Mais ça ne sera pas facile, car désormais ce casse-tête se joue en trois dimensions.

Des cellules de différentes couleurs dans un cube

Energy Cycle Edge vous lance tout de suite dans le vif du sujet, sans le moindre tutoriel ou explication. Heureusement, le concept est assez connu par les amateurs de casse-tête, rappelant un peu le Rubik’s Cub, et les touches faciles à trouver puisqu’au nombre de trois : A pour changer la couleur des cellules, L ou R pour tourner le puzzle, et B pour le menu.

Quant au principe du jeu, il est lui aussi facile à comprendre : il faudra faire en sorte qu’il n’y ait qu’une seule couleur au lieu de trois différentes. La difficulté réside dans le fait qu’il n’est pas possible de changer individuellement chaque cellule, mais les lignes et les colonnes sont liées, et ce sera l’ensemble qui changera de couleur.

Un exemple de casse-tête sur une seule couche

Ainsi, dans cet exemple si on change la couleur de la cellule bleue en haut à gauche pour le vert, la cellule verte deviendra rouge.

Mais là où Energy Cycle Edge se distingue, c’est dans la mécanique en trois dimensions qu’il rajoute. Car si le premier monde est composé de niveaux « plats », les trois autres mondes ont différentes couches, qui peuvent se croiser sur certaines cellules.

Côté graphismes, on est sur du très simple, car ce n’est pas là que réside le cœur du jeu. On peut modifier l’apparence des cellules pour un mode dit classique dans les options, donnant aux cellules une apparence plus simple de boules un peu plus animées.

Le mode classique

La bande-son « ambiante » est réalisée par différents artistes, ce qui se ressent tant les pistes peuvent différer. Certaines sont vocales, d’autres uniquement instrumentales, plus ou moins rapides. C’est très spécial, et les changements assez brusques. La possibilité de choisir les musiques aurait pu être une bonne opportunité, surtout que les niveaux n’ont pas de style propre et n’importe quelle piste peut se lancer.

Sur le papier, seuls quarante-quatre niveaux sont proposés, ce qui peut paraître assez court. Mais on a quatre types de plateau, avec la mécanique des trois dimensions qui apporte un changement très intéressant, et il faudra réfléchir différemment suivant si on est face à un plateau « plat », ou si c’est comme s’il y avait l’intersection de deux plateaux, voire même un cube complet, avec les faces extérieures et les arrêtes.

Le jeu propose heureusement d’avoir un aperçu de l’ensemble du puzzle, même s’il est un peu petit et l’on distingue les cellules des autres couches en fond, de couleur moins vive, pour assurer un peu plus de lisibilité.

Un niveau sur plusieurs couches

À cela se rajoute la possibilité de commencer les niveaux avec des couleurs aléatoires. Autant dire que si on accroche au concept, la durée de vie peut être extrêmement longue.

Enercy Cycle Edge est une séquelle de Energy Cycle, et ça se ressent entre l’absence de tutoriel ou la nouvelle mécanique, complexifiant le style de casse-tête proposé.

Les néophytes, ou les amateurs occasionnels de puzzle préféreront la mouture d’origine, ou d’autres jeux de réflexion proposant plus de variété, mais les fans qui souhaitent aller plus loin dans la réflexion auront de quoi se triturer les méninges de longues heures.

Test réalisé par Marron sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Retrouvez nous sur :
Partagez sur vos réseaux

Laisser un commentaire