Test : Enigmatis 2 – The Mists of Ravenwood sur Nintendo Switch

ENIGMATIS 2 : THE MISTS OF RAVENWOOD

Genre : Aventure, Casse-tête, Point’n click
Langues : Anglais – Sous-titres : Anglais, Français, Allemand, Espagnol, Portugais, Russe
Développé par ARTIFEX MUNDI
Édité par ARTIFEX MUNDI
Sortie France : 25/05/2018
Prix : 14,99€ sur l’eShop
Taille : 1042,28 MB

Site Web Officiel

Enigmatis 2, un titre énigmatiquement énigmatique, avec tout plein d’énigmes à résoudre ? Oui ? Non ? Je vous annonce que… roulements de tambour… c’est absolument le cas.

Ce deuxième opus s’inscrit dans une trilogie qui nous propose de mener l’enquête aux côtés de la protagoniste principale, qui poursuit le méchant de service rencontré dans Enigmatis 1er du nom, intitulé Les Arcanes de Maple Creek. Un 3ème épisode est venu compléter la série : The Shadow of Karkhala.

Avec sa patte graphique unique et son ambiance glauque à souhait, Enigmatis est bien intrigant et difficile à classer : Jeu de puzzle au level design particulièrement soigné ou Aventure au scénario élaboré ponctuée de casse-têtes ? En tout cas, je ne sais pas pour vous, mais j’ai été fort intriguée par son titre, ses graphismes et une certaine impression d’oppression qui se dégage de l’ensemble.

L’essence du gameplay se situe dans une mécanique propre au point’n click. Différents environnements se succèdent, chacun comportant des objets à récupérer soit pour les associer entre eux, soit pour les utiliser tels quels, afin de résoudre les différents casse-têtes / puzzles, mais aussi pour progresser dans le jeu en récupérant des indices.

Le menu est composée de 4 parties, chacune étant accessible grâce au bouton de commande qui lui est dédié parmi les 4 flèches directionnelles. Le premier vous permet d’être guidé en cas de bug cérébral, par le biais d’un signal lumineux qui va se diriger vers le point d’intérêt à explorer -avec un temps de rechargement plus important en mode difficile-. Le second vous ouvre une carte des lieux qui comporte des indications en mode facile, avec le troisième vous accédez aux notes prises par la protagoniste et le dernier ouvre le tableau sur lequel sont accrochés les indices que vous avez trouvés. D’ailleurs, le dit tableau va être improvisé par notre enquêtrice, à l’initiative d’un… non je n’en dis pas plus.

L’aventure n’est pas linéaire, vous devrez régulièrement revenir dans une zone déjà explorée. En effet, certains objets vont devoir être récoltés à un endroit, puis placés à un autre. Le jeu nous amène également à découvrir trappes, recoins cachés et autres zones secrètes qui vont laisser apparaître des casse-têtes sous forme de mini-jeux sollicitant votre logique et souvent basés sur les déplacements et les manipulations.

Autre axe du gameplay, vous devrez observer une zone dans le but d’y dénicher des objets, ce qui vous permettra de réaliser différentes actions.

En résumé, l’essentiel de la mécanique du jeu est basée sur la collecte d’indices et la résolution d’énigmes de natures variées. Le tout est d’une fluidité et d’une intuitivité parfaites, pour ma part rarement rencontrées dans un Point’n click.

C’est de toute beauté. La richesse des détails, la finesse des traits, la vaste palette de couleurs happent directement le joueur. Souvent, la différence entre la tablette de la Switch et le téléviseur est présente sans pour autant justifier de privilégier l’un par rapport à l’autre, mais dans le cas présent la balance penche sans conteste pour le mode nomade. Le style et la qualité graphique parfaitement exploitée en 720p nous en met plein la vue, un réel délice. Ceci dit, on retrouve un des points faibles de la plupart des Point’n click, avec les déplacement et mouvements du peu de personnages que l’on croise qui vont être incohérents ou saccadés.

Lors des phases interactives, vous retrouverez cet aspect “abracadabra, mon objet se téléporte ou se déplace tout seul”, mais il s’agit là d’un fait inhérent au système du jeu. En effet, il est axé sur la visualisation de décors entièrement figés avec des éléments animés, vous ne verrez pas notre protagoniste se déplacer, ni même ses mains manipuler les objets, tout se fait en vue subjective et les interactions s’afficheront via un zoom / une fenêtre sur le point d’intérêt choisi. L’accent est clairement mis sur les backgrounds, chaque décor semble avoir été travaillé comme un tableau, avec un réel souhait d’esthétisme.

Les musiques quant à elles sont parfaitement dosées, discrètes mais sachant retranscrire l’univers Enigmatis : une touche de mélancolie alliée un soupçon de suspens. Elles vont mettre l’accent sur l’ambiance des différentes scènes, en amplifiant les multiples effets recherchés, que ce soit lors des moments sous pression, lorsque des screamers vous feront sursauter, ou bien lors des passages d’exploration ou de réflexion.

Les bruitages sont nombreux, entre les sons produits par les objets, ceux assignés aux actions des touches ou encore les différents signaux sonores du menu, le tout pour un résultat plus que réussi. Toujours juste, le sound design est impeccable.

Entièrement sous-titré dans un excellent français, le jeu dispose d’un audio en anglais uniquement. Ceci dit le ton pris dans le doublage de la principale protagoniste reste assez neutre, ce qui est dommage puisqu’il s’agit d’écouter ses cogitations : un peu plus de conviction aurait amélioré l’immersion.

On nous annonce 55 lieux différents, 18 mini-jeux, 19 scènes comportant pas moins de 405 objets cachés, 133 items à trouver et à utiliser, ainsi que des collectibles à saisir. L’aventure principale est agrémentée d’un bonus intitulé “les souvenirs retrouvés” qui sera débloqué une fois que vous serez venus à bout de celle-ci. Au delà des chiffres, Enigmatis 2 nous embarque dans une enquête qui n’est pas foncièrement compliquée à mener. La difficulté des énigmes et casse-têtes ne pose pas de réel problème, d’autant que le bouton “indice” facilite grandement le déroulé du jeu.

Aussi, la durée de vie peut paraître courte, comptez 3 heures pour parvenir au dénouement de l’aventure dans sa totalité. A mon sens, ce temps de jeu est tout à fait adapté au style du titre. Il est largement suffisant et permet d’éviter une lassitude qui pointerait inévitablement le bout de son nez sur une durée plus importante. En résumé, il peut être bon de préférer la qualité à la quantité.

Et bien après avoir bouclé cet opus, force est de constater que la première impression est la bonne. C’est beau, l’ambiance est unique, sans prise de tête. Je me posais la question de déterminer ce qui domine : aventure ou puzzle ? En fait ce n’est ni l’un ni l’autre, ce titre est un savant mélange d’éléments qui donnent envie d’avancer et de connaître le fin mot de l’histoire. En proposant une bonne alternance dans les phases de jeu, des visuels captivants, un scénario bien mené et des casse-têtes variés, on arrive à cette alchimie qui nous offre un jeu avec beaucoup de charisme.

Un petit regret cependant, car même si les différents épisodes peuvent se jouer indépendamment les uns des autres, il aurait été intéressant de bénéficier d’un bundle regroupant les 3 titres : ils sont liés entre eux, cela aurait été un plus de pouvoir assurer la continuité de l’histoire sur une même plateforme de jeu.

Quoi qu’il en soit, si vous cherchez à faire du bien à vos yeux et à votre tête, n’hésitez pas à découvrir Enigmatis 2. Loin du speed et du défi d’un jeu d’action, il s’agit ici d’un titre au style posé mais envoûtant et inquiétant, qui vous fera passer un moment fort captivant. Plein de bonnes choses en “ant”.

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire