Test : Etherborn sur Nintendo Switch

Etherborn

Genre : Plateformes, Casse-tête
Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Coréen, Russe, Chinois
Développé par Altered Matter
Édité par Altered Matter
Sortie France : 18/07/2019
Prix : 16,99€ sur l’eShop
Taille : 1547,70 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 3

Site Web Officiel

Etherborn a vu le jour grâce à la plateforme de financement participatif fig.co. Vous y incarnez une forme de vie humanoïde apparaissant dans un monde étrange. Accueilli par une voix éthérée, la créature se met en route et entame l’ascension d’un arbre dont les branches s’étendent à perte de vue.

Le coeur du jeu repose sur des puzzles jouant avec la gravité. Dans les différents environnements que vous traversez, vous vous retrouvez très vite à marcher sur les murs à l’affût des sphères permettant d’enclencher les mécanismes qui vous ouvrent de nouveaux horizons. Si la gymnastique mentale peut s’avérer déroutante de prime abord, au bout de quelques minutes le concept coulera de source et vous voilà en train de progresser sur les différentes faces d’un cube comme si c’était la chose la plus naturelle qui soit.  

Les niveaux sont de taille variables et chacun d’entre eux apporte ses mécaniques comme des surfaces mortelles ou des murs qui apparaissent au fur et à mesure de votre avancement, bloquant tout passage tant que vous n’êtes pas dans la bonne perspective. Loin de se cantonner à du plat, certains environnements jouent sur la verticalité et vous serez vite confronté à des situations complexes dans lesquelles vous vous trouverez juste à côté d’une sphère, mais pas sur la bonne face, si bien qu’aller la chercher serait synonyme de se jeter dans le vide. Rassurez-vous, pas de timer ou de score à réaliser, la mort n’est pas punitive et vous ramène simplement sur le terrain précédemment quitté.

Tout au long de votre partie, la caméra n’aura de cesse de tourner, vous faisant perdre tout repère dans l’espace, ne distinguant plus le sol du plafond. Tout est finalement relatif, on avance sans trembler, même la tête en bas. Il faut cependant noter que la caméra reste fixée sur le personnage, le stick droit ne permettant que de faire un léger traveling, sans jamais perdre la vue d’en haut de notre créature, un choix qui la rend quelque peu rigide si on espérait avoir une meilleure vue d’ensemble.

Au bout du compte, il n’y a pas grand chose à reprocher à Etherborn à part de rares bugs qui vont vous faire changer de surface à certains endroits alors que normalement les mécaniques de jeu ne le permettent pas, mais ce détail demeure totalement minime.

Sans être considéré comme beau par les standards actuels, l’univers d’Etherborn dégage une atmosphère spéciale. Les effets de lumière, la brume inquiétante, tout est mis en place pour offrir une aventure onirique dans un monde dont on ne sait rien, dans des décors dépourvus de vie en-dehors de votre personnage, tout cela, doublé de pistes musicales de qualité qui rappelleront pour certaines Unravel. Le jeu n’hésite pas à jouer avec le fond sonore pour rendre certains moments plus sombres ou d’autres plus mystérieux.

Divisés en niveaux, Etherborn se savoure juste l’espace de quelques instants. En moins de deux heures vous en verrez le bout. La faiblesse de cette durée de vie se trouve légèrement réhaussée par la présence d’un New Game+ qui se contente de placer les sphères à des endroits plus difficiles d’accès, ne changeant en rien le déroulement global de l’aventure. 

Etherborn offre un gameplay intelligent et maîtrisé qui retournera le cerveau du joueur pour mieux l’émerveiller face au level design astucieusement construit. Hélas, le titre ne propose que très peu de renouveau d’un environnement à l’autre et on ressent une réelle frustration en voyant l’écran de fin apparaître là où l’aventure aurait pu réellement commencer. La vie de notre avatar ne sera finalement qu’aussi brève que sa naissance, apparaissant et disparaissant dans des brumes éthérées.

Test réalisé par Nadium sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire