Test : Fairy Fencer F Advent Dark Force sur Nintendo Switch

Fairy Fencer F Advent Dark Force

Genre : Aventure, RPG, stratégie
Langues : Japonais, anglais Sous-titres : Anglais
Développé par Idea Factory et Compile Heart
Édité par Ghostlight
Sortie France : 17/01/2019
Prix : 34,99€ sur l’eShop
Taille :8728,35Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 12

Site Web Officiel

Autrefois, un méchant Dieu, dont l’objectif était de tout anéantir, et une gentille déesse, au but opposé, se sont affrontés. Mais ils n’ont jamais réussi à se départager, et se sont mutuellement scellés, à l’aide de Furies, des épées détenant le pouvoir de Fairy en elle. Une période de paix a ainsi débuté.

C’est dans ce contexte que Fang, jeune garçon ayant une très grande passion pour la viande, arrive dans un village où se trouve une Fury. Vivement intéressé par la légende autour, et notamment le fait que la Fairy réalisera son vœu, il s’empresse de la libérer.

L’objectif dévoilé par la Fairy

Mais il y a des conditions pour cela, et c’est ainsi qu’il se retrouve embarqué dans une quête, pour libérer la déesse en retirant les Furies qui la scellaient.

Fairy Fencer F, de son nom original, est un JRPG qui propose un système de combat intéressant, piochant des éléments du tour par tour et du jeu d’action.

Que ce soit les personnages contrôlés ou les ennemis, tous agissent l’un après l’autre, et l’ordre est indiqué sur le côté. Quand notre tour arrive, on a le choix entre une attaque classique (ou plusieurs, si l’on a débloqué la capacité), une technique ou une attaque magique (qui demandent toutes deux l’utilisation de SP), l’utilisation d’un objet, ou attendre. Cette dernière action permet d’augmenter sa défense, et également de voir son tour arriver plus vite.

Mais là où le côté jeu d’action se manifeste, c’est qu’il est aussi possible de se déplacer sur le terrain, dans une zone limitée, ce qui aura son importance. La portée est prise en compte, et une arme au corps à corps ne permettra pas d’atteindre un ennemi trop loin, par exemple. Mais il est aussi permis de détruire des parties des ennemis, à condition d’être bien placé.

Système de combat

Autre richesse du système de combat, les Fairies. En les collectant, en même temps que les Furies demandées par le scénario, on pourra bénéficier de leurs capacités. Car elles peuvent être assignées à l’arme de chaque personnage, lui accordant des capacités, que ce soit des résistantes élémentaires, ou des bonus comme plus d’expérience gagnée. Elles-mêmes peuvent d’ailleurs gagner de l’EXP augmentant aussi les capacités du personnage auxquelles elles sont assignées.

Et ce n’est pas fini. Car la quête des Fairies demandera d’aller explorer des donjons, disséminés sur la carte du monde. Et pour débloquer ces derniers, il faudra utiliser des Fairies qui activeront le donjon, mais aussi des effets secondaires, plus puissants que si on affectait la Fairy à un personnage, que ce soit en malus ou en bonus. On pourra ainsi avoir un gain d’argent augmenté, tout comme la consommation de SP.

Carte du monde

Heureusement, il n’est pas obligatoire de laisser la Fury plantée, si on n’est pas intéressés par ses effets.

Fairy Fencer F Advent Dark Force est le portage d’un jeu PS3, et ça se voit. Le jeu alterne entre les phases en ville, qui sont composées de discussions avec des personnages représentés par des artworks, sublimes, et globalement inanimés (à part de temps un mouvement de tête ou de main), et les phases en donjon, en 3D, même s’il peut y avoir quelques discussions donnant lieu à des artworks inanimés en 2D.

Artwork présentant un personnage

Et si les artworks sont un régal, on ne peut pas en dire autant des phases en 3D. C’est daté, et il y a régulièrement de micro ralentissements. Surtout que les donjons ne sont pas très intéressants, même si il y a quelques bonnes idées pour briser le rythme, comme de temps en temps des trous à sauter (notre personnage pouvant sauter), ou de petites énigmes à résoudre.

Côté musique, le jeu s’en sort bien. On a droit à une bande-son très rythmée, notamment en combat, pouvant également être chantée dans certaines situations. Cela colle bien à l’ambiance très japonaise du jeu, et certaines pistes donneront envie de les écouter à nouveau, hors du jeu.

On a ici affaire à un JRPG riche, peut-être même un peu trop, le joueur est parfois noyé sous les tutoriels. Si le scénario vous incite à suivre une route, il en existe en réalité trois, suivant les choix effectués, débouchant sur des fins différentes. La collecte des Fairies occupera donc un bon bout de temps, surtout qu’elles sont nombreuses, et comme précisé, chacune avec leurs caractéristiques, que ce soit dans leur apparence ou leurs capacités (les dragons côtoient les méchas et des femmes légèrement vêtues). Leur rang aura également une importance, car pour libérer la divinité, il faudra affronter un gardien. Et un gardien de rang S sera assez compliqué à battre, si on n’a que des Fairies de rang C ou B.

Différentes Fairies

Et ce n’est que pour la partie principale de l’histoire. Car JRPG oblige, on a aussi du contenu annexe La quête principale demandera d’aller explorer des donjons précis, ou dans une zone de la ville, indiquée par un “event”. Mais des “surevent” sont également disponibles, donnant lieu à des saynètes (à la manière des Tales of). Côté quêtes annexes, les développeurs ont fait le choix de les rassembler. Il ne sera pas nécessaire d’aller voir tel ou tel PNJ, ni même de lire la raison de la quête. L’affichage se mettra d’office sur l’objectif (tuer X ennemis, récolte tel matériau…), et quand on l’aura atteint, un message s’affichera à l’écran. Il suffira alors de retourner au pub pour valider, empocher la récompense, et recommencer. Car ces quêtes sont réalisables plusieurs fois. Et à force de les réaliser, notre rang augmentera.

Trois types de quêtes

Il est à noter que des “challenge” sont aussi disponibles. Liés à chacun des personnages jouables, ils permettront des augmentations de statistiques (utiliser X fois des techniques ou des magies augmentera les SP, par exemple).

Et ça n’est pas fini, la version Switch se dote en plus de 25 DLC gratuits, débloquant l’accès à des donjons pour le end game, vu que le niveau recommandé dépassera allègrement 100, les personnages pouvant aller jusqu’au niveau 999. Rien que ça.

Autant dire que si on souhaite profiter de tout le contenu proposé par ce portage, on en a facilement pour plusieurs dizaines d’heures de jeu.

Fairy Fencer F Advent Dark Force est un JRPG, avec ses clichés. Mention spéciale aux personnages, semblables à tant d’autres (que ce soit dans le jeu vidéo ou dans les mangas), et qui n’échappent évidemment pas au fanservice. Mais on peut aussi citer le  scénario, très classique, et même cliché. Heureusement, les répliques humoristiques ne manquent pas, même s’il est dommage qu’aucune traduction française ne soit proposée (autre élément récurrent du JRPG, d’ailleurs).

En somme, c’est un jeu classique, mais efficace, et les amateurs pourront apprécier.

Test réalisé par Marron sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire