Test : Flood of Light sur Nintendo Switch

Flood of Light

Genre : Aventure, casse-tête
Langues : Anglais, japonais, chinois
Développé par Irisloft
Édité par Indienova
Sortie France : 23/08/2018
Prix : 4,99€ sur l’eShop
Taille : 720,37 Mo

Site web officiel

 

Une mystérieuse jeune fille arrive dans une ville abandonnée, inondée par une pluie incessante. Qui est-elle ? Pourquoi cette ville s’est-elle retrouvée désertée ?

L’arrivée dans la ville

En résolvant des énigmes grâce à sa capacité de contrôler la lumière, peut-être pourra-t-elle la sauver en faisant diminuer le niveau de l’eau, et au passage découvrir le passé de cette étrange citée…

Flood of Light repose sur un principe simple : contrôler la lumière afin d’allumer des piédestaux ou des lampes. Notre héroïne dispose en effet de la capacité de l’attirer ou de la diriger, symbolisée par des petites boules lumineuses, ressemblant un peu à des lucioles.

Les énigmes avec les lumières

Mais diriger la lumière n’est pas aussi simple qu’il y paraît, car il y a plusieurs restrictions. D’abord, la portée : aussi bien notre héroïne que les lampes ont un rayon d’action, au-delà duquel il n’est plus possible d’attirer ou de faire passer la lumière. Ce sera un détail à prendre en compte pour ne pas rendre inaccessibles des boules de lumière.

Ensuite, le chemin à choisir ne sera jamais anodin, car le point de départ sera majoritairement la jeune fille, avec encore une fois la limite de la portée. Heureusement, certaines lampes particulières, ou les piédestaux, pourront servir de commencement d’un chemin, ce qui sera visible à l’écran par des branches sortant de la lampe et cela permettra d’allumer des luminaires autrement inaccessibles.

Lumières rassemblées sur une lampe

Et enfin, la ville est sous les flots. Or, nos boules lumineuses craignent l’eau, donc il est impossible de les immerger, sous risque de les perdre toutes. Tous ces éléments font que les énigmes sont variées, et nécessitent parfois du temps avant d’être réussies.

L’ambiance de Flood of Light est très mélancolique. Les graphismes montrent une ville terne, dans des tons souvent sombres à part quelques éléments de couleur, notamment lorsqu’on active des piédestaux, faisant reculer le niveau de l’eau.  Et les quelques personnages croisés au cours de la descente renforcent cette ambiance, abandonnés par les précédents habitants, confiant tous leurs espoirs à cette étrange jeune fille.

Un bout de la ville

La musique n’est pas en reste. L’exploration est accompagnée par de très belles mélodies, au piano. Tout est fait pour que le joueur soit happé par l’ambiance mélancolique, et ça marche.

La ville recèle huit étages à explorer, ce qui représente beaucoup de pièces et d’énigmes à résoudre. Et certaines ne sont pas évidentes, nécessitant plusieurs essais avant d’être réussies.

En plus de ça, des lampes spéciales, marquées par un symbole différent, se trouvent disséminées dans les niveaux, nécessitant de laisser une boule afin de la maintenir allumée jusqu’à la fin du level et ce n’est parfois pas anodin, car une lumière de plus peut simplifier une énigme survenant par la suite.

Lampes spéciales à allumer

Les adeptes de challenge pourront aussi savoir le nombre minimum de mouvements nécessaires par niveau, le jeu donnant la note que l’on a à chaque fin de stage.

Autant dire que le jeu occupera de nombreuses heures, tout en se renouvelant bien.

Flood of Light est une très belle surprise. Son ambiance, mélancolique, les mystères de cette ville abandonnée que l’on découvre au fil de la progression, ses énigmes gagnant en complexité, ses personnages touchant dans leurs dialogues…

Une belle aventure, tout simplement.

Test réalisé par Marron sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire