Test : Frederic 2 – Evil Strikes Back sur Nintendo Switch

Frederic 2 : Evil Strikes Back

Genre : Arcade, Rythme
Langues : Multilingues Sous-titres : Multilingues
Développé par Forever Entertainment SA
Édité par Forever Entertainment SA
Sortie France : 01/02/2018
Prix : 4,99€ sur l’eShop
Taille : 1,98 Go

Site Web Officiel

Le grand Frédéric Chopin est de retour, plus beau et plus fort que jamais !
L’histoire reprend là où l’on avait laissé, c’est-à-dire le maestro qui bat le grand Mastermind X, après s’être métamorphosé en icône un peu plus moderne et voulant à présent profiter de sa victoire.
Cependant, la fête fut de très courte durée. Un ennemi sous le pseudonyme du « marionnettiste » décide d’y faire brusquement irruption et kidnappe les muses tout en lançant un défi à Chopin.

Quelque chose lui dit qu’une menace plus grande se cache derrière tout ça.
Notre héros n’a plus le choix, il va devoir à nouveau lutter contre les forces du mal.
Pour cela, il peut également compter sur son nouveau bolide ressemblant à une Delorean pour parcourir le monde. Pour sa première destination, il retrouvera un endroit qu’il a bien connu autrefois : Vienne.

C’est le retour des duels ! Même si Frédéric à changé et troqué son instrument fétiche par quelque chose de plus contemporain, le gameplay lui reste identique.
Pour gagner, il faudra remplir 3 critères : avoir l’avantage musical sur l’adversaire représenté par une jauge en hauteur, un score correct ainsi qu’un certain pourcentage de précision.

Pour cela, sept touches composent votre clavier où des notes blanches et/ou noires vont commencer à défiler du haut vers le bas mais avec cette fois, des nouveaux types de notes : la double où il faudra presser deux touches du clavier en même temps et celle à traînée bleue qui peut rapporter gros si vous la jouez avec énergie en pressant avec insistance.
Il est toujours important de rester dans le bon tempo afin de faire grossir le score final. N’oubliez pas que les erreurs de timing dans ce jeu peuvent entrainer la perte de votre avantage représenté par une jauge au-dessus de l’écran.
Et une fois de plus, il est conseillé de jouer directement sur l’écran tactile pour une meilleure expérience de jeu.

Graphiquement, le jeu reste également identique au premier volet. L’animation 2D est toujours présente avec des figures emblématiques et légèrement parodiée, telles que Lady Gaga, Michael Jackson, etc. Toujours dans le même style employé, les expressions seront variées durant les séquences d’histoire, ainsi que durant les phases de duels musicaux. La mise en scène n’a pas changé d’un poil, tantôt sérieuse, tantôt décalée. Le seul nouveau point que l’on soulignera ici est l’arrivée d’une traduction française du jeu dans sa globalité.

Les œuvres classiques de l’auteur sont toujours réarrangées, qu’elles soient connues ou moins connues. Encore une fois, même si contrairement au premier volet je les trouve nettement plus pêchues et efficaces avec leur sonorité un peu plus pop, on ne retrouve toujours pas l’identité, l’essence de la musique de Chopin. Il manque le côté doux de ses compositions, on les as transformées, on en a fait une autre interprétation, qui ne plaira pas forcément à tous.

4 modes de difficultés présents : très facile, normal, difficile et Chopin.
Le nombre de musiques a été légèrement revu à la baisse et ne proposera plus que 10 morceaux. Difficile de comprendre ce choix quand on sait que le répertoire reste conséquent et que le peu de musiques proposées était déjà un point faible du 1er Frederic.

On aurait pu espérer un contenu plus important ou même l’ajout de bonus comme le premier volet ou même quelques DLCs. La durée de vie reste toujours aussi mince que celle de « Resurrection of Music ».  Comptez entre 45 minutes et 1 heure pour un seul mode de difficulté.

Le premier avait laissé un goût d’inachevé et mes espoirs reposaient sur une suite plus ambitieuse du titre. Malheureusement, « Evil strikes back » possède les mêmes qualités et défauts que son prédécesseur et ce malgré les efforts pour proposer une traduction dans la langue de Molière. Peut-être aurait-il mieux fallu tout regrouper dans un seul épisode ?
Un jeu dont on peut amplement se passer quand on sait que la Nintendo Switch dispose de titres plus intéressants en termes de jeu de rythme.

Test réalisé par Serial_Gameur sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Retrouvez nous sur :
Partagez sur vos réseaux

Laisser un commentaire