Test : Friday the 13th The Game sur Nintendo Switch

Test : Friday the 13th The Game sur Nintendo Switch

 

Test : Friday the 13th The Game sur Nintendo Switch

Genre : horreur, action
Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Portugais, Russe
Développé par Gun Media Holdings, Inc
Édité par Gun Media Holdings, Inc
Sortie France : 13/08/2019
Prix : 39,99€ sur l’eShop, 43,63€ version boîte
Taille : 4293,00 Mo
Joueurs : 1 à 8
Age minimum : 18 ans

Test : Friday the 13th The game sur Nintendo Switch

Qui n’a jamais souhaité être Jason dans les films d’horreur Vendredi 13 ? J’espère ne pas être la seule sinon je cours voir mon psychologue.

Pour ceux qui ne connaissent pas Jason Voorhees je vais vous raconter son histoire (éteignez vos lumières et écoutez moi bien). Jason est un enfant né avec une paralysie faciale du côté droit de son visage. Sa mère Pamela élève son enfant seule. Durant l’été 1957, cette dernière devient cuisinière dans une colonie de vacances nommée Camp Crystal Lake et emmène donc son fils.

La mort rôde

Le pauvre enfant est malmené par ses camarades et ne peut s’échapper lorsqu’il tombe dans le lac de la colonie de vacances. Le malheureux se noie. Les moniteurs en charge de la surveillance n’ont rien remarqué car trop occupés (je ne vais pas trop vous spoiler tout de même, regardez le film).
L’année suivante ce même couple de moniteurs est assassinés par Pamela et la colonie ferme.

En 1980, des jeunes personnes décident de rénover le camp mais Pamela en décide autrement et les voilà tous assassinés.

Elle ignore que Jason est toujours en vie et qu’il a grandi dans sa folie, caché dans une cabane dans les bois de Crystal Lake où il se terre comme un animal sauvage.

Une famille particulière

Pamela finira décapitée par Alice, l’unique survivante du massacre de 1980. Son fils sera témoin du meurtre de sa mère. Alice est assassinée quelques semaines plus tard à son domicile par Jason.

Le meurtrier retourne à Crystal Lake et tue toutes les personnes qui ont le malheur de se rendre dans ce fameux camp. Il se sert de la machette qui a tué sa mère. Afin de cacher sa malformation faciale, il porte un vulgaire sac à pommes de terre troué puis un masque de hockey.

Maintenant que vous connaissez l’histoire, je vais vous parler de ce jeu qui est un réel multi joueurs online. Vous pouvez soit incarner Jason ou un moniteur que vous choisirez selon vos affinités mais vous n’êtes pas certain d’être le joueur que vous avez sélectionné.

Les règles sont assez simples soit vous devez tuer tout le monde soit vous devez fuir mais il y a différentes façons de vous échapper comme par exemple, attendre la fin de la nuit en espérant que Jason ne s’attaque pas à vous, réparer le téléphone et contacter la police, prendre une voiture et quitter le camp, …

I will survive

Lors du début de l’aventure, vous êtes positionnés aléatoirement sur la carte donc aucune partie ne se ressemble. Différentes cartes sont disponibles.

Les moniteurs peuvent essayer de se défendre en posant des pièges à loups, des battes de baseball, des planches, des pétards … pour essayer de ralentir Jason. Attention si les personnages s’épuisent trop ils ne peuvent plus courir et s’ils sont terrifiés ils trébuchent et perdent un temps fou.

Le tueur en série quant à lui peut avoir quelques pouvoirs pour aller plus vite, pour voir dans quel secteur est un moniteur.

Au fil de vos parties, vous allez gagner en expérience et celle-ci sera utilisée pour acquérir des compétences bonus pour vos personnages. Plus vous jouez, plus les protagonistes sont meilleurs.

Au niveau des graphismes, ce portage est réellement réussi, malgré quelques petits problèmes lors de certaines cinématiques où Jason peut étrangler du vide et le moniteur est dans les airs un peu plus loin (cela dure quelques secondes et tout revient à la normale). Le jeu est très fluide et tourne en 30 FPS.

La bande son est incroyable, la peur est réellement présente dès lors que l’on joue dans le noir avec un casque sur les oreilles. Dès que Jason approche une musique plus qu’angoissante fait son apparition. Des bruits de portes, des cris, tout y est.

Un mode multijoueurs qui tue

En ce qui concerne le multijoueurs, les serveurs sont très stables donc s’il y a une coupure cela doit surement venir de votre connexion.

Les parties durent en moyenne 15 minutes si vous arrivez à survivre à l’enfer. Lorsque vous jouez Jason la partie se terminera dès que vous aurez « tué » tous les joueurs ou s’ils s’échappent tous.

Vous pouvez communiquer avec vos partenaires à l’aide d’un micro kit mains libres à brancher sur la switch ou un micro compatible à brancher sur le dock ce qui permet de créer une tactique et essayer de survivre face à cet impitoyable ennemi. Comme vous allez être en communication avec des joueurs de nombreux pays, c’est une façon d’apprendre différentes langues c’est assez drôle et stressant je l’avoue, car il faut arriver à se comprendre pour un minimum de coordination dans nos plans de survie.

Test : Friday the 13th The Game sur Nintendo Switch

Pour les fans des films vendredi 13, vous retrouverez l’esprit et vous aimerez réellement jouer Jason ou essayer de survivre. Ce portage est très bon avec une ambiance bien retranscrite. Il faut juste avoir le coeur bien accroché et surveiller vos arrières.

Retrouvez nous sur :
Partagez sur vos réseaux

Laisser un commentaire