Test : FutureGrind sur Nintendo Switch

FutureGrind

Genre : Arcade/Plate-Forme/Course/Sport
Langues : Anglais Sous-titres : Anglais
Développé par Milkbag Games
Édité par Milkbag Games
Sortie France : 11/01/2019
Prix : 16,99 € sur l’eShop, pas de version boîte
Taille : 527,83 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 7

Site Web Officiel

Le futuuuur ! Cette période où les sports extrêmes s’enchaînent. Mais pas là. Dans FutureGrind (oui oui il n’y a pas d’espace), vous chevauchez une moto/gyroscope/les roues qui tournent à 360° dans le but d’attirer des sponsors pour qu’ils vous donnent de nouveaux engins. Mais tout n’est pas aussi beau qu’il n’y paraît et dans l’ombre, il se passe des choses louches. Bref le scénario reste quand même simpliste mais en même temps peu importe car là n’est pas l’intérêt du titre. Vous allez juste donc voguer de sponsor en sponsor et de niveau en niveau pour avancer dans votre carrière.

Le jeu vous met donc aux commandes de motos gyroscopiqus, et le but est d’atteindre la ligne d’arrivée, ou un objectif. Car oui, le jeu est vraiment pensé pour du scoring, vous pourrez donc faire des backflips, des undergrind et toutes sortes de figures pour engranger des points. Attention cependant, car les roues de votre moto doivent toucher les rails de la même couleur sous peine d’échec. Et cela empire quand des zones changent les couleurs de vos roues.

Le gameplay est simple, devenant même par moment un jeu de rythme tellement les zones s’enchaînent parfaitement. Et c’est un régal à jouer une fois qu’on maîtrise notre moto. Car durant nos premières tentatives, on se rapproche de la frustration d’un Super Meat Boy. Car oui le jeu est dur. Très dur. Par exemple, n’atterrissez pas sur un rail blanc car il réinitialisera votre multiplicateur de score. De temps à autre, un sponsor vous proposera une nouvelle monture, ce qui implique un temps d’adaptation, qui est très bien proposé par la partie track test, qui vous permettra de “dompter” votre moto.

Visuellement, les bolides du jeu font penser aux motos lumineuses dans Tron. Avec les rails et la forme des roues, on se sent en immersion dans cet univers virtuel. L’interface de sélection des niveaux reprend également ce côté cyber espace avec des glitchs et bugs d’affichage voulus. Après, les graphismes et les pistes sont très simplistes tout comme les décors, mais cela reste un parti pris de ce côté monde virtuel.

Concernant la bande-son, bis repetita, car les musiques électro du jeu rendent bien, et correspondent encore à cet univers. Il est à noter que le jeu est uniquement disponible en Anglais.

Je tiens à finir ce paragraphe pour nos amis daltoniens, dont je fais partie. Au lieu de galérer à différencier les couleurs et recommencer éternellement le même niveau, allez du côté des options. En effet, et pour mon plus grand bonheur, les développeurs ont pensé à nous en créant un mode “color blind” donc daltonien. Dans celui-ci vous pourrez customiser les couleurs des rails et de vos roues afin de ne pas mélanger des teintes très proches. Il s’agit donc d’un point positif à souligner.

Dans FutureGrind, vous aurez le choix d’un mode carrière et c’est bien dommage car le jeu aurait eu à y gagner avec un mode multijoueur ou éventuellement construction de piste. Car ce n’est pas le mode chrono qui va augmenter la rejouabilité du titre. A côté de ça, se trouve une base de données sur les figures et les motos que vous aurez, mais qui n’ajoutera rien.

Au final, niveau durée de vie, c’est la douche froide, qui va de pair avec son contenu. Étant donné que le mode “histoire” se finit relativement vite, comptez 4-5 heures pour en faire le tour. Vous voudrez peut être réussir tous les challenge, mais rien n’y fait, une fois fini, il n’y a aucune rejouabilité.

Malgré son prix un peu élevé comparé à son contenu, FutureGrind est une agréable surprise, qui vous fera patienter le temps d’une petite partie dans les transports en commun. Étant à la fois difficile d’accès au premier abord mais ultra intuitif après 5 minutes de jeu, le titre de Milkbag Games propose une expérience propre et intéressante. On déplorera uniquement l’absence de multijoueur et de création de circuits pour augmenter la longévité du titre.

Test réalisé par Bloblor sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire