Test : Gekido Kintaro’s Revenge

Gekido Kintaro’s Revenge

Genre : Beat Them Up
Développé par Naps Team
Édité par Naps Team
Sortie France : 22/03/2018
Prix : 14,99 € sur l’eShop
Taille : 152,04 MB

Site Web Officiel

Voilà une ressortie plutôt inattendue sur la console hybride de Nintendo. Gekido Kintaro’s Revenge qui était apparu sur Game Boy Advance en 2003 se voit en effet réédité aujourd’hui, 16 années après sa sortie. Mais quelle bête a piqué le studio Naps Team pour prendre le risque de remettre au goût du jour ce Beat Them All ?
En 2018 ce jeu est-il un portage réussi ou bien juste un simple coup de poing dans l’eau ?

Vous êtes Testuo, un guerrier maîtrisant le Shin-Ken, envoyé par son maître Ushi pour découvrir ce qui se trame dans un village envahi par des démons et autres bizarreries japonaises. Sur plusieurs niveaux vous allez donc traverser le Japon médiéval en dégommant à coup de poings et pieds des êtres variés.

Comme tout Beat Them All qui se respecte le gameplay est plutôt minimaliste. Poing, pied, attaque spéciale, accessoirement vous pourrez aussi sauter et courir et puis c’est tout. Il faut dire que la GBA n’était pas équipée de 14 boutons et donc aujourd’hui il faut malheureusement faire avec. En sus des ennemis Gekido a un petit truc qui ajoute du challenge et un peu de fun. D’un il n’est pas rectiligne comme la plupart des autres jeux du genre. Il y a quelques maisons à visiter, des échelles à escalader, ainsi que quelques dialogues avec les PNJ.

De deux, il y a des pièges… De foutus pièges qui tombent du plafond, ou des trous qui ne s’ouvrent qu’une fois le pied dessus. De quoi vous faire hurler de rage, surtout lorsque c’est en plein combat. A ce titre je tiens à rajouter que les collisions avec les ennemis ou bien avec les pièges sont réellement mal foutus. Parler de bug ? Je n’irai pas jusque là, mais des fois c’est très étrange ou carrément mal conçu. Un exemple ? Il est impossible de toucher un adversaire qui saute face à vous, alors que vous êtes aussi en l’air. Ou bien donner des coups à des zombis sans les toucher alors que vous êtes  sur la même ligne. Et je ne vous parle même pas des chauve-souris qui attaquent juste au moment où vous vous relevez… Enfin et c’est sans doute le plus grisant (du moins au début) lorsque vous tombez dans un trou et que vous réapparaissez au bord du même trou… mais vraiment juste au bord… Attention à la chute !

Nous sommes en face d’un jeu GBA, mais pas de doute la grand-mère des portables de Nintendo en avait dans le ventre, car pour l’époque c’était vraiment du haut niveau. Ici sur Switch le jeu ne fait clairement pas tâche. Alors que la mode est au Pixel Art, le jeu de Naps Team peut encore garder la tête haute. En mode tablette c’est clairement nickel. L’aspect 16bits est vraiment clean et même si cela peut paraître pixelisé, cela fait du bien de redécouvrir des pixels autres que des cubes grossiers 8bits. Cela m’a beaucoup fait penser au style graphique de SNK durant les années 94-95, tant au niveau du style visuel que dans l’animation des personnages.
Cette mouture 2018 a en elle une option que beaucoup seront ravis de découvrir. En effet, le format original de Gekido est tout de même lissé. Mais il nous est proposé de modifier le ratio de l’image mais aussi d’y rajouter les fameuses scanlines ou bien encore des bords arrondis pour nous rappeler les bords de nos anciennes télévisions. Sachez que ce rendu avec scanlines sur l’écran de la Switch rend le jeu clairement dégueulasse. En mode portable mieux vaudra jouer à la façon la plus moderne possible.

Coté musique, ce n’est pas mauvais non plus. Nous sommes dans un univers musical à mi-chemin entre Okami et Muramasa The Demon Blade, tantôt Japon médiéval, tantôt fantomatique.
A contrario, je suis un peu plus sceptique quant aux sonorités choisies pour les bruitages, ici un petit level-up aurait pu être sympa. Ça sonne clairement vieillot et cela en est même ridicule par moment, notamment les bruits de certains zombis.

Assez difficile de juger la durée de vie, car la difficulté est au rendez-vous et certains auront du mal à avancer et verront souvent la page Game Over s’afficher. La dure loi des Beat Them All me direz vous, sauf qu’ici les petits problèmes de gameplay rencontrés plus haut causent vraiment du souci.

Pour vous faciliter (ou pas) la tâche vous aurez tout de même le droit à quelques bonus/malus in-game, comme du power, du boost, ou bien encore un item d’inversement de direction par exemple. Rien de bien folichon. Non, le plus grand coup de main viendra du fait de pouvoir participer à cette aventure en coop, ce qui n’était pas possible dans la version originale. Un plus inévitable pour qui aime partager le plaisir de cogner du zombi avec un ami.
Outre ce petit rajout vis à vis de la version GBA, Naps Team a rajouté un mode survival dans lequel il faudra fighter des hordes d’ennemis, avec en outre des reliques à retrouver et à collecter tout au long des stages qui se présenteront à vous.

Bon, clairement je m’attendais à mieux concernant Gekido. Le gameplay frustrant de l’époque aurait je pense pu être un minimum corrigé. Cependant cela reste une bonne petite cartouche et pouvoir y jouer aujourd’hui, alors que beaucoup sont passés à coté il y a 15-16 ans, est un petit plus vraiment sympa.
Je ne pourrais tout de même pas m’empêcher de vous conseiller plutôt trois autres jeux du même style. Tout d’abord Sengoku 3 disponible il y a peu sur eShop, adapté de la NeoGeo et plus dynamique dans son gameplay et nettement plus joli à regarder. Phantom Braker, beaucoup plus nerveux et avec un petit coté RPG dans son avancement très intéressant et surtout jouable à quatre simultanément (même si c’est un gros bordel de pixels). Et enfin Streets of Red, petit hommage aux carcans du genre qui va sortir prochainement, malgré un choix artistique assez particulier.

Test réalisé par C2ric sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.

Laisser un commentaire