Test : Goetia sur Nintendo Switch

GOETIA

Genre : Point’n Click, Réflexion, Aventure
Langues : Français – Anglais Sous-titres : Français – Anglais
Développé par SUSHEE GAMES
Édité par FOREVER ENTERTAINMENT
Sortie France : 26/04/2018
Prix : 9,99€ sur l’eShop
Taille : 1854,93 MB

Site Web Officiel

Il fait nuit, la lune éclaire faiblement un arbre au pied duquel se trouve une croix, plantée dans le sol. Il semblerait qu’un corps soit enterré en ce lieu, seul habitant d’une zone vide de toute âme, située à proximité d’une forêt.

Une lueur sort du sol, douce, nébuleuse, telle une entité s’échappant de son tombeau. Cette âme revenue sur terre semble perdue et dans l’incompréhension : est-elle morte ? Où se trouve-t-elle ? Pourquoi est-elle ici ? Elle a besoin d’obtenir de l’aide… et des réponses.

Nous prenons les commandes de cette entité qui se nomme Abigail Rockwood. Ne disposant que de peu de souvenirs, elle va explorer les alentours afin de se remémorer les évènements passés et comprendre pour quelle raison elle a quitté sa tombe. Sa première étape : le manoir familial situé non loin de là. Elle va rapidement constater que des démons ont investi les lieux et que ses proches ont disparu. Depuis combien de temps ? Elle l’ignore, mais elle va s’apercevoir que de longues années se sont écoulées depuis son décès, laissant d’innombrables questions et mystères en suspens.

Le concept est fort sympathique : étant donné que nous incarnons un esprit revenu d’entre les morts, notre petite sphère lumineuse va pouvoir traverser murs, sols et plafonds. Ou pas. En effet, la première zone, qui est donc la bâtisse appartenant à sa famille, contient des barrières magiques mises en place pour contenir les démons qui y ont été invoqués par sa sœur aînée. Sympa la frangine.

De plus, Abigail va pouvoir littéralement prendre possession de différents objets, afin de les utiliser pour résoudre les énigmes et avancer dans l’histoire. Évidemment, la matière ne traversant pas les murs, il va falloir faire chauffer vos neurones pour comprendre comment les amener à l’endroit souhaité.

Dans ce Point’n Click, les différents points d’intérêt se manifestent lorsque votre curseur les survole, mais ils peuvent apparaître provisoirement et en simultané grâce au bouton moins du Joycon gauche. Lorsque vous êtes sur le point choisi, les options possibles s’affichent, assignées aux boutons X, Y et A. Quant à lui, le bouton B vous permettra de lâcher l’objet précédemment possédé.

En outre, différents outils sont à votre disposition pour vous faciliter la vie : une carte du lieu, un journal qui reprend toutes les pensées d’Abigail, un codex qui se remplit bien vite tant les documents, lectures et indices sont nombreux.

Goetia propose toutes les mécaniques possibles dans ce type de jeu, sollicitant grandement nos capacités d’observation, de réflexion, de logique… entre les puzzles, les énigmes visuelles et auditives, l’exploration, la recherche d’indices, les combinaisons, il y a de quoi s’amuser.

Le mode tactile est disponible en nomade, point positif du portage sur Switch. Ceci dit, le jeu étant très fluide et avec des temps de chargement réduits, cette fonctionnalité n’apporte pas de confort supplémentaire. De plus, vous profiterez d’une meilleure visibilité des détails sur TV, ce qui peut faire la différence dans votre capacité à trouver comment avancer dans l’histoire.

Visuellement, c’est superbe. Notre affaire se situe à l’époque victorienne, en Angleterre. Les décors sont détaillés et une modélisation 2D précise apporte un excellent rendu. Les protagonistes tranchent avec l’aspect général du jeu, avec un petit côté Cel-Shading ma foi fort plaisant. L’ambiance quelque peu glauque et sombre est bien amenée, que ce soit par le level design ou par l’audio.

Lorsqu’on démarre Goetia, on nous annonce avant toute autre chose que nos oreilles vont être les outils indispensables pour profiter de l’ambiance du jeu, mais aussi afin de progresser dans l’aventure. Clairement, l’intégralité de la bande son est exceptionnelle, il est impératif de jouer au casque pour une immersion maximale et une expérience de jeu la plus complète possible. Et accessoirement vous faciliter la tâche, qui est déjà bien assez ardue comme ça.

Goetia fait vite à nous retourner le cerveau. On pense enfin avoir trouvé une réponse, mais celle ci va engendrer une multitude de questions. On croit avoir réussi à progresser dans une zone, mais elle va ouvrir x lieux supplémentaires. Vous connaissez le principe des poupées russes ? Chacune d’entre elle en cache une autre, avec l’impression que c’est sans fin, exactement ce qu’on peut ressentir lors de notre  exploration et notre réflexion.

Les 5 zones à explorer vont s’avérer plus riches qu’il n’y paraît de prime abord, avec plus de 90 pièces à découvrir et des zones en extérieur. La mécanique globale nous oblige à revenir sur nos pas : la progression n’est pas linéaire, un élément découvert peut être utile ultérieurement et nécessiter quelques allées et venues. Aussi, 20 heures peuvent ne pas suffire à parvenir au bout du scénario et découvrir les 2 fins disponibles.

Pas de combat épique à grand renfort d’armes diverses et variées, non non. Dans Goetia, ce sont  vos méninges qui vont livrer bataille. Combien de fois allez-vous pousser un grand “j’ai trouvé !” rempli de soulagement et de satisfaction. Newton peut aller se rhabiller avec sa pomme et sa découverte de la gravitation. Petit joueur. Votre défi intellectuel est de bien plus grande envergure.

Ce jeu exigeant va nécessiter beaucoup de patience et de persévérance, avec au bout de l’affaire une certaine fierté.

Un Point’n Click de grande qualité qui va vous captiver et vous emporter dans son univers, sans que vous puissiez lutter contre son caractère addictif. Tout y est, qualité graphique, gameplay riche, scénario qui tient la route.

Le portage sur Switch est réalisé par Forever Entertainment, mais Goetia a été initialement développé par le studio Sushee, qui, cerise sur le gâteau (ou sur la galette devrais-je dire), nous vient de Bretagne. Ça fait toujours plaisir de voir du si bon boulot réalisé par des talents français et cette pépite quasi Made In France doit impérativement figurer dans votre jeux-vidéothèque.

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire