Test : Gun Gun Pixies sur Nintendo Switch

Test : Gun Gun Pixies sur Nintendo Switch

Genre : Action, Shooter, Visual Novel
Langues : Japonais Sous-titres : Anglais
Développé par Compile Heart
Édité par Pqube
Sortie France : 06/09/2019
Prix : 49,99€ sur l’eShop, 49,99€ version boîte 
Taille : 2952,79 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 16+

Site Web Officiel

Les jeux sexy sont de plus en plus courants sur la console hybride de Nintendo. Chaque mois met à l’honneur l’un de ses représentants comme Senran Kagura en juillet, Pantsu Hunter en août, et maintenant Gun Gun Pixies. Initialement sorti au Japon en 2017 sur PS Vita, le voilà enfin édité en Europe sur Nintendo Switch. Le portage est limité pour deux raisons : la version boîte est disponible en très petite quantité (édition Day One) et aucune traduction n’a été faite pour l’occasion. Il faudra donc se contenter des voix en japonais et d’un sous-titrage en anglais.

L’histoire n’est pas banale. Nous suivons deux minuscules extraterrestres du nom de Kame-Pon et Bee-Tan. Dépêchées sur Terre par leur commandant, ces pixies ont pour mission d’étudier le comportement des humains afin de sauver leur planète. Pour cela, elles prennent l’apparence de jeunes filles et s’infiltrent dans un dortoir d’étudiantes.

Gun Gun Pixies est un jeu mélangeant visual novel lors des phases de dialogue et shooter à la troisième personne lors des séquences d’action. Dans la peau de Kame-Pon ou de Been-Tan, nous explorons les chambres des filles en long, en large et en travers, en quête de pièces (bronze, argent, or) pour améliorer notre base. En plus de cela, nous devons analyser les étudiantes qui habitent dans la résidence (Amayo, Misa, et Kira), sans nous faire remarquer. Grâce à notre petite taille, nous pouvons alors nous cacher sous un lit, un bureau ou une table de chevet.

Cet avantage est idéal pour nous glisser sous les jupes de nos sujets d’études. Les gros plans sur les jambes et les culottes de nos victimes sont légion. Eh oui, il y a un petit côté voyeuriste dans les aventures des pixies puisque tous les moyens sont bons pour observer des étudiantes à moitié nues. Ces dernières font du yoga, prennent leur bain ou se contorsionnent dans d’étranges positions. Le premier niveau en est un bon exemple, avec une séance de gymnastique très suggestive. De quoi nous laisser sans voix.

Et le jeu de tir dans tout ça? Nos extraterrestres sont équipées de pistolets qui lancent des balles de bonheur. Ces dernières servent à détourner l’attention des filles, à les rendre heureuses, à les purifier, ou à analyser leur anatomie. On peut ainsi viser toutes les parties du corps.

L’objectif est de se mettre à bonne distance et de trouver une aire de sniping pour tirer sur les zones les plus sensibles, en évitant des projectiles ou des ennemis (calamars). Si nous nous faisons toucher, nous perdons une partie de nos vêtements, jusqu’à terminer dans notre plus simple appareil. Si en plus les étudiantes nous entendent, c’est le game over assuré, alors attention à la jauge d’écoute!

Les quêtes sont nombreuses, souvent coquines, nous rappelant qu’il s’agit réellement d’un jeu pour adultes. Collecter des informations, trouver des objets ou chasser les ennemis sont des objectifs assez classiques. Pacifier les filles, leur remonter le moral et les accompagner à la gym ou au bain permettent de voir le soft sous un autre angle. Surtout lorsqu’il s’agit de tirer sur les fesses ou la poitrine pour libérer de l’endorphine !

Nous ne sommes pas loin de l’univers des animé. Le dessin est joli et met surtout en avant les courbes des demoiselles. Le reste est plutôt simple. On apprécie le soin apporté aux expressions des visages des personnages. Les couleurs sont très vives et apportent beaucoup de fraîcheur.

La caméra est malheureusement très capricieuse, surtout lorsque nous nous situons derrière un meuble. Elle tend à se positionner face à notre pixie (et non derrière) et à se coincer dans les murs. Les déplacements n’en deviennent que plus compliqués.

La musique est très J-Pop et donne beaucoup de dynamisme à l’ensemble. Les phases de recherche gagnent en efficacité et les moments d’observation (surtout les scènes de bain) rendent le tout encore plus sexy.

Sept chapitres rythment l’aventure de ce soft, chacun se découpant en trois parties : recherche, apaisement et bain. Ce schéma, original au début, finit par être redondant. En effet, tout devient trop prévisible et la facilité des missions nous fait enchaîner les objectifs à grande vitesse.

L’amélioration de la base et de l’équipement est un bonus plus qui nous permet de passer plus de temps à explorer les chambres à la recherche d’argent, mais ceci reste optionnel. Une quinzaine d’heures suffit alors à terminer l’aventure, la faute à une rejouabilité assez pauvre.

Gun Gun Pixies est un shooter relativement mignon au gameplay dynamique. Réservé à un public averti, il propose des moments déroutants et un scénario atypique. Apporter du bonheur à une demoiselle en tirant dans ses parties intimes n’est pas donné à tout le monde ! En cela, le côté voyeuriste peut être un frein à la bonne appréciation du soft, ainsi que son manque de diversité. Les quêtes nous emmènent généralement sous les jupes des filles, ou même dans leur bain, et finissent par manquer d’intérêt. Les phases de dialogues, elles, sont longues, et en l’absence de traduction française, il est compliqué de s’immerger totalement dans le jeu.

ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI

<

Test de Gun Gun Pixies Nintendo Switch réalisé par Mataï sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire