Test : Hello Neighbor sur Nintendo Switch

Hello Neighbor

Genre : Infiltration, Survival Horror, Casse-Tête
Langues : Anglais
Sous-titres : Anglais, Allemand, Français, Espagnol, Néerlandais,
Italien, Portugais, Russe, Japonais, Chinois, Coréen
Développé par tinyBuild
Édité par Dynamic Pixels
Sortie France : 27/07/2018
Prix : 39,99 € sur l’eShop, 44,99 € version boîte
Taille : 2506,10 Mo

Site Web Officiel

Le petit dernier du studio tinyBuild vous met dans la peau d’un enfant anonyme qui, alors qu’il jouait tranquillement au ballon dans la rue de son quartier, entend soudainement des hurlements surgir d’une des maisons du voisinage. En regardant à travers la fenêtre, il s’aperçoit que le voisin habitant cette demeure séquestre une personne en train de hurler à la mort dans une pièce qu’il va cadenasser. C’est à partir de ce moment que l’on prend possession de notre jeune protagoniste qui va être poussé par une vilaine curiosité à découvrir quel secret cache son voisin.

Partant d’un pitch on ne peut plus simpliste mais malgré tout dérangeant, le gamin que l’on dirige va devoir résoudre divers casse-têtes et jouer avec la physique de certains objets afin d’arriver à son but. Mais attention, le voisin n’est pas des plus sympathique et se lancera à votre poursuite pour vous renvoyer d’où vous venez. Frissons garantis, d’autant plus que si le début du jeu n’est pas des plus lugubres, il le deviendra de plus en plus au fur et à mesure de votre progression dans le scénario. Découpé en trois actes qui verront notre héros vieillir et se relancer à l’assaut de la maison du voisin, d’abord enfant, puis adolescent et enfin adulte, le titre va vous tenir en haleine puisque chaque découverte que vous ferez vous donnera envie d’en savoir plus sur les motivations de celui qui semble être un kidnappeur.

Pour découvrir les secrets que renferme la maison du voisin, vous allez devoir la visiter de fond en comble. Vous devrez généralement parvenir à ouvrir diverses portes via des mécaniques allant de la recherche d’une clé correspondant au cadenas qui vous barre la route, à la résolution de puzzles plus ou moins tordus et loufoques. Pour vous aider, vous possédez un inventaire pouvant contenir jusqu’à quatre objets divers et variés tant dans leur utilité que dans leur originalité. Pelles, assiettes, jumelles, poubelles, caisses en cartons… Tout peut être utilisé pour créer des piles d’objets afin d’atteindre certaines hauteurs ou casser des vitres afin de se créer de nouvelles entrées, mais seulement certains auront une utilité bien spécifique. A vous de le découvrir… Tout seul !

Oui, par vous même parce que absolument rien ne sera là pour vous guider dans votre traversée de la maison. Il vous appartient de comprendre quoi faire et à quel moment le faire, jamais on ne vous prendra par la main. Par contre, il existe bien des façons d’arriver à votre fin et le jeu vous laisse une liberté énorme, ce qui laisse une bonne rejouabilité.

Par contre, comme évoqué précédemment, ne croyez pas que vous pourrez faire votre micmac tranquillement. Le voisin rôde farouchement et surtout, il s’adapte. Son IA a été faite de manière à ce qu’il apprenne de vos échecs et de votre façon de jouer à chaque fois qu’il vous attrape pour vous éjecter de chez lui. Ainsi, si vous brisez des vitres il va les barricader, si vous visitez régulièrement une pièce il y placera une ou plusieurs caméras de surveillance ou par exemple, si vous laissez des portes ouvertes il y placera des pièges à ours (oui oui, rien que ça !). Alors à vous de redoubler de vigilance pour ne pas vous faire repérer, parce que le bougre est endurant et pique des sprints en vous balançant des aliments pour vous ralentir.

Dernier point intéressant : comme les années passent entre chaque acte, à votre retour le voisin aura continué ses méfaits et sa maison changera drastiquement, afin de la rendre toujours plus impénétrable. Donc si quelques pièces resteront les mêmes, ne restez pas sur vos acquis liés à votre précédente visite car vous seriez surpris. De quoi renouveler le gameplay de façon très efficace.

Prenant légèrement du Survival Horror, Hello Neighbor mise sur une bande-son ultra discrète et pourtant diablement efficace. Lors de vos balades, si tout va bien, vous n’aurez que les bruits de la nature alentour pour venir chatouiller vos oreilles. En revanche lors de certaines séquences bien spécifiques, la bande-son se voudra déjà beaucoup plus stressante avec des sons de piano par exemple qui vous donneront froid dans le dos, l’ambiance visuelle à ce moment aidant largement. En outre, si le voisin vous surprend ou passe près de vous sans s’en rendre compte, la musique deviendra stressante à outrance, pressante, et la caméra s’assombrira et se mettra à trembler. Une réussite à ce niveau !

Malheureusement, le jeu pêche énormément sur le plan technique. Si de loin tout va bien, de près le jeu est beaucoup moins beau à regarder, surtout comparé aux supports PC et aux autres consoles, bien plus détaillées. De même, des ralentissements sont à noter lorsque l’action est trop intense, j’ai même eu trois freezes qui m’ont forcé à relancer le jeu. Dommage, c’est vraiment le plus gros défaut à mon sens et comme il fait parti du plan visuel, c’est ce que l’on voit en premier…

Difficile de juger la durée de vie du titre, tant elle peut varier en fonction de votre façon de procéder. Pour donner une moyenne, on va dire que le premier acte peut se terminer en 1h30 car il est de loin le plus aisé. Comptez facilement le double pour le second acte, et au moins autant pour le dernier. Allez, on va dire que le titre se complète une première fois en une dizaine d’heures mais une fois de plus, tout dépendra de votre feeling avec les objets et votre compréhension de l’environnement.

Hello Neighbor ne propose pas d’autre mode que celui lié à l’histoire. Donc dès l’aventure terminée, vous pouvez toujours tenter de le rush puisque les mécaniques et le but à atteindre seront connus, ou recommencer un acte précis pour le terminer d’une autre façon. Vous seul êtes juge de ce que vous faites du titre de Dynamic Pixels. Je ne peux que vous conseiller d’éviter de jouer  sans vous faire prendre, au moins la première fois, car vos échecs apporteront parfois des phases de gameplay exclusives qui vous en apprendront plus sur le passé du furieux voisin et un peu de lore n’a jamais fait de mal à personne !

Ne retenez pas les lacunes graphiques que la version Nintendo Switch va vous présenter (honnêtement, c’est à se demander si les dévoloppeurs n’y ont pas mis les graphismes prévus pour les versions tablette et smartphone, car la console peut très largement mieux faire !), vous passeriez à côté d’un bon petit jeu. Sous son apparence cartoonesque, Hello Neighbor est en réalité un jeu dont le fond est bien plus sérieux que la forme. Son gameplay permissif lié à la traque incessante du voisin font que l’on ne s’ennuie pas tant les possibilités sont nombreuses pour atteindre son but, le tout dans une maison de quartier. Chapeau aux développeurs !

ACHETER LE JEU AU MEILLEUR PRIX ICI

Test réalisé par Iblis sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire