Test : Infestor sur Nintendo Switch

Test :

4.4

SCENARIO

6.0/10

GAMEPLAY

5.0/10

GRAPHISMES

4.0/10

BANDE-SON

4.0/10

CONTENU ET DUREE DE VIE

3.0/10

Test : Infestor sur Nintendo Switch

Genre : Plateformes, Puzzle
Langues : Multilingue
Développé & Édité par Ratalaika Games
Sortie France : 07/05/2021
Prix : 4,99€ sur l’eShop
Taille : 26,00 MB
Joueurs : 1
Age minimum : 7+

Site Web Officiel

SCENARIO

L’éditeur Ratalaika Games est connu pour ses petits jeux divertissants orientés pixel-art. Il nous a déjà gratifié de plusieurs bons plateformers, puzzle-games et autres metroidvania (Reed, Two Parsecs From Earth, Castle Pals..). Le mois de mai signe son retour avec la sortie d’Infestor.

Sur la colonie humaine 31-5B, alors que deux clans rivaux s’affrontent pour posséder ses ressources, une nouvelle arme est créée. Il s’agit d’une sorte de petit alien vert, capable de contrôler les colons et tirer profit de leurs atouts. Nous incarnons donc cet infestateur qui, en passant de corps en corps, doit traverser la colonie pour s’échapper et, qui sait…conquérir le monde?

GAMEPLAY

Infestor, avec ses faux-airs d’Awesome Pea, mélange plateforme, puzzle et die ‘n retry. Dans un total de 72 niveaux, nous devons donc analyser notre environnement et attraper le corps d’un ou plusieurs humains pour terminer chaque stage. En effet, notre petit alien ne peut que se déplacer et sauter, mais ses capacités sont limitées. Ainsi, les colons lui permettent de courir et de sauter plus haut. Les ouvriers, de pousser de lourdes caisses. Les administrateurs, d’ouvrir des portes verrouillées. Les soldats, de tirer sur les robots de la sécurité. Et les scouts, d’effectuer un double saut.

Il faut donc utiliser chaque hôte à bon escient, puisque le moindre faux pas peut l’éliminer. De plus, quitter un corps est synonyme de mort pour la personne possédée. Il faut donc bien s’assurer d’avoir libéré un passage avant d’attraper un autre humain, puis sauter de plateformes en plateformes, éviter quelques pièges bien placés, prendre éventuellement un autre colon, et atteindre la sortie.

Tous les stages suivent littéralement le même schéma. En cela, le jeu ne brille pas forcément par son originalité. D’autant plus que le gameplay évolue très peu au fur et à mesure de notre avancée. Nous comprenons rapidement le principe, arrivant même à anticiper les pièges et à trouver en une seule fois le bon chemin. Le manque de difficulté déçoit également. Certes, de nouveaux ennemis font leur apparition, comme les robots puis les drones, mais on retrouve inlassablement les pics, les tourelles tirant des balles de manière régulière, ou les tapis roulants.

GRAPHISMES ET BANDE-SON

Il est ici question de pixel-art. Le résultat est plutôt sympathique. Chaque humain est reconnaissable et la planète sur laquelle nous évoluons semble être une usine géante à ciel ouvert. Mais à l’instar du gameplay, les graphismes manquent de variété. A vrai dire, nous avons les mêmes décors jusqu’à la fin et cela ne nous donne pas vraiment l’impression de progresser. Quelques variantes de couleurs ne nous auraient pas déplu, quitte à assombrir le fond pour donner l’impression que la nuit tombe, par exemple.

Côté son, les bruitages sont très rétro également avec cette sensation de jouer sur une Game Boy. C’est du chiptune classique mais efficace. Idem pour la musique, qui se veut entraînante. Mais là encore, on se retrouve avec le même thème du début jusqu’à la fin.

CONTENU ET DUREE DE VIE

Infestor se compose de 72 niveaux. Ces derniers ne sont pas très longs et l’ensemble se termine relativement vite. Une partie complète se termine en 30-45 minutes. Ici, pas d’objets à récupérer ni de bonus à collectionner. C’est expéditif !

Les jeux de plateformes en mode rétro sont assez nombreux désormais et il est difficile de tirer son épingle du jeu quand on se retrouve au milieu de tant de déclinaisons. L’idée d’Infestor est originale, avec cette idée d’attraper des corps pour progresser et tirer parti des forces de ses hôtes. Cependant, la faible difficulté, le manque d’évolution dans le gameplay, les graphismes et les musiques nous empêchent de nous impliquer pleinement dans l’aventure. Nous effectuons les niveaux de manière mécanique, avec une pointe de lassitude. Une suite un peu plus variée est peut-être prévue, car la fin ouverte nous laisse entrevoir d’autres perspectives…

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire