Test : Inksplosion sur Nintendo Switch

Inksplosion

Genre : Twin Stick Shooter / Shoot Them Up
Langues : Anglais Textes : Français
Développé par Petite Games
Édité par Ratalaika Games
Sortie France : 11/05/2018
Prix : 4,99 € sur l’eShop 
Taille : 148,90 MB

Site Web Officiel

 

Voilà un petit jeu sortant tout droit du studio Petite Games et édité par Ratalaika Games. Derrière cette explosion de couleurs rappelant Splatoon sur Switch et ce coté Shoot façon Asteroids ou MineStorm sur Vectrex, Inksplosion dégage visuellement quelque chose de très intéressant. Il rend même curieux ! Serions-nous en face d’un Splatoon en vue de dessus ?

Inksplosion est un Twin Stick Shooter assez original où Shoot Them Up et jet de peinture se croisent dans un jeu très dynamique. Vous devez tenter de réaliser le score le plus élevé possible en éliminant des vaisseaux qui vous tirent dessus. Jusque là rien de bien compliqué. Sauf que les stages passant, l’IA augmente naturellement son niveau. La difficulté devient assez rapidement conséquente et il faudra s’acharner pour aller assez loin.  On peut même trouver le titre très punitif, car si vous avez 5 armes de disponibles, ce n’est malheureusement pas vous qui les choisissez. Vous pourriez du fait vous retrouver avec une arme pourrie dans un stage vraiment compliqué. Les lois de la nature sont vraiment sans pitié.
Pour diriger votre vaisseau à 360° il faudra manipuler vos sticks droit et gauche simultanément. Malheureusement il ne réagit pas comme dans Asteroids, puisque lorsqu’on lâche tout, le vaisseau s’arrête net. Dommage. Je pense que cela aurait pu être sympa qu’il y ait cet effet de gravité présent dans ce jeu des années 80. Pour le tir, ça se passe sur la gâchette droite alors que la gâchette gauche vous donnera la possibilité de ralentir le temps. Attention toutefois à ne pas en abuser car son utilisation fait fondre votre barre de santé. La vie est trop cruelle !!

C’est simple à première vue, mais lors des deux – trois premières parties, je n’ai franchement pas compris grand chose. D’autant que les explosions de peinture lors des tirs et lors de la destruction des ennemis ne sert clairement à rien. C’est juste du vent, un effet visuel inutile, qui vient juste encombrer la vue.

Pour rajouter un peu de difficulté, les développeurs ont introduit une sorte de barrière mouvante au placement aléatoire stage après stage. Si vous la touchez, vous allez encore perdre de la vie. Et avec les tirs ennemis attention, car la mort arrive rapidement. Vous êtes touchés 3 ou 4 fois et ça sera terminé. Pas de pitié !

Le seul moyen de récupérer un peu de vie est de passer rapidement au tableau suivant. Votre barre se verra alors rechargée un petit peu.

Inksplosion est très coloré, ok, c’est que l’on retient du jeu. D’ailleurs il n’y a que ça dont on se souviendra. Les stages se ressemblent tous.
Et puis franchement c’est tout. Rien à dire d’autre. La simplicité pour le coup ça à du bon, car c’est plaisant à l’œil. Mais il faut bien reconnaître qu’on aurait pu espérer un minimum mieux, mais que fait Monsieur Plus ?

Coté son, c’est plutôt pas mal. Le choix a été fait de prendre un compositeur de musique électronique et je pense que ce choix est bon.
Les musiques sont dynamiques et passent très bien. L’intensité élevée fait que l’on n’y fait pas trop attention, ce qui est dommage.

La durée de vie dépendra de votre volonté à surpasser vos défaites.
Mais Inksplosion est à voir comme un jeu à court gameplay. On y joue un peu dans le bus, ou dans une salle d’attente mais surement pas une heure durant devant sa télé. Le fait que cela soit des petites sessions de quelques minutes donnera envie d’y revenir de temps à autre, juste pour le fun. Les deux modes supplémentaires (mode arène et mode difficile) déblocables à 100.000 points récoltés, seront peut-être un moyen de gonfler la durée de vie. Si le mode difficile porte bien son nom, le mode arène vous convie à une bataille sans fin contre des ennemis qui arrivent par vague. C’est peut-être le meilleur mode du jeu.  Dézinguer à volonté ça fait plaisir.

A contrario, Inksplosion risque de se faire vite oublier parmi tous les jeux à partie courte qui commencent à fleurir sur notre petite Switch.

Pas simple de prendre du plaisir sur ce titre. Les sessions courtes à la difficulté élevée ne donnent clairement pas envie de se plonger longuement dans le jeu. Dommage que le mode arène soit si difficile à débloquer car c’est certainement lui le plus intéressant.

Donc, pour conclure et terminer ce test, si vous avez du temps à perdre lors de petites sessions, pourquoi pas, Inksplosion pourra répondre à vos attentes car à ce prix c’est intéressant, sinon, il vaut mieux passer votre chemin.

Test réalisé par C2ric sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en achetant vos cartes Nintendo eShop chez nos partenaires.
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire