Test : Kingdom Tales 2 sur Nintendo Switch

Test : Kingdom Tales 2 sur Nintendo Switch

Genre : Simulation, Stratégie
Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Coréen, Néerlandais, Portugais, Russe, Chinois
Développé par Cateia Games
Édité par Ocean Media
Sortie France : 07/01/2021
Prix : 9,99€ sur l’eShop
Taille : 184,00 MB
Joueurs : 1
Age minimum : 3

Site Web Officiel

Dans le royaume du roi Arnor, 2 tourtereaux s’aiment en cachette. Finn, jeune forgeron sans prétention, est en parfaite harmonie avec la délicieuse Dahla. Cette charmante et espiègle demoiselle n’est autre que la fille du roi, ayant éconduit bon nombre de prétendants venant des 4 coins du pays !

Révélée au grand jour, leur passion va se voir pimenter par le roi en personne. En effet, celui-ci ne conçoit pas que sa fille épouse un simple forgeron et va mettre au défi Finn. Ce dernier devra rendre prospère tout le royaume afin de prouver sa valeur et d’obtenir la bénédiction du roi.

Finn met donc sa carrière de forgeron entre parenthèse et se lance dans le développement du royaume.

Finn City

Découpé en plusieurs bourgades indépendantes, Finn devra développer chaque parcelle en temps réel. Le gameplay se veut basique et reprend uniquement la base du célèbre Sim City.

Accéder au terrain est primordial: il faut abattre les sangliers

Si la monnaie est indispensable pour débuter, il faudra rapidement des matériaux et des vivres pour bâtir de nouveaux ateliers afin de récolter plus de taxe. Pour se faire rien de plus simple: dicter vos actions d’un doigt (le jeu est entièrement tactile) ou utiliser le Joy-Con droit (Stick pour pointer et bouton ZR pour valider) si vous êtes en mode TV/table.

Le temps s’écoule sur le côté gauche

Toutes les actions restent visibles à l’écran, il suffit juste de toucher ou de pointer l’icône désirée. Une petite fenêtre latérale s’ouvrira afin de choisir votre future action. Notez bien que si votre mairie dispose d’un nombre illimité d’ouvriers (certains avec évolution d’XP),  sans argent ou matériel ils ne construiront rien. Et que sans nourriture, la perception des taxes s’effondrera. À vous d’aider Finn au mieux !

Malgré un environnement à connotation viking, le rendu graphique ne transpire pas trop les étendues sauvages scandinaves. Hormis les surfaces enneigées, la carte du royaume nous permet de voir que les différents lieux se ressemblent. Tout comme les édifices construits durant toute l’aventure. Ce manque de diversité graphique est en partie gommé par la venue de personnages hauts en couleurs, donnant un peu de tonus à la narration.

Il y a bien un méchant…mais aussi des alliés !

Si le mode portable offre un bon rendu, le mode TV laisse malheureusement apparaître des textures SD. Les musiques d’ambiance sont passe-partout mais restent entraînantes. Vous les baisserez certainement grâce aux options pour laisser place aux bruitages, bien plus agréables pour mener à bien le développement du royaume.

Taillé pour de courte session de jeu, Kingdom Tales conserve ses origines de jeu mobile. S’il est impératif de finir le jeu en normal pour obtenir les étoiles d’Odin (preuve de votre valeur afin d’épouser Dahla), le mode relax permettra d’arpenter les niveaux afin de trouver la meilleure stratégie. Et au passage de trouver les trésors cachés sans stresser.

3 étoiles dans la poche !

Refaire les 40 niveaux en mode extrême permettra de compléter sa collection de trophées. Mais attention: le temps s’écoulera rapidement, peut-être trop même. Dommage qu’une galerie bonus ne nous encourage pas réaliser cet exploit.

Bon courage !

À faire de préférence en mode portable, Kingdom Tales 2 accompagnera les amateurs de gestion sans prise de tête. En effet, le gameplay basique ne comblera pas les attentes des fervents adeptes de simulation. L’aventure est tout de même agréable malgré une routine qui s’installe assez rapidement. À consommer par petite session afin d’être sûr d’assurer la croissance du royaume, seul moyen pour réunir Dahla et Finn.

 

 

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire