Test : Last Fight sur Nintendo Switch

Test : Last Fight sur Nintendo Switch

Genre : Combat / Sport / Arcade / Multijoueur
Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Coréen, Néerlandais, Portugais, Russe, Chinois
Développé par Piranaking
Édité par Piranaking
Sortie France : 22/11/2019
Prix : 29.99€ sur l’eShop, 29.99€ version boîte
Taille : 1453,00 MB
Joueurs : 1 à 4 
Age minimum : 12

Site web officiel

Comment parler du jeu vidéo Last fight sans parler avant tout de la bande dessinée Lastman dont il est originaire ?

Lastman a été créé en 2013 par trois français nommés Bastien Vivès (Scénario/Dessin) Balak (Scénario) et Michaël Salanville (Dessin).  Après le succès retentissant de la BD, les trois collègues se sont donnés pour défi de créer une licence transmédia, en 2016 ils lancèrent donc une série d’animation du même nom et le jeu vidéo Last Fight qui reprend l’univers et les personnages de la BD. C’est ce dernier qui va nous intéresser ici.

Richard Aldana personnage principal

Un scénario inexistant. 

Ici, nous avons un jeu de combats, de la bagarre en bonne et due forme. Le mode histoire est purement anecdotique et sert à débloquer des personnages jouables.  On pourra incarner au choix le personnage principal de la BD, Richard Aldana (ou son ami Duke Diamond), qui a une grande envie d’en découdre. Et ça tombe bien, nous aussi.

L’histoire tournera autour de la copine de Richard Aldana, Tomie Katana qui a été enlevée pour faire pression sur notre héros, bagarreur professionnel, pour qu’il se couche au prochain match.

Notre mission, la retrouver, et mettre KO les méchants qui ont osé s’en prendre à elle.  Ni plus, ni moins.

Ce n’est pas pour le scénario que l’on jouera à ce jeu, et heureusement, car en moins d’une heure vous l’aurez terminé.

 

Si le titre ne brille pas par son scénario, il se rattrape cependant par son Gameplay. Facile à prendre en main et possédant néanmoins une courbe de progression intéressante, il rend extrêmement bien l’esprit des combats de Lastman.

D’apparence brut de décoffrage, il demande une certaine réflexion. Foncer dans le tas et balancer des coups de poings n’est pas la méthode la plus efficace pour venir à bout d’un ennemi coriace. Au contraire, prendre du recul et se servir des avantages du terrain permet une victoire plus sereine et bien moins hasardeuse.

Et rassurez vous, si vous perdez, vous pourrez toujours retenter votre chance.

Écran de défaite.

Chaque terrain, au nombre de huit a sa spécificité, certains demanderont de faire attention à votre placement pour éviter de vous prendre des dégâts liés aux décors.

L’intérêt de ces arènes est aussi les objets qui s’y trouvent et qui permettent de se battre et infliger des dégâts à l’adversaire. Ce sont souvent eux qui seront la clé d’un match.

Au nombre de 25, ils sont plutôt variés, vous pourrez lancer des télévisions à la tête de vos ennemis ou bien carrément un missile. Autant vous dire que ce dernier est diablement efficace.

Le multijoueur

Avec un roster de 10 personnages jouables les combats en Versus sont suffisamment variés pour ne pas vous ennuyer et vous permettre de vous battre avec un ou même trois autres amis.

Le mode le plus intéressant est sans nul doute le 2 VS  2, où les combats deviennent un joyeux capharnaü.  Relâchez votre attention ne serait-ce qu’un instant est c’est la fin pour vous.

 

Nous l’avons dit plus haut, Last Fight est inspiré d’une BD crée par Bastien Vivès. Et évidemment, c’est lui qui s’occupe de la partie artistique du jeu Last Fight, et ça se voit.

Artwork Richard Aldana et Duke Diamond

Le jeu ne se démarque pas par ses capacités techniques ou ses graphismes époustouflants. Cependant il brille grâce à ses artworks de qualité. On y retrouve le style épuré et maîtrisé de Vivès.

Notre seul regret est qu’il n’y en a pas assez, car c’est un régal pour les yeux.

Concernant la bande-son, les thèmes punchy sont très adéquats au type de soft qu’est Last Fight et sont plutôt agréables à l’oreille. Malheureusement ils ne resteront pas dans nos mémoires.

 La durée du vie du jeu solo est assez dérisoire, le roster de 10 personnages et de 8 arènes est assez restreint. Il ne s’agit pas ici d’une grosse production sur laquelle vous passerez des centaines d’heures.

Artwork Last Fight

Cependant, si vous y jouez avec des amis et que vous y prenez du plaisir, alors à ce moment, la durée de vie du jeu explosera.

Last Fight est un jeu que vous garderez dans un coin de votre ludothèque et que vous ressortirez quand il y aura du monde à la maison afin de profiter d’un petit moment de détente exutoire en bonne compagnie.

Sans aucun doute un jeu à posséder pour les fans de l’univers de Lastman, pour les autres, l’intérêt est moindre mais si vous aimez les jeux de combats, il saura peut être faire vibrer votre cœur.


Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire