Test : Legend of Keepers sur Nintendo Switch

Test : Legend of Keepers sur Nintendo Switch

7

SCENARIO

5.0/10

GAMEPLAY

8.0/10

GRAPHISMES

8.0/10

BANDE-SON

7.0/10

CONTENU ET DUREE DE VIE

7.0/10

Les plus

  • Drôle
  • Chronophage
  • Accessible
  • Bon contenu
  • Réa' Graphique

Les moins

  • Encore quelques bugs
  • Scénario à revoir

Test : Legend of Keepers sur Nintendo Switch

Genre : Stratégie, Dungeon Defender, RPG
Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Coréen, Portugais, Russe, Chinois
Développé par Goblinz Studio
Édité par Goblinz Studio
Sortie France : 29/04/2021
Prix : 17.99€ sur l’eShop
Taille : 662.00 MB
Joueurs : 1
Age minimum : PEGI 16 | ESRB M

Site Web Officiel

SCENARIO

Ras le bol d’être toujours le preux chevalier allant sauver le monde et revenant avec gloire et fortune ? Vous êtes lassés de toujours être l’idole des jeunes, destinée à devoir se comporter dignement et respectueusement ? Peut-être voudriez-vous alors, vous mettre de l’autre côté de la balance, rejoindre le côté obscur et … Prendre le contrôle d’un de ses innombrables donjons que vous avez vidé de ses ressources ? C’est en tout cas ce que nous propose Legend of Keepers, le titre du jeune studio roubaisien (cocorico!) : « Goblinz Studio » ! Qui sont à l’origine d’autres titres comme Iris And The Giant ou Dungeon Rushers.

Qui n’a jamais rêvé d’être DRH (directeur des ressources humaines) dans des locaux employant de nombreux monstres tous plus terrifiants les uns que les autres ? Non, ce n’est pas une blague et non plus, vous n’êtes pas dans le Disney Pixar Monster & Cie. On vous avait promis que vous alliez voir l’envers du décor en prenant le contrôle d’un donjon ? Et bien, c’est le cas. Vous êtes maintenant un donjon master pour une sorte de multinationale gérant tous les aspects de promotion et d’embauche dans les différents secteurs du marché du donjon.

Votre rôle être incroyablement polyvalent ! En allant de donjon en donjon pour gérer et régler des situations plus ou moins critiques de sorte à gagner en galon et pouvoir user de votre influence pour vos objectifs personnels. Ceux-ci dépendant de la campagne que vous jouerait. Puisqu’il y a et aura plusieurs « héros du mal » que vous pourrez débloquer et jouer dans des campagnes un peu similaires les unes aux autres. Bien que leur zone d’influence et leurs compétences permettront de renouveler les classes de monstres à embaucher faisant varier la stratégie des différentes parties.

GAMEPLAY phase 1

Le jeu se compose de deux phases distinctes et durant la campagne de chacun des maîtres que vous incarnerez, leur périple évoluera sur une minimap représentant leur évolution dans l’entreprise qui l’embauche pour gérer ses différents donjons. La première partie: Celle qui visuellement s’avère être la plus attractive, sera clairement cette phase où vous devrez positionner les monstres que vous avez embauchez (ou qui travaillaient déjà là quand vous êtes arrivés.) ainsi que les pièges (entre autres).Il s’agit donc de réflexion stratégie en prévision du prochain groupe de héros qui rôdent déjà autour de chez vous dans le but malhonnête de vous dérober vos trésors. Généralement, les donjons sont composés d: Deux salles de monstre, deux salles de piège, une salle de sort et peuvent être agrémentés d’autres pièces. Parfois à l’avantage des dits aventurier. Votre objectif sera donc d’analyser les trois membres du groupe s’infiltrant dans votre repaire et de placer vos monstres & co. En conséquences.

Ainsi,

Plusieurs choses sont à regarder pour adapter votre stratégie, par exemple, est-ce que vous allez plutôt tuer les héros ou les effrayés pour qu’ils prennent la fuite ? Deux barres distinctes sont présentes, celle de vie et celle de moral. Ensuite, vous aurez la compétence de rapidité qui influera sur le tour d’action de chaque personnage, les compétences (jusque trois) avec une zone d’action pouvant cibler l’arrière, le centre ou l’avant du groupe ennemi.

Certaines compétences pourront cibler toutes les zones. D’autres encore seront passive sur les alliés, et toute sont reliées à un élément (ou à l’armure). Éléments auxquels les visiteurs inopportuns auront des résistances et des faiblesses, et tout ceci vaux à la réciproque pour vos monstres. Ajouter à cela des races différentes puisque certaines compétences influenceront uniquement certaines races. Nous avons déjà une phase suffisamment complexe et cohérente pour rester lisible. De la gestion en prévision de la suite de cette phase :

Le déplacement du groupe d’aventurier et les combats au tour par tour. Les héros défileront donc de salles en salles et il ne tiendra qu’à vous de les empêcher d’aller trop loin. Car la dernière, celle du trésor, c’est vous, maître du donjon, qui la gardez, au péril de votre vie ! Et votre vie ne remonte pas si facilement de groupe en groupe. Il conviendra donc de placer les bons pièges, les bons monstres et aux bons endroits. Pour que ceux-ci parviennent à prendre l’avantage sur les non-monstres et les repousser, voir carrément les vaincre, et ce, en mourant eux aussi le moins possible.

Phase 2

Ce qui nous mène à la seconde phase : si vos monstres meurent, ils perdent un nombre aléatoire de point de moral une fois ranimés par le nécromancien, et là, gare au burn-out ! En fait, chaque « niveau » se déroule en plusieurs semaines se terminant chacune par un groupe d’aventurier. Chaque jour, vous aurez le choix entre trois activités aléatoires dans lesquelles il vous sera possible par exemple : d’acheter ou revendre monstres et pièges, entraîner et faire monter en niveau vos monstres et pièges, leur permettant aussi d’apprendre de nouvelles compétences [un peu comme des pokémons Vous la sentez l’envie de collectionner un monstrodex ?!].

Parfois, il vous sera aussi possible de vous entraîner vous. Mais toutes ses activités ne sont pas gratuites et il vous faudra donc gérer l’or obtenu en défendant le donjon, mais aussi le sang et les larmes, ses denrées étant surtout utiles pour vous entraîner vous-même [mais pas que]. Pour l’or, certains événements durant la semaine peuvent vous permettre d’en gagner. Exemple: En allant piller les villages. Mais alors, gare aux blessures handicapants vos monstres un long moment. L’escorte, qui là aussi vous privera d’un monstre un certain temps. Le prêt de piège pour des sièges qui, encore une fois, vous prive d’équipements. Enfin, une autre catégorie d’événements vous permettra aussi d’obtenir de nouveaux monstres gratuitement ou pas, ou de remotiver vos monstres sans avoir à leur céder une semaine de congé.

Finalement,

Si chaque fin de semaine vous devez affronter un groupe d’aventurier parmi trois choix possible. Chacuns plus ou moins difficile et avec des récompenses plus ou moins intéressantes à la clef. (Que ce soit en obtenant des bonus pour vous, un monstre, un artefact, plus ou moins d’or ou autre…). La conclusion du mois se fera toujours face à un groupe d’aventurier imposé supposément de niveau maximum. Et chaque niveau vous fait repartir de zéro car vous êtes mutés sur un nouveau donjon.

Le seul petit reproche qui serait faisable est que parfois des décisions évidentes ne sont pas mappées sur A et d’autres fois, oui, on apprend vite à faire attention, mais l’erreur arrive tout de même quelquefois, pour le meilleur comme pour le pire.

GRAPHISMES ET BANDE-SON

Visuellement, le jeu adopte un style pixel-art soigné très agréable à l’œil. Le style dark et parfois gore ne sombre jamais dans l’excès et le titre. Malgré ses écrans de fonds quasi fixe, le titre n’est jamais avare en animations. cela fonctionne à marveille pour donner vie à l’ensemble. Cela avec un savoir-faire très certains et sur lequel il serait difficile sinon malhonnête d’aller chercher un reproche.

La bande son est en cohérence totale avec l’univers ci-présent mais aussi avec un jeu de grande qualité. Sans se faire trop présente, elle saura vous envoûter pour que vous ne puissiez pas voir les heures passer comme tout excellent jeux chronophage [n’apportez pas votre console au lit pour jouer à ce jeu, ni nul part ailleurs, vous n’allez pas dormir de la nuit!] dont on arrives à s’arrêter de jouer que bien après l’horaire fixé. Le sound design s’intègre parfaitement à l’ost du jeu rendant le tout à la fois suffisamment nerveux et immersif.

CONTENU ET DURÉE DE VIE

Il faut mettre les choses dans leur contexte : le jeu coûte à l’heure ou ses lignes sont écrites : 18€ (il est en promo à moins de 14€ mais passons!). Pour ce tarif vous aurez un contenu vraiment dans ce qui se fait de mieux en indé’. Beaucoup de monstres, beaucoup de pièges, beaucoup d’événements. Donc autant de situations pouvant permettre à vos différentes runs de varier les unes par rapport aux autres. Avec la qualité graphique de chacune de ses cartes et leur quantité: Il serait difficile d’imaginer qu’on puisse vous dire que Legend of Keepers est vide. Il ne l’est clairement pas.

Cependant, La durée de vie bien que très correcte : comptez un grand minimum de 15h pour terminer la campagne. Si vous avez de la chance mais surtout, si vous êtes assez stratège et que vous comprenez comment l’être. Car la stratégie dans le jeu vidéo ne répond pas toujours à toutes les formes de pensée, néanmoins sachez que même avec très peu de chances dans les événements de la semaine, ils vous sera toujours possible de venir à bout des aventuriers.

Si tant est que vous ayez pensé à adapter votre stratégie à votre banque de bol ! Si ce n’est pas le cas, il vous faudra recommencer le niveau. Et, de fait, si vous n’êtes pas très bon avec le type d’esprit stratégique qu’il faut pour Legend of Keepers, vous risquez bien de recommencer de nombreuses fois. Là, le jeu pourras sembler répétitif, surtout si vous restez à ne pas faire de stratégie adéquate.

 

Non, vraiment,

si vous êtes un peu malin, le jeu se finit sans être répétitif et le seul problème qu’il est important de noter. Ce sont les bugs qu’il y avait durant la 1.0.2. Ceux-ci ne touchaient que peu de joueurs mais éjectaient de la partie sans raison. Voir corrompait les sauvegardes. Empêchant d’aller bien loin dans le titre de Goblinz Studio. Vraisemblablement absent des versions PC. Ce souci a été résolu sur la 1.0.3, mais comprend encore quelques problèmes pouvant corrompre votre sauvegarde. Notamment sur un certain moment de la campagne avec l’enchanteresse Sarel. Mais rassurez-vous, le studio est sur le coup et la 1.0.4 devrait résoudre ce problème, et si ce n’est pas le cas, on vous le dira bien entendu.

Drôle et Beau. Avec un gameplay à la fois ultra accessible et suffisamment complexe pour permettre de penser stratégie et gestion. Ainsi que de varier dans le premier des deux aspects selon vos parties, vos loots et vos envies. Le jeu est en plus beau, immersif, plein de contenu avec une belle quantité de monstres à embaucher. Le titre de Goblinz studio est super chronophage. Il ne sera possible de vous arrêter que si vous faites partis du petit pourcentage de joueurs avec des problèmes de sauvegardes. Un souci qui ne serait tarder à être résolu. Conclusion de notre Test de Legend of Keepers sur Nintendo Switch, c’est un must have. Totalement adapté au nomade de la console de Big-N

Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire