Test : Live A Live sur Nintendo Switch

0 0 votes
Évaluation de l'article

Test : Live A Live sur Nintendo Switch

Genre : RPG, J-RPG
Langues : Anglais, Allemand, Français, Espagnol, Italien, Japonais, Chinois, Coréen

Sous-titres : Anglais, Allemand, Français, Espagnol, Italien, Japonais, Chinois, Coréen
Développé par SQUARE ENIX CO., LTD. historia Inc.
Édité par Nintendo
Sortie France : 22/07/2022
Prix : 49,99€ sur l’eShop, 36,90€ version boîte
Taille : 4728,00 MB
Joueurs : 1
Age minimum : 12+

Site Web Officiel

SCENARIO

En 1994, uniquement au Japon, sortait un jeu de rôle culte, Live A Live. 28 ans plus tard, Square Enix nous fait l’honneur de sortir le remake dans le monde entier.

Le studio lui offre une nouvelle jeunesse avec un style HD-2D des plus soyeux et en le parant de ses plus belles couleurs. Après Octopath Traveler et Triangle Strategy, c’est désormais Live A Live qui profite de ce moteur si particulier, mélangeant des modèles 2D avec des décors en trois dimensions.

Certaines époques sont, dans les RPG, plus boudées que d’autres. Pourquoi ne pas partir à la Préhistoire, au Far West ou dans le futur, et tout ça en même temps !

Beaucoup de joueurs s’apprêtent ainsi, Avec cette version Switch, à découvrir Live A Live, un jeu qui doit son statut d’œuvre culte à son seul concept : parcourir sept histoires se déroulant à sept périodes différentes

Chaque chapitre (Préhistoire, Far West, Présent, Fin du Japon Edo, Chine Impériale, Futur proche, Futur lointain) est indépendant, avec ses propres personnages et environnements.

Une fois que vous les avez tous terminés, vous déverrouillez deux séquences finales vous révélant le lien qui relie ces contes, séparés par des siècles

Ce qui constitue indéniablement le plus gros point fort du titre, c’est qu’il vous fera donc voyager à travers le temps et les frontières.

Chaque nouvelle histoire fait monter l’excitation au moment de l’entamer grâce au soin du studio déployé pour mettre sur pied ces ambiances.

Tout ça due à un joli mélange entre mise en scène éclatante, bande son et direction artistique réussies, sans oublier les doublages en anglais.

Chaque chapitre se distingue par des mécaniques qui lui sont propres. Au Far West, vous aurez besoin de réunir des ressources dans un temps limité et coincer les adversaires en montant des pièges. En Chine Impériale, vous incarnerez un maitre kung-fu, avec trois disciples lors de leur entrainement. Vous devrez décider quel apprenti deviendra le plus fort. Alors que vous serez un jeune homme capable de lire les pensées des autres personnages dans le Futur Proche.

D’autres phases prendront la forme d’une séquence d’action et d’infiltration, même le level design change suivant les histoires, tantôt linéaire, tantôt ouvert.

GAMEPLAY

Live A Live est un titre qui débordes d’idées, l’ensemble fait preuve d’une variété bienvenue. Mais leur mise en œuvre est souvent trop classique. Nous aurions aimé une refonte plus poussée dans certains cas.

Certains passages se montrent trop labyrinthique et punitif, avec des pièges vous faisant revenir en arrière, et des boss ressemblant à n’importe quel personnage. Nous pouvons aussi citer la succession de combat sans saveur durant le système d’entrainement.

Vous allez adorer le système de sauvegarde automatique et la mini carte en bas de l’écran.

Pour le reste, tout est fluide et agréable, malgré un système dirigiste.

Le concept du soft nous présente des situations assez contre intuitives pour un JRPG. Certains tableaux misent sur une approche orientée action où il faut monter de niveaux pour s’en sortir, quand d’autres misent exclusivement sur la narration.

Concernant les phases d’action, pas de points d’action ou de magie ici, le temps est le nerf de la guerre. Les affrontements se déroule sur un échiquier de sept cases par sept où chaque déplacement fera gagner un temps vital. Tout cela est symbolisé par une jauge sur les ennemis. Celui-ci attaque dès qu’elle arrive à son terme. Vous pourrez bien sur faire de même, tant que la portée de votre coup atteint sa cible. Le but est donc d’utiliser à votre avantage la position de l’opposant. Une frappe dans le dos, tout comme une technique de faiblesse des adversaires, sera plus efficace. De plus, vous ne pourrez attaquer si vous êtes éloigné quand la jauge de temps de l’ennemi arrive à son maximum.

C’est une vraie partie d’échecs face à plusieurs vilains.

Les combats fonctionnent bien mais ne sont pas parfaits pour autant. L’absence de points d’action ou de magie incite à utiliser la même attaque. L’adversaire peut se déplacer ou casser votre prochain coup pendant les tours d’attente de votre plus puissante technique. Pourtant pas de quoi rechigner à l’affrontement tant les récompenses sont gratifiantes et la musique et les effets sont engageants.

GRAPHISMES ET BANDE-SON

Rien n’est laissé au hasard, que ce soit l’ambiance, les musiques, les graphismes ou encore les clichés d’époque, et le rendu est top. On s’attache très rapidement aux personnages et l’immersion est réussi pour chaque récit.

La HD-2D vient sublimer le jeu, les décors sont magnifiques, les techniques de combat et les effets de profondeur offrent un joli spectacle et un beau contraste avec les personnages.

Charme supplémentaire, même le menu pause de chaque chapitre, avec sa pointe de couleur et ses effets visuels, est personnalisé.

Nous avons remarqué aucunes différences notables entre le mode docké et le mode portable. Juste quelques très légers ralentissements dans les zones les plus chargées.

Côté musique, rien à redire. L’immersion est totale, l’ambiance de chaque chapitre colle à l’époque.

Les mélodies sont sublimes et vous plongent dans l’histoire des protagonistes et dans le jeu.

La traduction française est aussi d’une qualité exceptionnelle et rare, il y a eu un gros travail d’adaptation qui se ressent rapidement.

CONTENU ET DUREE DE VIE

Il y a eu très peu de place à la lassitude, pendant la quinzaine-vingtaine d’heures qu’il faut pour boucler les histoires (1h à 3h par histoire). Les différentes époques relancent toujours l’intérêt grâce à l’ambiance variée et aux nouveautés de gameplay.

L’écriture est également tout aussi soignée avec un final qui vaut le détour. Le soft est une réussite.

C’est dans le scénario ultime, lorsque vous avez terminé l’ensemble des tableaux, que le titre révèle un potentiel énorme. Nous vous le laisserons découvrir, mais tout ce que vous aurez vécu dans les huit différentes époques va être chamboulé. Il est d’ailleurs le plus long, un peu plus de cinq heures pour terminer cette histoire.

Live A Live est un excellent jeu. Nous ressentons un énorme travail, tant sur la remasterisation que sur le jeu d’époque. Chaque scénario est complétement différent, et dispose d’une âme propre, tout en gardant une ligne conductrice puisqu’il s’agit du même jeu.

La petite touche d’excellence supplémentaire est le travail d’adaptation en français.

Live A Live est un incontournable pour tous les fans de JRPG à l’ancienne. Très soigné, qui ne s’embête pas avec les mécaniques compliquées, pour une immersion garantie.

Test : Live A Live

8.8

SCENARIO

9.0/10

GAMEPLAY

8.0/10

GRAPHISMES

9.0/10

BANDE-SON

10.0/10

CONTENU ET DUREE DE VIE

8.0/10

Les plus

  • Epoques superbes et variées
  • Concept original et solide
  • Un gameplay plein d’idées
  • Superbe écriture

Les moins

  • Soucis d’équilibrage
  • Certaines mécaniques datées
  • Réalisation en demi-teinte
Facebooktwitterredditpinterestmail
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires