Test : Lost King’s Lullaby sur Nintendo Switch

Lost King’s Lullaby

Genre : Aventure, RPG, action
Langues : Espagnol, anglais
Développé par Storeen Games
Édité par Avance
Sortie France : 25/04/2019
Prix : 9,99€ sur l’eShop
Taille : 1402,99 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 3

L’île de Banba a été frappée par une malédiction, paralysant tous les habitants, même la reine. Le roi et les druides, à la recherche d’une solution, vont dans la forêt. Mais même en ces lieux, la malédiction a frappé, rendant agressifs ses habitants.
Kiara, partant en quête pour sauver Banba

Kiara est la seule à avoir été épargnée, et à pouvoir sauver l’île.

L’aventure de Kiara va consister en l’exploration de l’île de Banba, labyrinthes ayant la particularité de changer à chaque exploration. Une carte, visible à chaque instant, permet de se repérer, indiquant les différentes zones, ainsi que les ennemis.

Il est possible d’esquiver ces derniers, en évitant l’endroit où ils se trouvent, mais également de les figer, grâce au pouvoir de Suantraí, l’esprit qui nous accompagne. Celui-ci est cependant limité à trois utilisations, même s’il est possible de récupérer de quoi le recharger dans des coffres. Les combats ne seront donc pas évitables, pour la plupart.

Ceux-ci se déroulent sur un autre écran, présentant les deux adversaires, avec en haut et en bas les barres de vie et d’attaques respectives. Au centre se trouve un vaste tableau, avec une icône blanche représentant Kiara. Pendant l’attaque ennemie, le but sera de se déplacer, pour ne pas être touché. L’endroit d’où vient le danger est indiqué à chaque fois, mais il faudra réagir rapidement pour se mettre en sécurité, surtout que les patterns peuvent changer à chaque fois. Certains demanderont de rester dans un emplacement sûr, quand pour d’autres il faudra se déplacer au fil de l’attaque qui balayera tout l’écran.

Un combat

Du côté de notre héroïne, elle dispose de trois types de capacités, utilisables dès qu’une partie de la barre a été atteinte. La première consiste en une sorte de buff, pour diminuer la vitesse de l’ennemi ou augmenter la nôtre. La seconde est une attaque, et la troisième permet de se soigner. Des points juste au-dessus de l’icône indiquent à quel niveau de charge on est, permettant de se focaliser sur la zone de combat.

Cela donne des affrontements assez dynamiques, où il faut rester concentré pour ne pas se faire toucher, surtout lors des premiers combats où l’on ne connaît pas les patterns, et que l’on peut enchaîner les dégâts, menant à la défaite et à devoir recommencer l’exploration depuis le début. C’est d’autant plus important que c’est parfois au pixel près qu’une attaque peut nous toucher, et que l’icône de notre personnage peut se confondre avec la zone de combat, rendant difficile la lisibilité.

Les graphismes de Lost King’s Lullaby sont inspirés de l’univers de Tomm Moore (réalisateur du Chant de la mer, notamment). Nous avons l’impression d’être face à un théâtre de marionnettes, les déplacements de Kiara étant assez rigides, et la forêt se découpant en différents plans 2D. L’effet est réussi, et donne du charme à cette mystérieuse forêt. Cependant, il est dommage que les décors soient quasiment identiques, d’une zone à l’autre.

La forêt

De même, on peut regretter que la musique ne soit pas un peu plus variée. On a des pistes assez lentes, mélancoliques, même si le thème des combats est plus rythmé, et que les ennemis ont des bruitages qui leur sont propres. Mais ces derniers peuvent être un peu lassants à force de les entendre, surtout le cri de notre esprit.

Lost King’s Lullaby est assez court, puisqu’il pourra se finir en quelques heures. Trois zones sont à explorer, reposant toutes sur le même schéma de génération aléatoires d’un labyrinthe, où les emplacements des coffres et des ennemis changent à chaque fois que l’on recommence l’exploration.

Un coffre à découvrir

Il n’est pas obligatoire de parcourir toute la forêt, il suffit d’atteindre la sortie, qui est elle aussi indiquée sur la carte une fois que l’on est suffisamment proche, pour passer à la partie suivante. Cependant, il est intéressant de bien prendre le temps de passer dans chaque zone, en s’aidant de la carte : des coffres et des autels permettent d’en apprendre plus sur le scénario étant cachés. Les premiers sont en effet un excellent moyen de récolter des plumes, monnaie du jeu permettant d’acheter des améliorations pour ses attaques utilisées en combat, même si les ennemis laissent eux aussi des plumes en récompense.

Lost King’s Lullaby nous entraîne dans son univers celtique et sa forêt mystérieuse, peuplés de créatures que l’on pouvait voir dans les légendes. L’ambiance est bien rendue par la musique mélancolique et sa direction artistique.

Il est cependant dommage que le jeu souffre de baisses de framerate un peu trop présentes quand on ramasse des plumes, et qu’il ne propose pas plus de contenu, que ce soit dans la variété de ses décors ou de son scénario, très en retrait, ce qui gâche un peu le plaisir. Mais la magie opère malgré tout, et l’on ressort du jeu avec l’impression d’avoir assisté à un conte animé racontant l’histoire de Kiara.

Test réalisé par Marron asur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire