Test: Mainlining sur Nintendo Switch

Mainlining

Genre : Aventure, Simulation
Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français
Développé par Rebelephant
Édité par Merge Games
Sortie France : 20/06/2019
Prix : 14,99€ sur l’eShop
Taille : 101,71 Mo
Joueurs : 1
Age minimum : 12

Site Web Officiel

Dans le rôle d’un agent du MI7, vous avez pour mission de démanteler un réseau de cybercriminels s’adonnant à des activités hors-la-loi dont le piratage du site des services secrets. Découpé en mission, le scénario vous mène d’affaire en affaire alors que vous contrôlez les opérations depuis votre poste de travail. Si les prémices peuvent se montrer simples, les événements sauront vous tenir en haleine.

Ce qui fait la particularité de Mainlining, c’est son gameplay qui se déroule exclusivement devant un écran d’ordinateur sous un OS aux airs familiers. Comme dans la réalité, vous pouvez ouvrir des logiciels, taper des url sur votre clavier, déplacer votre souris, bref, une copie conforme, enfin presque mais nous y reviendrons en fin de section.

Toujours connectée, la messagerie avec vos collègues agents spéciaux est ouverte sur le côté gauche de l’écran. C’est là que vous obtiendrez des informations, des pistes sur que faire et c’est également par là que se fait la narration. Ensuite vous avez accès à votre explorateur sans lequel viendront s’accumuler les fichiers téléchargés, le bloc-note pour garder à portée de main des informations importantes, une carte pour suivre des puces mais surtout, le plus important, le logiciel Mainline.

Car pour récupérer des informations sensibles, rien de mieux que de s’introduire sur les postes des personnes concernées pour en prélever une conversation malveillante, une photo compromettante ou des relevés de compte douteux. Mainline est un terminal qui vous donnera l’impression d’être un professionnel de l’informatique, que ce soit en tapant un ping pour obtenir les adresses IP des sites ciblés ou en vous introduisant sur des serveurs en vous faisant passer pour quelqu’un d’autre.

Mais derrière cette impression de liberté demeure une mission scripté qui n’avancera pas tant que vous n’aurez pas mis le nez sur les fichiers nécessaires.

La majorité du temps, une mission se déroule de la manière suivante : on commence par une conversation avec les collègues, puis suite à la réception d’un e-mail avec le brief, on enchaîne sur l’investigation et enfin la résolution de l’enquête en désignant un suspect, le lieu où il se trouve et un fichier incriminant pour ses activités illicites de développeur de malware, vendeur de drogue, usurpateur d’identité, etc… Faute est de constater que certaines cibles sont intéressantes à traquer, des subtilités s’ajoutant lorsqu’il faudra fouiller d’autres ordinateurs.

Côte point noir, le système de sauvegarde automatique est assez limité, ne se contentant de faire un enregistrement qu’en début de chapitre. Ainsi, si par malheur vous étiez au milieu d’une enquête et que vous décidez soudainement de jouer à autre chose, toute votre progression sera perdue. Ensuite, nous sommes face au défaut récurrent à tous les jeux initialement prévus pour PC et par la suite porté sur Nintendo Switch : la navigation dans l’interface. La vitesse de la souris est réglable mais assez imprécise pour fermer les fenêtres. Ensuite, le clavier virtuel est divisé en deux, le stick gauche contrôlant le curseur de la partie gauche du clavier et le stick droit l’autre partie, pas très intuitif et dérangeant en terme de lisibilité de l’interface car il prend de la place ce clavier ! On privilégiera finalement le tactile pour taper les lignes de commandes. Mais cette maniabilité n’est rien à côté du plus gros défaut du titre.

Si la traduction est de bonne facture, il arrivera que certains mots de passe ne fonctionnent tout bonnement pas ! Pourquoi ? Simplement parce que les développeurs ont pensé à le traduire dans les fichiers récupérés mais pas à l’endroit où vous êtes censés le taper. Autant vous dire que la première fois que cela nous est arrivé, nous avons perdu beaucoup de temps à tourner en rond alors que la solution était déjà bonne, mais pas dans la bonne langue. De même, les noms de certains fichiers sont à rallonge en français, si bien qu’il est impossible de les télécharger ou de les ouvrir car la commande pour réaliser ces actions est limitée en longueur. Finalement, nous sommes passés en anglais pour réaliser la fin du test et ne plus être freiné par des détails bloquants du genre.

Simple et efficace, le visuel du titre justifie le gameplay à merveille. Si ce n’était pour les défauts de cette version Nintendo Switch, on se croirait presque sur son poste de travail. Les petits bruitages sont parfaitement choisis, assez proche pour être reconnus, assez différents pour ne pas se faire épingler par une grande firme.

Les menus clairs ne rebutent pas et il n’y a aucun souci de lisibilité. Par contre, côté musique, nous avons affaire à du discret, très en retrait comparé au reste.

Les missions se succèdent très rapidement, la difficulté se trouvant uniquement dans la résolution des enquêtes qui nécessitent une combinaison spécifique à chaque fois. En-dehors de ça, une fois l’aventure bouclée, le titre ne dispose d’aucune rejouabilité.

Derrière sa simulation d’agent spécial, Mainlining fait efficacement son travail. Alors certes, avec le peu de mission, une certaine redondance se rencontre dans la manière de procéder à chaque fois mais l’histoire évolue suffisamment pour vous mettre dans des situations qui s’avèrent bien plus variées qu’on ne l’imaginerait de prime abord. L’aspect visuel fait parti des grosses réussites, avec des interfaces ponctuées par des clins d’oeil évidents. Quelques défauts obscurcissent cependant le tableau, comme la maniabilité ou la sauvegarde impossible à faire manuellement. Et malgré une traduction française de bonne facture, il sera recommandé de jouer en anglais pour ne pas se retrouver bloqué à cause d’un souci de traduction pour des mots de passe ou pour des fichiers.

Test réalisé par Nadium sur une version offerte par l’éditeur
N’hésitez pas à soutenir le site en effectuant vos achats via nos liens sponsorisés
Facebooktwitterredditpinterestmail

Laisser un commentaire